p.11foto1

Résidence St-Ignace : un lieu de recueillement pour tous

La cour de la résidence St-Ignace voit défiler bon nombre de personnes à longueur de journée. Ils viennent prier devant la Vierge Marie et Saint Ignace, qui pour demander une grâce, qui pour remercier, qui pour intercéder auprès du Christ.

Ce 31 juillet, c'est la fête de Saint Ignace, fondateur de la Compagnie de Jésus. Occasion de nous arrêter sur ce «pèlerinage» qu'accomplissent de nombreux Mauriciens à la Résidence St-Ignace, Rose-Hill.

Seuls, en groupe d'amis ou en famille, ils sont des centaines à venir se recueillir chaque jour devant les statues de Marie et de St Ignace : de tout âge - hommes, femmes, jeunes, personnes âgées ou handicapées ; issus de différents milieux et de différentes communautés, ils n'hésitent pas à faire un détour, à pied, à vélo, à mobylette et même en voiture. Tous ont un objectif : se recueillir un moment, fut-il bref. Certains viennent régulièrement, d'autres à l'occasion de leur passage dans les environs. Quelques-uns viennent parfois de fort loin.

Espace paisible

«Ils aiment venir dans cette cour, car les saints sont situés dans un cadre de nature et que l'accès est sans contrainte : c'est un lieu en dehors d'un édifice religieux où ils peuvent se recueillir dans le calme, de 6h00 à 18h00», explique le père Paul de Montgolfier, supérieur des jésuites à Maurice. Il fait ressortir la grande liberté laissée aux pèlerins : «On fait attention à ce qu'il n'y ait pas d'expressions inadaptées de dévotion dans le respect mutuel et de recueillement. Ce lieu offre un espace paisible au cœur de la ville trépidante, une présence pacifiante de Dieu au cœur de la vie souvent difficile. Les saints conduisent à Jésus miséricordieux, à son Père et à l'Esprit.» Le père Nallétamby dit, pour sa part, que saint Ignace est assez connu des Mauriciens, surtout de bouche à oreille par des personnes qui ont vu leurs prières être exaucées.

«Nous accueillons les pèlerins et nous essayons de nourrir leurs prières par des textes affichés à côté des statues pour la lecture sur place. Ils sont aussi disponibles gratuitement à l'accueil pour être emportés. Chaque quinzaine, un nouveau texte est proposé. Le succès semble réel, car au moins 400 copies sont demandées chaque semaine.» Selon le père de Montgolfier, beaucoup aiment ces textes qui les aident à trouver les mots pour formuler leurs prières et élargir leurs intentions de prière.

Accompagnement spirituel

Ce que confirme le père Cyrille Nallétamby, un des doyens de la Résidence. «De par le nombre d'ex-voto que reçoit la communauté, je note que les gens ne viennent pas seulement demander des grâces, mais aussi remercier pour les grâces obtenues.»

La «prière partagée» a aussi été instaurée, chacun peut écrire ses intentions de prière dans un grand livre. «Ces prières sont écrites en français, en anglais ou en créole. Elles témoignent de la sincérité des gens : ce sont de vrais cris du cœur». Lors de la prière commune de la communauté, ces prières sont récitées à haute voix chaque semaine. «Nous portons ces personnes dans nos prières. Nous aimons présenter à Dieu les cris de son peuple, cris de détresse ou cris de joie.»

La résidence St-Ignace accueille aussi des personnes qui viennent pour parler à un prêtre ou pour demander le Sacrement de la réconciliation. Chacun des pères jésuites reçoit selon ses possibilités, principalement les pères

Cyrille Nallétamby, José Minien, François Besses et Jean Dravet. Certains viennent à l'improviste, mais il est préférable de prendre rendez-vous. Par ailleurs, tous les 10 jésuites qui habitent là reçoivent pour l'écoute, l'accompagnement spirituel ou les formations qu'ils donnent içi et ailleurs dans l'île.

La célébration de l'Eucharistie réunit dans la salle Saint-Ignace plus de trois cents personnes, chaque mercredi à partir de 11h15.

Témoignages

Mary Joyce est une habituée des lieux. Pour elle, St Ignace est juge et c'est à lui qu'elle aime bien venir confier ses difficultés quand elle se retrouve dans une galère. «Je lui demande d'intercéder pour moi auprès de Jésus.» Et c'est soulagée qu'elle quitte les lieux.

Une autre femme qui a tenu à garder l'anonymat explique qu'elle vient prier St Ignace régulièrement. «Auparavant, je venais avec mon mari. Même s'il est décédé, je continue à venir seule. Je viens parce que mes prières sont toujours exaucées.»

Tout emballée, Marie-Frantz est venue mettre une bougie au pied la statue. «Depuis quelque temps, je faisais des démarches pour partir en pèlerinage à Medjugorge. J'ai confié cela entre les mains du Seigneur et de St Ignace et je suis heureuse de partir bientôt. Je suis venue lui demander de me protéger lors de mon voyage.»

Qui est St Ignace ?

Ignace de Loyola est le fondateur de la Compagnie de Jésus, un ordre de religieux apostolique dont certains sont frères, d'autres prêtres. On les appelle souvent les jésuites, mais leur vrai nom est compagnons de Jésus. Ils sont animés par la spiritualité ignatienne, spiritualité qu'ils partagent avec d'autres : à Maurice, il y a les religieuses de la Bienheureuse Vierge Marie, dit de Lorette ; les religieuses de Marie-Réparatrice ; la Communauté du Chemin-Neuf; la Communauté vie chrétienne ; les Young Pioneers et le Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ), Cor Unum et des chrétien(ne)s qui s'efforcent d'être contemplatifs dans l'action, c'est-à-dire, trouver et servir Dieu dans leur vie quotidienne.

La communauté des jésuites est missionnaire, ses membres ne demeurent pas forcément dans leur diocèse ou dans leur pays d'origine. Ils sont souvent envoyés dans un pays étranger. Leur mission principale est d'aider chacun(e) à découvrir l'action de Dieu dans sa vie pour y collaborer davantage.

Jean-Marie St-Cyr

retour