Père Jean-Claude Véder


«L'inculturation, fondamentale

pour notre foi»

Docteur en théologie et auteur d'une thèse sur l'inculturation «Dire Dieu jusqu'à le célébrer ensemble», le père Jean-Claude Véder nous explique l'inculturation et sa progression dans notre diocèse.

Que signifie inculturation ?

C'est la rencontre de l'évangile et des cultures. Quand il y a cette rencontre, il y a quelque chose qui se produit. L'évangile vient pour convertir la culture qu'il rencontre. C'est aussi une manière aussi de comprendre l'évangile dans sa culture.

Pendant longtemps on croyait qu'il n'y avait qu'une seule manière de comprendre l'évangile. A Maurice, nous avons pendant longtemps cru que la messe doit se faire en français. Aujourd'hui on se rend compte qu'il n'y a pas qu'une manière de rencontrer Dieu. L'inculturation peut se faire de manière théologique, artistique et liturgique.

Quelle est son importance ?

Capitale ! Dieu a décidé de s'incarner dans un peuple, une culture. Quand Jésus est venu, il a pris chair. Il s'est inculturé. Il a parlé la

langue d'un peuple, épousé ses coutumes. Il est devenu homme parmi les hommes. Les chrétiens ne peuvent pas dissocier leurs cultures et leur foi en Dieu.

Où en est l'inculturation au sein de notre diocèse ?

Le travail a commencé avec le synode. Il y a encore un long chemin à parcourir. Au niveau théologique, nous avons beaucoup à faire. Comment exprimer la foi pour que l'homme mauricien puisse comprendre ?

Sur le plan liturgique, nous avons l'utilisation des instruments de musique, la création de chants liturgiques en kreol. Dans plusieurs paroisses le Notre père est dit en kreol. Je crois que bien d'autres paroisses devraient en faire de même.

Je pense qu'il y a des recherches à faire au niveau des expressions gestuées. Le Mauricien aime s'exprimer avec son corps. Il faut aussi voir la culture des jeunes. Comment dire Dieu et le célébrer avec la culture jeune ? Il y a aussi beaucoup à faire au niveau artistique. Par exemple, on pourrait avoir un Christ métis ou une crèche dans la réalité mauricienne.

Loin d'être un mode l'inculturation est quelque chose de fondamental pour notre foi. Si le Christ devait s'incarner à Maurice aujourd'hui, il parlerait kreol, écouterait la musique locale...

retour