p.11foto1

Action catholique


Les préoccupations
de la LOAC de Batatrand

Dans une lettre adressée à La Vie Catholique, les membres de la Ligue ouvrière d'action catholique (LOAC) de Batatrand énumèrent les problèmes
sociaux qui les préoccupent dans l'île. Et ils désirent aller aux causes des problèmes et d'y remédier avant que les différentes situations ne deviennent dramatiques. Les membres ont d'abord constaté que les gens ont peu d'argent, cela vu la situation alarmante du chômage sur l'île. Des familles entières émigrent vers Maurice alors que les compagnies de construction licencient, ont-ils constaté.

En ce qui concerne le contrôle des prix, les signataires de cette lettre constatent le peu d'action pour y veiller et notent que la libéralisation de certains articles dans le pays entraîne dans son sillage des abus. Conséquence : certains produits de base deviennent rares sur le marché, causant une augmentation constante de prix. Ce groupe d'action catholique s'interroge sur le rôle des associations de défense des consommateurs et des syndicats.

Quant aus projets du Trust Fund, les signataires notent qu'ils tardent à se matérialiser. Avec une maigre aide sociale, constatent-ils, les plus pauvres ne peuvent joindre les deux bouts. Il y a des conflits d'intérêt en ce qui concerne la collecte des concombres de mer alors que les problèmes des pêcheurs touchant une allocation de mauvais temps demeurent entiers. Le prix du poisson n'est pas à la portée de tous.

La LOAC de Batatrand dénonce également les ravages de l'alcool dans le pays : «Zordi sa in vinn normal pou dimoun.» La cellule familiale s'effrite, tout comme les valeurs, affirme-t-elle. Devant le
problème du sida, les militants chrétiens s'interrogent également sur la banalisation de l'utilisation du préservatif.

Line

JOC


Bon démarrage

de la ferme agricole

Le thème de la Jeunesse ouvrière chré-tienne de Rodrigues (JOC) pour 2006/07 est Zeness pran kont to lavenir. Selon André Emilien, permanent du mouvement, ce thème découle de la préoccupation du mouvement national JOC face aux problèmes du chômage des jeunes dans l'île. Les jocistes constatent aussi que nombre de jeunes sont contraints de quitter le pays pour aller travailler ailleurs. Pour lutter contre le manque d'emploi, la JOC et la fabrique de la paroisse St-Gabriel ont lancé un projet de ferme intégrée sur une portion de terrain de l'église de leur localité. Les cinq jeunes agriculteurs - André Emilien, Jerry Tolbize, Mariano Louis, Jenny Smith et François Baptiste - développent leur savoir-faire dans le domaine de l'agriculture en deux phases : le projet jardinage, en cours ; et, l'élevage de cabris et de volailles sur place.

Transformation des jeunes

Selon le responsable de la JOC, ce projet a pour vocation de former des jeunes pour qu'ils puissent partager leurs connaissances à d'autres. Après une année de travail, les jocistes agriculteurs sont d'avis que le projet porte déjà ses fruits. Au début, disent-ils, il a fallu franchir pas mal d'obstacles, car le champ était rempli de mauvaises herbes et de cailloux. Selon Jerry Tolbize, «nous faisons face aussi aux problèmes externes comme le manque de semence, le retard dans la mécanisation des terres et le coût élevé des équipements agricoles.Toutefois l'ambiance au champ est très cordiale». De son côté, Jenny Smith a affirmé que c'est la première fois qu'il fait l'expérience du monde du travail.

Lors de la dernière rencontre sous-régionale de la JOC de l'océan Indien à Rodrigues, les jocistes avaient constaté qu'il y avait encore des lieux où les jeunes pouvaient apporter leurs connaissances, et ce dans plusieurs secteurs de l'économie rodriguaise. En revanche, la JOC dénonce «le manque d'initiatives sur tous les plans pour la création d'emplois durables». Pour les militants de la JOC, le mouvement veut que les jeunes soient proactifs, rêveurs. André Emilien souhaite aussi que cet exemple de réussite et de débrouillardise soit une action servant de détonateur et qu'elle soit suivie par d'autres paroisses et d'autres jeunes de l'île pour combattre le chômage des jeunes.

Jean-Gérard Gaspard

retour aller