Désormais à Vieux-Grand-Port


Sr Lucina : «Je me sens comme chez moi»

Depuis janvier, le couvent des Filles-de-Marie à Vieux-Grand-Port a vécu quelques changements. Sr Année Rose a été postée à Ste-Croix et c'est Sr Lucina, également d'origine rodriguaise, qui l'a succédée sur la côte sud-est et qui poursuit le travail de la congrégation en compagnie de Sr Sylvia.

Voilà quatorze ans depuis que Sr Lucina est entrée dans la vie religieuse. Après une année à La Réunion, douze ans à Rose-Hill à s'occuper des personnes âgées et à faire des visites à la prison, la voilà désormais à Vieux-Grand-Port pour une toute première expérience en paroisse.

Si Sr Lucina avoue qu'au départ elle appréhendait cette nouvelle vie en paroisse, elle confie s'être bien vite sentie à l'aise. «Les gens ici sont accueillants et serviables. Nous vivons comme dans une grande famille. Et cela, qu'importe la communauté religieuse à laquelle appartient cette personne. On se partage tout : les joies comme les peines. Cela me donne beaucoup de joie», raconte d'emblée la religieuse, qui a bien vite pris goût à cette nouvelle vie.

Dans sa nouvelle paroisse, Sr Lucina s'occupe de la liturgie, des enfants de chœur (de Vieux-Grand-Port, de Bambous-Virieux et de Grand-Sable), ainsi que de la catéchèse avec les élèves du prévocationnel du collège Lorette de Bambous-Virieux.

Les visites en prison sont parmi les choses qui l'ont le plus marquée jusqu'i

ci. Un apostolat qu'elle accomplissait avec joie et amour. «C'était comme un rêve devenu réalité», va-t-elle jusqu'à dire. Car, toute jeune, Lucina Milazar aimait aller visiter les plus pauvres, les personnes malades et âgées. Elle adorait faire la conversation et le temps n'avait alors plus de signification pour elle.

Religieuse, elle a eu l'occasion de travailler comme aide- soignante et chaque geste envers les malades et les personnes âgées lui rappelait ce passage de l'évangile de Matthieu 25 (34-40).

Toujours souriante et remplie de dynamisme, Sr Lucina bouillonne d'énergie. Sa devise : aimer les gens, car «quand on aime, tout est possible». Pour elle, ce sourire et ce dynamisme se veulent un témoignage. «Rayonner du Christ ressuscité et ainsi partager le goût de vivre.»

Les amis de mère Marie-Madeleine

Saviez-vous que la côte sud-est à une petite équipe d'Amis de mère Marie-Madeleine? Elle est composée d'une dizaine de personnes, pour l'heure uniquement des femmes, habitant Vieux-Grand-Port et les localités avoisinantes.

Elles se réunissent une fois par mois, chaque deuxième jeudi, et essaient de vivre le charisme de la congrégation des Filles-de-Marie, en s'inspirant de la fondatrice, mère Marie-Madeleine de La Croix. Leurs œuvres se traduisent également à travers des visites aux malades, la prière et le partage.

Ceux et celles intéressés à se joindre à cette équipe (hommes et femmes) sont priés de contacter Sr Silvia ou Sr Lucina, au couvent de Vieux-Grand-Port.

retour