Liliane et Pierre Rivet


«Nous posons ce choix
sous le regard de Dieu»

p.11foto1

Laurent Rivet sera ordonné prêtre le 5 août prochain à Rivière-Noire. Ses parents, Liliane et Pierre, se disent heureux de cet événement qu'ils accueillent avec beaucoup de joie.

«Nous posons ce choix sous le regard de Dieu», dit Pierre Rivet, qui explique aussi qu'ils essayent de faire que le Seigneur soit toujours présent dans tous les instants de leur vie, de leur vie de couple et de leur vie familiale. Pour eux, «le Seigneur a pris une place et a travaillé dans le cœur de chacun. Nous sentons nos enfants engagés dans leur vocation propre». Le couple a quatre enfants, trois sont mariés et le benjamin de la famille, Laurent, va être ordonné prêtre dans deux semaines. Pour Pierre Rivet, son fils a répondu à l'appel que le Seigneur lui a fait.

Famille = berceau des vocations

Selon Liliane Rivet, c'est sans doute leur engagement au sein des Equipes Notre-Dame (END), très peu de temps après leur mariage, qui a donné un ton à leur vie de couple et leur vie de famille par la suite. «Ce qui nous a aidés, ce sont la prière et le temps que nous avons pris pour nous arrêter et faire le point sous le regard de Dieu. C'est à travers ce mouvement que la famille a grandi.»

Pierre se rappelle que leur équipe regroupait quatre couples et que lors d'une de leurs réunions, ils se sont penchés sur la relation parents/enfants. «Nous avions donné aux enfants du papier et de quoi dessiner pour exprimer comment chacun voit sa relation avec ses parents, selon l'ambiance qui règne dans la famille.» Un exercice auquel les enfants se sont prêtés de bonne grâce et qui a été révélateur pour eux. «Nous avons ensuite été ahuris par le témoignage des enfants qui ont décrit leur maison comme une prison, qui ont trouvé que les parents étaient trop autoritaires, qu'il n'y avait pas de flexibilité et qu'ils leur criaient tout le temps dessus», relate Pierre.

Le dessin de Laurent l'a frappé et il le garde encore aujourd'hui. «Doué pour le dessin, il avait illustré quelqu'un derrière les barreaux d'une prison et les mains enchaînés. Si ses dessins pouvaient faire sourire, il y avait un message derrière qui était fondamental.» C'est à partir de là que le couple a décidé de changer d'orientation dans sa manière d'élever ses enfants en s'inscrivant dans une session de formation de relation parents/enfants avec Hélène Carosin.

Canal et plage

«Cette formation nous a été extrêmement salutaire et nous a permis de rectifier le tir complètement dans notre approche avec nos enfants alors que nous pensions que notre méthode de les élever était la meilleure», dit Pierre Rivet. Lors d'une rencontre avec Mgr Maurice E. Piat, nouvellement ordonné évêque, ce dernier leur a donné une image de parents restée gravée dans leur mémoire. «En faisant le parallèle avec les parents, il a expliqué qu'ils doivent être comme un canal qui conduit l'eau et en même une plage qui accueille la mer, qu'elle se retire ou qu'elle fasse des houles qui s'abattent sur elle ; la plage ayant cette conviction qu'elle doit toujours accueillir la mer.»

Mais pour le couple, il n'y a pas que cela qui peut favoriser des vocations dans une famille. Il y a aussi le fait d'être des catholiques pratiquants, dit Pierre Rivet. «Je pense qu'on est une famille de baptisées qui s'est efforcée de mettre tout le temps le Seigneur dans sa vie.»

Cadeau élargi

C'est ainsi qu'avec foi qu'ils ont accepté le choix de Laurent quand il leur a dit qu'il voulait s'engager dans la vie sacer

dotale, alors même qu'ils avaient entamé toutes les démarches pour ses études en architecture en Australie. Comme il n'avait pas encore connu l'Europe, ses parents lui ont proposé de participer au festival de Hautes-Combes, en France. Une activité animée par la communauté du Chemin-Neuf. Aujourd'hui, cela est considéré comme un cadeau élargi, dit Liliane Rivet. «Nous ne nous doutions pas que cela allait le conduire à la vocation religieuse.» Une décision que la famille a accueilli avec joie en s'abandonnant au travail que le Seigneur fait en Laurent.

Malgré leur joie, ils ne pouvaient cependant s'empêcher d'avoir une appréhension, comme cela a été le cas avec les trois autres enfants quand ils leur ont annoncé qu'ils avaient le désir de se marier. «J'ai toujours dit à Laurent que s'il choisit le Seigneur, Il ne l'abandonnera jamais, sans pour autant dire que les autres Il allait le faire», explique-t-elle.

Proximité

Malgré l'engagement de ses parents au sein de la Communauté du Chemin-Neuf (CNN) et qu'il a débuté son cheminement avec ce mouvement, c'est en tant que prêtre diocésain que Laurent a choisi d'être ordonné. «Ce choix ne nous a pas surpris. Il a une fibre mauricienne qui aujourd'hui se confirme», explique Pierre Rivet, qui ajoute qu'ils sont émerveillés de sa qualité de relation avec les différentes composantes de la société et, en particulier, avec les plus démunis.

La date de l'ordination approchant à grands pas, la famille est émerveillée par l'enthousiasme des personnes qui participent aux préparatifs. «Nous rendons grâce au Seigneur de voir autant de personne partager notre joie et être partie prenante de l'organisation.» Comme nous l'évoquions dans une de nos précédentes éditions, c'est toute la région ouest qui s'est mobilisée depuis plusieurs mois déjà. «De par leur disponibilité, on sent que leur «oui» est total», fait-il remarquer. Divers comités se sont mis en place afin que la cérémonie soit une réussite. Nous y reviendrons dans notre prochaine édition.

En attendant le 5 août, les parents de Laurent souhaitent qu'il fasse beau ce jour-là et que ceux qui viendront participer à la cérémonie d'ordination sentent que c'est une grande fête de l'Eglise, une fête où le monde est partie prenante comme une seule grande famille. Ils espèrent aussi que les jeunes présents s'interrogent eux aussi sur leur vocation et que les familles présentes soient toujours unies.

Jean-Marie St-Cyr

retour aller