60 ans de sacerdoce

Mgr Piat : «Le père Farrelly est un don

pour nous tous»

Line

Vœux définitifs du père Steves Babooram

Pour un engagement total dans la
compagnie de Jésus

«Je suis très heureux pour l'œuvre que j'accomplis à mon âge. Mon souhait le plus cher est de mourir sur la terre mauricienne et d'être enterré à Sainte-Croix, à côté du caveau du Père Laval.» Mots du père Bernard Farrelly, «Benny» pour les intimes, au bout de ses 60 ans de vie de prêtrise. Lors d'une messe d'action de grâce célébrée le 8 juillet dernier en l'église Sainte-Croix, le prêtre de 90 ans a affirmé : «J'ai combattu mon combat, achevé ma course et gardé ma foi.»

«Si le père Farrelly ne s'est pas offert à Dieu, on n'aurait pu l'avoir comme cadeau pendant 58 ans.»Affirmation de Mgr Maurice E. Piat lors de cette messe qu'il a présidée - cérémonie concélébrée par plusieurs prêtres spiritains et ses deux vicaires généraux, les pères Jean-Maurice Labour et Gérard Sullivan, en présence d'autres amis du père Farrelly. Faisant le lien entre l'évangile du jour (Luc 10, 1-20) et la vie du père Farrelly, l'évêque a fait remarquer que son ami Bernard a été choisi pour être le reflet missionnaire à la manière de Jésus.

Selon Mgr Piat, l'évangile du jour, où le Seigneur désigna encore 72 disciples leur disant : «Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups», évoque la soif spirituelle et rappelle que la mission entraîne toujours des épreuves. En quittant l'Irlande pour partir en mission, le père Farrelly a traversé son lot d'épreuves, comme les agneaux au milieu des loups, a avancé Mgr Piat. «Mais en s'appuyant sur la seule force de la Parole, il l'a vécue avec sérénité, paix et persévérance», a-t-il assuré.

La mission transpire aussi la joie, remarque Mgr Piat. «La joie simple: symbole de la foi profonde sortant du cœur. Et c'est cela le témoignage du père Farrelly toujours simple et joyeux.» Mgr Piat a ainsi invité les jeunes à découvrir cette joie profonde animant les prêtres ayant donné leur vie à Dieu.

C'était aussi l'occasion pour Mgr Piat d'exprimer sa gratitude à Dieu pour le sens de la mission de l'Irlande envers l'île Maurice. «7/8 des prêtres profs au collège du Saint-Esprit étaient des Irlandais. Idem pour la congrégation de Lorette et ces nombreux prêtres spiritains.» Mgr Piat a invité les paroissiens à soigner leur arbre à vocation afin que la même «générosité» puisse se manifester dans les familles mauriciennes.

Après la messe, une petite fête a réuni le père Farrelly autour de nombreux paroissiens et amis ayant tenu à le féliciter. Parmi : Robert Soupe, président des Old Boys du collège du Saint-Esprit, qui lui a remis un cadeau souvenir.

Sandra Potié


«En tout aimer et servir» : devise du père Steves Babooram sj, qui a prononcé ses vœux définitifs le samedi 7 juillet dernier. Il signifie ainsi son engagement total à la compagnie de Jésus, qui l'accepte solennellement et qui s'engage à son égard en ratifiant son incorporation définitive en son sein. La cérémonie s'est déroulée sous la présidence de Mgr Maurice E. Piat et a été concélébrée par le provincial de la compagnie de Jésus, le père François-Xavier Dumortier, et par plusieurs prêtres du diocèse de Port-Louis et de celui de Saint-Denis-de-la-Réunion.

C'est 17 ans après avoir prononcé ses premiers vœux que le père Steves Babooram a prononcé ses vœux définitifs devant l'eucharistie, présentée à lui par le provincial des jésuites juste avant la communion. Publiquement, par des vœux simples, il a signifié son intention de vivre le plus possible à la manière de Jésus-Christ en communauté apostolique selon les vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance et selon les exigences du souverain pontife. Après la cérémonie, des vœux ont aussi été prononcés, en privé, dans la sacristie de l'église Notre-Dame de Lourdes, Rose-Hill, devant tous les célébrants.

Mgr Piat s'est réjoui de «cette belle occasion» où ceux présents ont été témoins du mystère de l'appel de Dieu devant lequel «nous nous sentons petits et faibles». De son côté, le père Paul de Montgolfier, supérieur des jésuites à Maurice, a expliqué la démarche du père Babooram qui, en prononçant ses vœux définitifs, a rendu public le secret de sa vie et son désir de suivre Jésus-Christ.

Lors de son homélie, le père François-Xavier Dumortier, faisant référence à l'évangile (Luc 10 : 1-20), a fait ressortir que c'est le Christ qui appelle et envoie et que c'est en son nom que parlent ses disciples en étant des messagers de paix de par le monde et c'est vers lui qu'ils retournent.

Le père Babooram a, dans son mot de remerciement à la fin de la célébration, eu une pensée spéciale pour sa mère, Antonia, et son père (décédé) ainsi qu'à tous ceux qui l'ont aidé à connaître et à aimer Jésus-Christ. Présence également de son oncle, un prêtre officiant dans un temple hindou, et d'autres membres de sa famille.

Jean-Marie St-Cyr


retour