p.11foto1

Bouquet d'opérettes


Hommage à Luis Mariano
au théâtre de Port-Louis

Les personnes du 3e âge auront de quoi se réjouir le 14 juillet prochain : ils pourront retrouver les émotions de leurs plus beaux souvenirs le temps d'un bouquet d'opérettes au théâtre de Port-Louis en hommage à Luis Mariano. Ce spectacle est proposé par l'imprésario Michel Ballet, Mauricien établi à Londres. Il verra la participation de Laure Baert et de Jean-Marc Philippe Duval, de l'Opéra de Nancy-Lorraine, France, et du pianiste mauricien Kenneth Babajee.

C'est un Michel Ballet enthousiaste que La Vie Catholique a rencontré à Albion. En vacances à Maurice, il a tenu à ce que son île soit parmi les pays qui vont rendre hommage à ce grand chanteur que fut Luis Mariano, l'homme à la voix d'or. Et c'est sans doute avec beaucoup de plaisir que nos aînés pourront vibrer au son de L'amour est un bouquet de violettes, Rossignol de mes amours ou encore Je t'ai donné mon cœur et La belle de Cadix.

Mais il n'y a pas que les personnes du 3e âge à être conviées à ce spectacle, mais également les jeunes, fait ressortir Michel Ballet. Il estime que beaucoup restent à faire pour permettre à la jeune génération de comprendre et d'apprécier la musique classique et les opérettes, qui sont loin d'être

démodées, réfutant les commentaires qu'il entend bien souvent. «On pourrait en dire autant du séga, qui date de l'époque de l'esclavage», explique-t-il, «alors qu'il est pourtant encore bien apprécié de nos jours.» Pour lui, la musique classique devrait être enseignée à l'école et des spectacles joués régulièrement pour mettre en valeur les théâtres du Plaza (fermé actuellement pour cause de rénovation) et de Port-Louis.

Michel Ballet a quitté Maurice vers la fin des années 70, à l'âge de 18 ans. Il a étudié la musique classique et la danse. C'est ainsi qu'il s'est embarqué dans la promotion des opérettes. Connu en Grande-Bretagne et en France pour les opérettes, Michel Ballet est à l'origine de plusieurs représentations du genre à Maurice. C'est ainsi qu'il fit venir Dame Margo Fonteyn, du Royal Ballet, en 1975 au théâtre de Port-Louis et au Plaza ; le spectacle Flamenco, avec des danseurs de Madrid en 1983 ; Jose Todaro, de Paris, pour un hommage à Max Moutia en 1987. En 1988 et 1989, c'était Carmen et la Traviata, avec Amanda Mc Murray, James Anderson et Sally Dyson.

Pour cet hommage à Luis Mariano, il a misé sur ses relations avec des artistes de renom pour les inciter à venir se produire à Maurice pour le bonheur des amoureux des opérettes. Les personnes du troisième âge étant souvent les oubliées de la société, c'est ce public qu'il cible en particulier en proposant un prix modique de Rs 100 comme droit d'entrée au théâtre le 14 juillet et de Rs 200 pour le grand public. La représentation bénéficie de la collaboration de la mairie de Port-Louis.

retour