Ekoute seki finn ekrir dan premye Liv Lerwa (19, 16b.19-21)

Le-Segner dir ar profet Eli :

«To pou konsakre Elize, garson Safat, kouma profet dan to plas.»

Eli ale, li trouv Elize, garson Safat ; li ti pe labour douz arpan, li'nn ariv kot douzyem.

Eli pas pre kot li, li zet zo palto lor li. Elize kit so bef, li galoup deryer Eli, li dir :

«Les-mwa al anbras mo papa ek mo mama, lerla mo pou swiv-twa.»

Eli reponn-li : «Ale, retourne. Ki mo'nn fer-twa ?»

Elize kit-li, li pran de bef-la, li touy-zot. Li servi kolye bef-la pou bwi lavyann-la.

Li donn-sa pou bann dimoun ki ar li, zot manze.

Apre sa, li leve, li swiv Eli kouma so serviter.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 16/15

® Kondir-mwa, vey lor mwa, Segner, pran mo lame

Kondir-mwa, vey lor mwa, montre-mwa to sime. (J.Grégoire)

Bondye, gard-mwa, akot tomem mo kapav kasyet.

Mo finn dir ar le-Segner : Tomem le-Segner.

Segner, tomem mo leritaz, mo par ; mo destin dan to lame. ®

Mo beni le-Segner, li donn-mwa konsey ;

Ziska dan lanwit, mo konsyans averti-mwa.

Mo res devan Bondye, mo napa arete;

Li pre ar mwa, mo napa pou febli. ®

Mo leker kontan, mo lalang fer fet ;

Mo lekor an sekirite.

To napa pou abandonn-mwa dan lamor,

To napa pou les to bann fidel al pouri. ®

Mo pena pli gran boner ki twa ;

To fer-mwa konn sime ki donn lavi.

Gran lazwa pre kot twa, Gran kontantman akot twa. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir bann abitan la-Galasi (5, 1.13-18)

Mo bann frer-ser, Le-Krist finn liber-nou, pou nou res lib.

Tini ferm, pa retourn anba kolye-bef, anba lesklavaz.

Finn apel-zot pou la-liberte ;

selman, pa devir sa liberte-la pou vinn enn pretex pou laser.

Okontrer, par lamour, vinn serviter, sakenn pou lezot.

Dan enn sel parol ena Lalwa konple : «Kontan to prosin kouma tomem.»

Si zot kontigne mord lezot, manz ar lezot, fer tansyon !

Zot pou al detrir zotmem.Mwa, mo : «Mars dan Lespri,

lerla, zot pa pou akonpli bann move dezir laser.

Parski laser, li kont lespri, e lespri kont laser.

Sa de-la, zot kontrer, enn ar lot ; lakoz samem, zot pa fer seki zot ti a anvi.

Me si Lespri kondir-zot, zot nepli anba Lalwa.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Azordi, le-Segner pe apel-nou. Anou mars deryer li lor sime Levanzil.

«C'est à la liberté que vous avez été appelés» (Ga 5, 13)

par père Fabio Ciardi


Dans les années 50, Paul se rend en Galatie, une région située au centre de l'Asie mineure, qui correspond à la Turquie actuelle. Là, étaient nées des communautés de chrétiens qui avaient embrassé la foi avec enthousiasme. À la prédication de Paul, qui leur présentait Jésus crucifié et ressuscité, ils avaient reçu le baptême, revêtant ainsi le Christ et recevant la liberté des enfants de Dieu. Et voilà que, tout à coup, ces chrétiens se mettent à chercher ailleurs leur liberté. Paul s'étonne qu'ils aient si vite tourné le dos au Christ. Et il leur adresse une invitation pressante à retrouver cette liberté que le Christ leur avait donnée.

À quelle liberté suis-je appelé ? Ne puis-je pas faire tout ce que je veux ? «Jamais personne ne nous a réduits en esclavage» disaient à Jésus ses contemporains quand il affirmait que la vérité qu'il leur apportait les rendrait libres. «Celui qui commet le péché est esclave du péché», avait répondu Jésus (cf. Jean 8,31-34).

Il existe un esclavage subtil, fruit du péché, qui oppresse le cœur humain. Nous en connaissons bien les nombreuses manifestations : le repliement sur soi, l'attachement aux biens matériels, la recherche du plaisir, l'orgueil, la colère.

Nous ne sommes pas capables de nous dégager par nous-mêmes de cet esclavage. La liberté est un don de Jésus : il nous a libérés en se faisant notre serviteur et en donnant sa vie pour chacun de nous. D'où cette invitation à être cohérents avec cette liberté qu'il nous a donnée.

Elle ne consiste pas tant à avoir «la possibilité de choisir entre le bien et le mal, mais à nous diriger toujours davantage vers le bien». C'est ce que Chiara Lubich déclarait à des jeunes. «J'ai constaté que le bien libère et que le mal rend esclave. Donc, pour être libre, il faut aimer. Car c'est notre moi qui nous rend esclaves. Quand, au contraire, on est attentif aux autres, ou à la volonté de Dieu en accomplissant nos devoirs, on ne pense plus à soi, on est libéré de soi-même.»

Comment vivre en accord avec la Parole de Dieu? Après avoir rappelé que nous sommes appelés à la liberté, Paul explique qu'elle consiste à nous mettre «au service les uns des autres»,«par l'amour»,«car la loi tout entière trouve son accomplissement en cette seule phrase : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.» (cf. Ga 5, 13-14).

Là est le paradoxe de l'amour : quand nous nous plaçons par amour au service des autres, et quand, renonçant à nos tendances égoïstes, nous nous oublions nous-mêmes et sommes attentifs aux besoins des autres, alors nous sommes libres.

Nous sommes appelés à la liberté de l'amour : nous sommes libres d'aimer ! Oui, pour être libres, il faut aimer.

Line
retour