Église

Nouvel organigramme
pour le centre Carrefour

Le centre Carrefour connaît une réorganisation et un renforcement de son personnel suite à la disparition de sa fondatrice, Antoinette Prudence. Mgr Alain Harel a présenté la nouvelle équipe responsable aux membres des mouvements d'action catholique, aux groupes spécialisés et aux amis du centre. Cette nouvelle structure au service de la mission animera le centre de formation et veillera à ce que les orientations et convictions de la fondatrice se poursuivent à travers les activités, actions, célébrations et prises de parole.

L'équipe nouvellement nommée prendra le relais d'Antoinette, a précisé Mgr Harel. La mission de Carrefour est de permettre aux mouvements d'action catholique de se retrouver, de favoriser une présence active des chrétiens dans la société rodriguaise en se laissant guider par la doctrine sociale de l'Eglise.

Après des mots de remerciements des membres venant de la nouvelle direction, l'assemblée a aussi exprimé ses attentes quant à l'avenir du centre Carrefour. Il y a unanimité quant à la mission première de cette institution d'Eglise : être attentif aux réalités de vie en prenant une position ferme face aux injustices et aux problèmes touchant notre société. Le centre Carrefour favorisera la relecture des événements et des actions à travers des réflexions et des actions en lien avec notre foi en Jésus-Christ. Il encouragera aussi l'homme rodriguais dans ses efforts de créativité, de participation et de transformation.

Priorités

Les priorités du nouveau directeur sont la relance du parcours de formation, une plus grande ouverture sur l'international, un témoignage et un langage vrais et cohérents auprès de la société, la relecture des événements et la présence active dans la société locale. Le directeur, Christian Raboude, est aussi responsable de l'Apostolat de la mer, dont le siège est à Carrefour. Rosanne Milazar-Azie est engagée auprès de l'Action catholique des enfants (ACE) et le Regroupement des femmes. Michel Ben Lévêque s'occupera du secrétariat et des projets comme l'accompagnement scolaire.

Jean-Teddy Labour

Line

Rodrigues, kot to pe ale?

Lors d'une réunion entre le comité de village de Tamarin et ses membres, des interrogations concernant les travaux du Trust Fund pour l'intégration sociale des groupes vulnérables ont été exprimées. Il y a d'abord eu enquête pour établir le profil de chaque village de l'île en vue d'identifier les besoins des personnes démunies. De là, une liste de personnes ayant sollicité le Trust Fund pour des toilettes et des maisons avait été établie.

Il a été avancé que le Trust Fund veut à nouveau diligenter une telle enquête. Nous avons appris que des gens n'ayant rien à voir avec des projets de la communauté villageoise ont été voir les officiels du Trust Fund à Port-Mathurin et que leurs noms ont été rajoutés aux listes soumises par les présidents de villages.

J'ai personnellement refusé d'y participer. Et ce pour plusieurs raisons : a) Les Field Workers du Trust Fund sont rémunérés pour entreprendre des enquêtes sur le terrain ; b) Dans mon propre village, certains se sont inscrits, mais ne sont pas éligibles à de telles facilités. Et si personnes n'ont pas satisfaction, c'est le comité de village qui va être blâmé.

Face à cette situation, on ne peut que se poser des questions sur le rôle et la mission d'un comité de village. Eski linn vinn en azans ki recevoir e distribue bagaz dan landrwa ? Rodrigues a connu des changements sur tous les plans. Il est temps d'aider les gens à lancer des projets viables qui les aideraient à gagner leur vie dignement.

Quelles sont les facilités mises à la disposition des jeunes pour la création d'emploi? Que de beaux discours et, en attendant, le taux de chômage grimpe. Eski pe donn Rodriguais fasilite pou kree e prodwir plis ? Beaucoup de gens veulent aller de l'avant, mais tous sont confrontés à divers obstacles. Par contre, ceux qui possèdent obtiennent toujours les facilités en peu de temps. Pourquoi trouve-t-on rarement dans les grandes surface à Maurice, les produits agro-alimentaires de certaines femmes qui se sont lancées dans ce domaine depuis longtemps ? Par contre, des non-Rodriguaises qui sont ici quelque temps seulement et qui ont peaufiné leurs savoir-faire avec ses mêmes Rodriguaises dans le domaine de la transformation, leurs produits, eux, trouvent place dans les grandes surfaces à Maurice. Rodrigues, finn ler pou to ouver to lizié.

Envoi de Jean Claude-Tolbize


En vue de la béatification de la fondatrice des Filles de Marie

Conférence de l'historien Prosper Eve à La Ferme

Dans le cadre du procès de béatification de la fondatrice des religieuses Filles de Marie, Sr Marie-Madeleine de la Croix, l'historien réunionnais Prosper Eve a donné une conférence sur sa vie et sur la naissance de la congrégation des sœurs Filles de Marie de St-Denis. L'historien a surtout situé les temps forts de la vie d'Aimée Pignolet de Fresnes, dite Sr Marie-Madeleine de la Croix. Il a montré la force de sa spiritualité dans la société esclavagiste de cette époque coloniale.

La congrégation a été créée peu après l'abolition de l'esclavage à l'île de La Réunion. Cet ordre religieux apporte toute une originalité à l'Eglise de ce temps-là, a-t-il souligné. Les Filles de Marie accueillent les jeunes affranchies et les filles blanches. Elles sont placées sur le même pied. Une révolution dans l'Eglise du XVIIIe siècle, a-t-il rappelé. Les filles, indépendamment de la couleur de leur peau, pouvaient accéder à de très hautes responsabilités dans la congrégation.

Sr Marie-Madeleine de la Croix s'est enracinée dans la culture réunionnaise et elle a su dire non aux différentes injustices et inégalités de cette société. Cette femme du XVIIIe siècle demeure une révolutionnaire et un modèle pour le monde et pour l'Eglise d'aujourd'hui. L'Eglise a commencé son procès en vue de sa béatification. La congrégation est présente dans différents pays. Elle est implantée à Rodrigues depuis près d'un siècle et a contribué énormément dans le secteur de l'éducation. Les filles de Marie sont à La Ferme et à St-Gabriel et demeurent toujours fidèles aux orientations de leur fondatrice.

Jean Teddy Labour

retour