p.11foto1

Agalega

Doléances... Doléances... Doléances

Les ouvriers affectés au débarquement du MV Mauritius Pride ont fait parvenir une pétition où ils contestent la véracité du tonnage avancé par la direction de l'île. Tonnage qui n'est pas sans effet bien évidemment sur leurs salaires.

«Depuis 2003, l'Association des amis d'Agalega (AMA) a demandé que le tonnage soit affiché, explique Laval Soopramanien. Les autorités y ont toujours fait la sourde oreille. Récemment, la direction a avancé les chiffres de 288 tonnes alors qu'une demande auprès de la Mauritius Shipping Corporation faisait état de 414 tonnes. Que devons-nous penser de cette différence de chiffres?»

Outre la presse, la pétition en question a aussi été adressée à l'Outer Island Development Corporation (OIDC) et aux membres du comité de soutien à Agalega : le père Jean-Maurice Labour, responsable d'Agalega au sein du diocèse de Port-Louis ; Jack Bizlall, syndicaliste ; et Me Dev Ramano, avocat. Elle dénonce aussi les «warnings» répétés à l'encontre de Régis Mootoo, perçu par les autorités comme le meneur de cette fronde.

«A l'AMA, nous sommes heureux de voir que les Agaléens ont été nombreux à prendre position et à élever la voix contre les injustices à leur égard, analyse son président, Laval Soopramanien. Les jeunes, qui ont fait leurs études à Maurice et qui sont retournés sur leur île natale, sont tout aussi critiques ; ils sont nombreux à être présentement sans emploi. La compagnie, qui a récolté des barbaras, a fermé temporairement à cause de l'hiver. L'avenir leur semble bouché.»

L'AMA se réunit ce dimanche 1er juillet pour dégager une stratégie de travail par rapport à tous ces problèmes. «Mo kroir nou pou bizin bouz enn bon ko-la. Lane ale, lane vini, sityation touzour parey», conclut notre interlocuteur.

La communauté agaléenne à l'évêque

Collaboration acquise pour l'avancement de l'Église

Dans un message à Mgr Maurice E. Piat, le noyau de la communauté chrétienne d'Agalega lui assure de sa «collaboration pour l'avancement de l'Église». Il remercie aussi l'évêque pour sa dernière Lettre pastorale. Il explique que la communauté agaléenne a «pris conscience de la crise que traversent à la fois l'Église et le pays» et assure les Mauriciens et les chrétiens de leur solidarité. Le noyau relate aussi le partage autour de la Lettre pastorale, au sein des familles, chaque mercredi du dernier carême. Un partage qui amène désormais les Agaléens à «vivre à fond leur baptême», à témoigner de l'amour dans leur environnement immédiat, à s'engager à écouter la Parole et à y répondre positivement et à se mettre au service des uns et des autres.

Il réitère aussi sa foi dans la collaboration prêtre/religieux/religieuses/laïcs. Une collaboration dont les signes d'espérance seront : davantage d'engagement de la part des chrétiens à préparer et à participer aux célébrations dominicales; le partage fraternel et la prière régulière au sein des familles ; la coresponsabilité, des célébrations vivantes et priantes...

Line

Droit de retour aux Chagos

Les autorités

britanniques

font appel

Le Foreign Office a annoncé son intention de faire appel, suite au jugement du 23 mai dernier, réitérant le droit de retour des Chagossiens sur leur terre natale. Ce qui implique le fait qu'Olivier Bancoult et le Groupe réfugiés Chagos (GRC) devront reprendre leur bâton de pèlerin pour contrer, à nouveau, légalement les autorités sur ce qu'ils considèrent être un droit inaliénable.

Par ailleurs, dans l'édition du Guardian de dimanche dernier, de nombreux signataires (UK Chagos Support Association, le Minority Rights Group International, Richard Gifford, avocat des Chagossiens, David Snoxell, ancien haut-commissaire britannique à Maurice et des membres du Parlement britannique...) applaudissent la proposition de Gordon Brown de revoir l'utilisation de la prérogative royale et garde espoir qu'il ne laissera par les avocats du gouvernement miner ce projet.

retour