Maurice, c'est qu'avec l'indépendance, grâce à l'aide financière obtenue des banques internationales, grâce au soutien du gouvernement, qui apporta un autre savoir-faire à l'industrie sucrière, celle-ci sut rebondir avec panache. L'économie s'est depuis diversifiée. Le pays prospère, malgré ses pauvres et ses exclus, mais elle doit faire face aujourd'hui à un nouveau défi : la conquête du Savoir. La société dans son ensemble a le devoir de mobiliser toutes les ressources disponibles. C'est aussi dans cette perspective que s'inscrit la création d'un fonds de solidarité en faveur des descendants d'esclaves.

Fonds de solidarité

Visions/objectifs

Aider les Mauriciens
descendants d'esclaves à :

- Recouvrer leur dignité bafouée et une identité

- Participer pleinement à toute action visant l'unité nationale et la construction de la Nation mauricienne

Missions

1.Éradiquer les séquelles de l'esclavage et les pratiques résiduelles chez les descendants d'esclaves, parmi lesquelles :

- La pauvreté et l'exclusion: les traces les plus visibles laissées par l'esclavage. Les remèdes apportés semblent inadéquats ou inadaptés. Tout laisse à penser que la lutte contre ces fléaux requiert encore plus d'imagination, de mobilisation et d'engagement.

- L'ignorance et le manque d'éducation :«Il fallait les tenir dans l'ignorance et ne pas éveiller leur intelligence pour la sûreté des colons.» Aujourd'hui, ils ne sont pas motivés pour les études.

- Les discriminations : (1)culturelles et religieuses ­ ils seraient les impurs,les mécréants, les infidèles(2) raciales - conséquences de lois prohibant toute relation sexuelle avec les esclaves et ordonnant aux colons à exercer les préjugés de couleur.

- Les mentalités dominantes et les complexes de supériorité : le pouvoir absolu dont les maîtres jouissaient sur leurs esclaves, y compris les femmes esclaves, ne pouvaient manquer de corrompre.

- Le «complexe esclavagiste» : identification négative (marron, sauvage, pion), les stigmates (noms sordides), mentalité de défaite et d'impuissance, complexe d'infériorité.

- Les troubles psychiques dont les symptômes, selon les psychiatres, peuvent prendre des visages innombrables: crimes de sang, viol, violences sexuelles, conduites d'autodestruction, addictions.

- L'alcoolisme ­ les esclaves affranchis s'enivraient copieusement de l'arack commercialisé du temps des Hollandais. Aujourd'hui le rhum, un alcool plus raffiné, remplace avantageusement l'arack !

2. Emmener les descendants des colons et des esclaves à se rencontrer pour faire ensemble un travail de deuil sur cette douloureuse et triste période de l'histoire. À ce propos, l'appel du Premier ministre, Navin Ramgoolam, au Prix Nobel Desmond Tutu pour la création d'une Truth & Justice Commission pourrait être un pas dans la bonne direction.

3. Solliciter les anciens colonisateurs, la France et l'Angleterre, qui ont bénéficié du système esclavagiste en vue d'obtenir un soutien financier, matériel, logistique pour la réalisation des projets

identifiés dans le cadre de la réparation des séquelles de l'esclavage et la réhabilitation des descendants d'esclaves.

4. Chercher réparation auprès d'autres bénéficiaires du système esclavagiste, notamment le secteur privé (l'industrie sucrière en particulier), de l'État. Cette réparation pourrait se traduire par une donation de plusieurs parcelles de terre. Il leur serait demandé également de créer une banque de terre pour des projets futurs. Le tout pourrait être placé sous la responsabilité d'un Trust Fund.

5. Encourager l'Église à s'engager plus activement dans la lutte que mènent les descendants d'esclaves, chrétiens de surcroit, contre l'exclusion et la discrimination ­ les chrétiens sont moins de 2% dans la fonction publique, les corps para-étatiques, les municipalités et les autres secteurs publics, selon L'UC.

Actions et projets

1 Création d'un Comité National pour l'éradication des séquelles de l'esclavage qui assurerait les dispositions spécifiques en vue de la réalisation des projets et des programmes identifiés au préalable.

2. Réveil du Slavery Reparation Committee qu'avait créé l'ancien gouvernement de Navin Ramgoolam en 1998 qui, paraît-il, fut un mort-né !

3. Constitution d'un Observatoire national des égalités qui aurait pour mission de s'assurer de la collaboration réelle des administrations de l'État dans la lutte contre l'exclusion et la discrimination.

4. Création d'un Trust Fund réunissant, entre autres, éducateurs, prêtres, travailleurs sociaux, avocats, psychologues, médecins, économistes, informaticiens et comptables. Les membres seraient responsables des études de faisabilité, de la mise en route des projets et éventuellement de leurs gestions.

Conclusion

La «société du Savoir» vers laquelle évolue le monde devrait interpeller tous les partenaires sociaux à une réflexion sur la nécessité de développer à Maurice «une culture du Savoir POUR TOUS». Auparavant, Maurice doit réussir un autre pari : «la réussite scolaire POUR TOUS». Le taux d'échec avoisinant 40% aux examens de CPE, taux qui serait le double chez les plus défavorisés, est antinomique dans cette perspective. Quel gaspillage de notre potentiel humain ? Et pourtant le Savoir est le plus démocratique de toutes les sources du pouvoir dans la mesure où les plus pauvres et les plus faibles, les hommes et les femmes, peuvent l'acquérir. Il est extrêmement salutaire à l'homme et à la dignité humaine.

Portant les germes de l'innovation et de la créativité, sa valeur ajoutée à la société et aux entreprises est inestimable, pour peu que les «chefs» n'aient pas peur de la matière grise non conforme au moule ! Contrairement à la richesse, sa source est inépuisable! La gestion du Savoir requiert un autre savoir ! Maurice ne saurait être le show case du knowledge-based economy qu'elle ambitionne tant qu'elle ne gagnera pas la bataille du Savoir. Elle doit avant tout réussir la lutte actuelle contre toutes les formes résiduelles de l'esclavage qui jalonnent les voies du Savoir : la pauvreté, l'exclusion, le racisme, les discriminations, l'intolérance et les injustices.

Lindsay Descombes

retour