p.5foto1

Bruneau Woomed, consultant actuariel en assurances et pension :


«Un certain nombre de non-dits
et d'oublis persistent»

Quelles sont selon vous les mesures les plus positives du Budget ?

J'ai été sensible à trois annonces en particulier : a) L'annonce d'un fonds spécial aux victimes de Sale by Levy, qui, par une «injustice» légale, ne peuvent voir la loi être appliquée de manière rétroactive ; b) L'annonce que la taxe sur les entreprises (Corporate Tax) et les individus passe à 15% avec deux ans d'avance est également un pari fait pour l'avenir. Elle ne peut qu'être positive pour l'investissement et démontre la volonté d'aller jusqu'au bout de la réforme ; c) Le fait de rendre les corps parapublics accountable en suivant de près leur situation financière et ne plus faire d'eux des éléphants blancs. Ce qui va demander, à mon avis, à discontinuer la pratique de nomination de politiques comme CEO de ces entités.

Ces trois mesures vont dans la bonne direction. Il faut maintenant que le gouvernement s'engage dans des campagnes d'explication et anticipe les questions des Mauriciens. Et gérer la perception de l'effort commun : on demande au peuple de faire des sacrifices et si l'État montre que lui aussi balaie devant sa porte pour éliminer les gaspillages, cela motivera le peuple. La réussite de la réforme est à ce prix.

Et quid des mesures inappropriées ou des oublis ?

Un certain nombre de non-dits et d'oublis persistent. Ainsi, rien n'est dit sur comment va être jugulée l'inflation, source de tant de souffrances pour nos compatriotes. Rien sur la réforme du système des pensions et de l'âge de la retraite à 65 ans. Alors que c'est une mesure primordiale, on ne sait toujours pas quand et comment cela va se mettre en place.

Certains parlent de budget ultralibéral, d'autres de social. Qu'en est-il au juste ?

Le Budget 2007/08 est dans la continuité des réformes enclenchées, avec une bonne dose de social. Mais, il faut que les autorités puissent rendre accessible à ceux concernés les mesures sociales prévues. Par exemple, peu de personnes éligibles à des aides en sont conscientes et/ou savent comment y accéder. Je m'en suis rendu compte au moment du paiement des frais de SC et HSC. Il faudrait que ce terrain soit investi par des ONG servant de relais entre l'administration et le citoyen lambda concerné par des mesures particulières. Ce serait une opportunité d'utiliser les compétences de ceux à la retraite et qui voudraient bien aider leurs semblables.

La «Corporate Tax» a été réduite à 15%. Cette mesure aura-t-elle les effets escomptés ?

Cette mesure a été avancée de deux ans. Maurice devient un des pays au monde avec le plus faible taux de taxation. Cette mesure attirera plus d'investissements et redonnera confiance aux investisseurs actuels. Avec moins d'impôts, les investisseurs auront plus de possibilités d'investir, de se lancer dans de nouveaux projets et de mieux traiter leurs employés. En appliquant cette mesure maintenant, le gouvernement veut booster l'investissement pour accroître la richesse.

Beaucoup parlent de «paupérisation» de la classe moyenne, la «grande perdante»du dernier Budget. Qu'en pensez-vous ?

La classe moyenne, composée pour la plupart de salariés, n'a pas droit aux aides sociales. Mais elle a eu droit à une baisse d'impôts, le seuil étant à Rs 25 000 pour ceux ayant des dependants. Et le transport scolaire gratuit l'a également soulagée. Idem pour la nouvelle mouture de la National Residence Property Tax, (NRPT) avec un plafond de 5% d'imposition sur les revenus et la non-taxation des terrains en friche.

Sinon, rien de spécifique n'est prévu pour la classe moyenne. Cela devrait l'inciter à se demander comment elle peut dynamiser ses acquis, comment elle doit faire pour gagner plus, comment se lancer dans l'entrepreneuriat, comment pousser ses enfants à des études plus poussées ! Comme dit le proverbe, «Si tu n'avances pas, les autres te dépassent et tu finis par mourir !»

Vous vous retrouverez, demain, avec quelques millions à investir. Choisiriez-vous Maurice ? Pourquoi ? Et dans quel/s secteur/s ?

Tout investisseur recherche un environnement business-friendly qui l'aide à garantir et à fructifier sa mise. Il recherche également des infrastructures appropriées, une stabilité politique et la sécurité au niveau des biens et des personnes. Et une main-d'œuvre qualifiée. Maurice est donc bien placée au niveau de ces critères, mais il y a room for improvement.

Je vois des opportunités d'investissement dans l'éducation et la formation. Le marché, les besoins de formation sont là. Les problèmes que rencontrent les secteurs financiers et les centres d'appels au niveau de leur main-d'œuvre ne sont pas insurmontables. Il nous faut de la formation soutenue à tous les niveaux si l'on veut réussir notre décollage économique.

Autre secteur : les personnes âgées, les expats et les touristes qui recherchent des prestations hyper professionnelles. Mais attention à ce que notre pays ne devienne pas inaccessible aux autochtones !

Certains trouvent que pour son deuxième budget, Sithanen le politicien supplante

Sithanen le technocrate. Qu'en pensez-vous ?

Le Budget était un exercice difficile : comment ne pas revenir sur la réforme en cours tout en faisant attention aux souffrances du peuple ? Il manquait au précédent Budget ce côté social et le feel good factor. Le gouvernement doit maintenant se mettre à expliquer ses mesures et anticiper les problèmes. Ainsi, il lui faut dès aujourd'hui prévenir les parents qu'il n'y aura pas de subventions sur les fees du SC et du HSC. Anticiper et expliquer également sur l'âge de la retraite, sur la NRPT... Je suggère au ministre de créer une cellule spéciale de communication et d'y coopter des techniciens et des professionnels du privé. Vaste chantier en perspective !

Propos recueillis par


Erick Brelu-Brelu


retour