Ekoute seki Profet Izai finn ekrir (49, 1-6)

Ekout-mwa, bann zil ki lwin ! Bann pep ki lwin, ekout byen.

Le-Segner finn apel-mwa depi dan lakaz baba,

li'nn pronons mo non, letan mo ti ankor dan vant mo mama.

Li'nn fer mo labous vinn enn lepe ki koupe,

li'nn protez-mwa anba lonbraz so lame.

Li'nn fer-mwa vinn enn fles byen pwint, li'nn kasyet-mwa dan so sak.

Li'nn dir-mwa : «Israel, tomem mo serviter,

to pou donn-mwa lokazyon montre mo laglwar.»

E mwa, mo ti pe dir : «Pou narye, mo'nn fatige,

pou narye, mo'nn servi mo lafors ziska nepli ena.»

Pourtan, mo drwa ti avek le-Segner, mo lapey avek mo Bondye.

Asterla, le-Segner finn koze.

Limem finn fasonn-mwa dan vant mo mama, pouki mo vinn so serviter,

pouki mo fer Zakob retourn akot li, pouki Israel rasanble otour le-Segner.

Se dan le-Segner ki mo retrouv mo loner, mo Bondye finn vinn mo lafors.

Li'nn dir-mwa : «To napa tro tipti pou vinn mo serviter,

pou relev bann tribi Zakob, pou redonn dignite bann reskape Israel.

Mo pou fer-twa vinn enn lalimyer pou bann nasyon ;

Koumsa, mo proze liberasyon pou rezwenn tou bann landrwa lor later.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 139/138

® Les mo loue mo Bondye !

Segner, to examinn-mwa, to konn-mwa !

Ki mo leve, ki mo asize, to kone.

Depi byen lwin, to'nn rant dan mo bann

panse,

To konn tou mo bann sime. ®

Tomem ki finn fabrik mo lerin,

Tomem ki finn trikot-mwa dan vant mo mama.

Mo dir-twa mersi pou

tou sa bann mirak-la :

vremem mo enn mervey. ®

To bann louvraz, se bann mervey,

To konn byen mo lavi.

Mo lezo pena sekre pou twa,

letan ti fabrik-mwa

dan pli profon later. ®

Ekoute seki finn ekrir dan Liv «Aksyon bann Apot» (13, 22-26)

Dan sinagog Antyos, akot Pisidi, Pol ti pe dir ar bann Zwif :

«Bondye finn fer David leve kouma lerwa.

Li'nn fer sa temwagnaz-la lor li :

'Mo'nn trouv dan David, garson Zese, enn zom dapre mo volonte ;

li pou akonpli tou mo bann volonte.'

Kouma li'nn promet, Bondye finn fer Zezi leve kouma Sover pou Israel.

Zan, ki anons-li, ti'nn fer preparasyon pou li arive ;

li'nn proklam ar tou lepep Israel enn batem sanzman leker.

Letan li ti pe fini so lekours, Zan ti pe dir : 'Seki zot krwar ki mo ete, pa mwa sa.

Me apre mwa, kikenn pe vini ; mo pa merite larg lase so sandalet.'

Frer-ser, bann zanfan dan nasyon Abraam, zot tou isi ki respekte Bondye,

pou zotmem ki finn anvoy sa mesaz liberasyon-la.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Zan finn ne : anou fer fet ! Li pou vinn enn profet pou seki pli lao.

Li pou mars devan le-Segner, pou prepar sime pou li.

Que sera donc cet enfant ?

par père Joseph Moctee


La naissance de Jean-Baptiste manifeste un tournant important de l'histoire d'Israel. L'événement inattendu fut bouleversant pour le foyer de Zacharie et d'Elisabeth tant éprouvés à cause de leur stérilité. L'espérance ne trompe pas. L'Imminence du Messie est annoncée ! Leur foyer est marqué de l'événement du salut. Dieu leur a fait grâce.

Elisabeth et Zacharie sont plus qu'émerveillés de la naissance de Jean-Baptiste. Cette joie gagnait mille et un visages. Une naissance : c'est l'évènement de la vie, alors qu'une autre naissance s'annonce. «Celui qui est LA VIE, le Christ». Jean-Baptiste aura comme mission de lui préparer un chemin. Il reconnaîtra à la fois la préexistence du Christ, Jn1 v 30: «Avant même que je suis né, il existait.»

Devant tout nouveau-né, nous devons avoir un infini respect, car personne ne sait la destinée de l'autre, même de celui qui nous est le plus proche. Il vient en des pauvres êtres étendre sa miséricorde sur tous les hommes. Le germe de la vocation est là dans le jardin d'Amour, du foyer d'Elisabeth et de Zacharie, le réceptacle de la grâce divine. Ils le protègent des vermillons et l'incorporent dans le peuple de l'Alliance sous le rite de la circoncision. Les parents se dessaisissent de leurs vies et se tendent vers l'enfant. Elisabeth nomme son enfant «Jean». Une nouveauté! Zacharie le confirme simplement sur une tablette. Il renonce ainsi son autorité. Car d'après les traditions, c'est le père qui donne le nom et l'enfant doit porter également son nom. La grâce transcende les traditions. Zacharie y trouve un chemin de guérison et de libération et la louange de Dieu retentit de son coeur(Lc1,68).

Lc1, 80. «L'enfant grandit et son esprit se fortifiait.» Les valeurs de la vie sont enracinées en lui. Il respire Dieu et l'humain. Les parents se dessaisirent de l'enfant.

Très jeune, à l'appel du Seigneur, il quitte la maison parentale, le confort religieux, se retire au désert en se dépouillant. Humble comme la terre, il devient la voix qui crie dans le désert et ramène autour de lui les petits, ceux qui se reconnaissent pécheurs, au bord du Jourdain pour un baptême de conversion. Il déclare qu'il n'est pas digne de défaire la courroie des sandales de Celui qui vient. Lc3,16 «Il vient vous baptiser dans l'Esprit-Saint.»

Jean-Baptiste a eu la grâce de baptiser le Christ dans son humanité, l'Auteur de sa vie. C'est l'humilité de Dieu que nous rejoignons là.

Il montrait aux premiers apôtres Jésus en l'identifiant à l'Agneau de Dieu. Celui qui enlève le péché du monde. Jean-Baptiste n'est pas la lumière mais participe pleinement à cette lumière. Il était loin d'avoir fait que des amis. «Il faut qu'il grandisse et que je diminue», disait-il. Cela le conduit librement au témoignage du martyr dont la tête sera portée ostensiblement sur un plateau. Sachant que sa vie n'avait de sens qu'en Dieu, il se donna jusqu'au bout pour lui dans sa mission. Il vit aujourd'hui et à jamais dans le Royaume de Dieu.

Que sera donc cet enfant ? La question est posée à toutes les générations car Dieu a besoin de tous ses enfants pour construire son Royaume de Justice et d'Amour : c'est l'enfant qui va naître, l'enfant autour de nous, L'enfant que chacun de nous est devant lui. L'enfant que Dieu nous a confié dans notre jardin familial.

Line
retour