p.11foto1 Line

Manifestation pacifique de l'OPR

«Le Parlement, c'est pour le peuple !»

Le vendredi 15 juin dernier, Port-Mathurin a connu une animation particulière : l'Organisation du peuple de Rodrigues (OPR) manifestait pacifiquement contre «la perversion des dispositions légales régissant l'Assemblée régionale et la politique de persécution des fonctionnaires par le gouvernement régional», selon Serge Clair, leader du parti.

C'est munis de pancartes que les manifestants ont quitté la gare routière pour défiler devant les locaux de l'administration et le Parlement régional. Plusieurs slogans ont été scandés : «Aret fer dominer ek fonktioner» ou «less loppozision fer so travay». Au square MCB, Philippe François, qui présidait la manifestation, a affirmé que «le calendrier du citoyen et celui du gouvernement ne sont pas les mêmes. A chaque fois que la démocratie parlementaire sera bafouée, l'OPR transposera le Parlement dans la rue».

De son côté, Serge Clair, le leader de l'OPR, a présenté ses excuses aux professionnels travaillant dans les parages pour tout inconvénient que pourrait causer la manifestation. Il s'est déclaré contre l'ouverture d'un casino et a dénoncé «la dégradation de l'administration publique et la valse de transferts punitifs et le règne des tapeurs». Le leader de l'OPR a été très critique envers le président de l'Assemblée régionale et les dirigeants locaux. «Le Parlement, c'est pour le peuple et nous menons un combat pour la dignité et le respect de l'homme rodriguais.»

Daniel Spéville a rendu hommage aux disparues Zita Jean-Louis et Antoinette Prudence. Avec le gouvernement du Mouvement rodriguais (MR), a-t-il déploré, il n'y a point de décollage économique. Au moment du changement de majorité dans l'île, en juillet 2006, a-t-il insisté, les caisses publiques contenaient Rs 1,3 md. «Aujourd'hui, les caisses sont vides», a-t-il affirmé. Il a ajouté avoir noté que «les commissaires sont en chute libre», ayant perdu toute crédibilité. Il a ironisé sur les manifestations proMR organisées.

De son côté, Arlette Perrine-Bégué a dénoncé les promesses illusoires de la majorité et les voyages inutiles baptisés missions. Selon elle, le MR a raté l'occasion de montrer au monde que les jeunes peuvent prendre en main Rodrigues. «Kot pase, la soufrans, zanfan pe fie dipin lekol pou manze, dezord partou... Kot zot investiser ete ?» Selon elle, un gouvernement régional OPR aurait «placé le centre culturel de Mon-Plaisir sur l'autoroute du développement économique et culturel».

Nicolson Lisette a réaffirmé que les procédures administratives doivent être respectées dans le recrutement sur contrat de deux cents laboureurs. Des signaux contradictoires sont envoyés avec, d'un côté, la taxation des commerces et, de l'autre, la libéralisation des prix de certains articles, a-t-il déploré. Pour lui, le commissaire des Sports brise l'élan de confiance au sein de la communauté sportive. A deux mois des 7e Jeux des îles, «nos athlètes locaux présélectionnés n'ont reçu aucun soutien financier».

Francisco François a observé un désordre total dans le domaine de la terre. L'avis des pêcheurs n'est pas pris en compte en ce qui concerne deux projets commerciaux sur la mer. Simon Pierre Roussety s'est indigné de l'environnement insalubre à l'hôpital de Crève-Cœur, l'utilisation de gants chirurgicaux périmés, l'accouchement par césarienne de plusieurs femmes et la vente du riz ration infecté sur le marché. Contacté, l'Island Chief Executive, Jean-Claude Pierre-Louis. n'a pas voulu faire de déclaration. Pour sa part, le président de l'Assemblée régionale a réaffirmé son impartialité et a avancé qu'il ne s'ingère pas dans la politique partisane entre gouvernement, opposition parlementaire ou autre parti politique local.

Jean-Gérard Gaspard

Fête patronale du Sacré-Cœur


Le sens de la famille célébré

Le vendredi 15 juin dernier, les paroissiens de St-Gabriel ont fêté la fête patronale du Sacré-Cœur. La messe, présidée par Mgr Alain Harel, qui était entouré des pères Eddy Coosnapen, Jocelyn Patient, Jean Alleaume et George Abalain, avait pour thème Fami epanoui, Egliz vivante.

Selon Louisana Spéville, «dans la société rodriguaise, où il existe un nombre important de défis, nous sommes convaincus qu'une famille solide et stable permet à chacun de ses membres de grandir et de s'épanouir. Cette entente, elle se répercute sur notre Eglise. Nous réaffirmons ici notre conviction que dans une famille où chacun joue pleinement son rôle, c'est un plus pour notre pays et notre Eglise».

Davila Ravanne, président du comité de village de Songes, a salué l'initiative de célébrer une messe villageoise dans sa localité pour resserrer les liens d'amitié après les dernières élections régionales. Etienne Perrine a commenté la réflexion qu'a eue le groupe Zom de son village sur la lettre pastorale 2007 sur l'éducation. Les hommes s'organisent et prennent beaucoup d'initiatives, a confié, de son côté, Margéot Cupidon.

Qui sont les brebis perdues, égarées ?

Commentant l'évangile Mgr Alain Harel s'est réjoui des témoignages «qui ne manquent pas de nous interpeller» de la part des hommes. «Qui sont les brebis perdues, égarées ? Sont-ils ces hommes qui s'assoient sous la boutique ? Chacun d'entre nous? Notre communauté paroissiale? Ceux menant une vie sexuelle désordonnée? Les divorcés ? Les familles déchirées? La perte de repères par nos jeunes ? Nous sommes aussi blessés par la cherté de la vie, le chômage et l'exil des jeunes, la disparition de personnes en mer, l'échec scolaire, un système éducatif qui ne développe pas assez la capacité des enfants, le manque de créativité qui favorise l'engagement pour développer le pays.»

Mgr Harel a également ajouté que «quand nous recherchons nou bout au détriment du bien commun, le Seigneur nous dit : Toi, la brebis égarée, je viens te chercher, je te ramène à la maison, je te soigne et te rends la force.» Pour l'évêque, le Seigneur nous rejoint également à travers l'engagement dans les mouvements, les services comme Caritas et la catéchèse, à travers les témoins laïcs, les ministres consacrés et les religieux et religieuses.

L'érection en paroisse de la zone pastorale de Brûlé sera une réalité cette année. «Nous valorisons également notre culture dans nos célébrations. Votre présence nous encourage à découvrir et à nous abreuver à la source d'amour du Christ.» Poursuivant, Mgr Alain Harel a affirmé que le Christ «nous prend par la main pour construire une île plus juste, solidaire et fraternelle».

L'offertoire et la prière d'action de grâce ont été apportées et lues par les familles de Burty Guillaume et d'Alain Niole, dans l'ordre, symboliquement. Mgr Alain Harel a rendu grâce pour les pères Abalain et Alleaume qui fêteront leurs cinquante et trente ans de vie sacerdotale, respectivement, ce mois-ci.

Jean-Gérard Gaspard

retour aller