p.11foto1

L'Atelier de la Pointe-Tamarin


Classe de créativité à l'école St-Benoit-RCA

Les cours du dimanche à l'Atelier de la Pointe-Tamarin semblent porter des fruits, au point où le responsable de l'atelier de peinture, Jean-Yves L'Onflé, est désormais responsable d'une classe de créativité, qu'il anime trois fois la semaine, à l'école St-Benoît-RCA. Les classes ont débuté le lundi 18 juin dernier.

A partir du 1er juillet prochain, les élèves des standards I, II et III de l'école primaire St-Benoît-RCA, Tamarin, pourront profiter des classes de créativité dispensées par Jean-Yves L'Onflé (artiste). Financé par le magasin Espace maison, ce projet vise à initier les élèves à la peinture, au collage, à la fabrication de cartes de vœux, entre autres.

Pour Jean-Yves L'Onflé, ces classes de créativité seront un grand plus pour les élèves, car non seulement ils auront l'occasion de découvrir l'art, mais il a aussi été noté que ces cours ont des effets positifs sur les enfants. «Il y a de grands changements chez les enfants qui suivrent les cours le dimanche. Ceux qui étaient autrefois timides s'expriment plus facilement aujourd'hui. Ils sont plus épanouis.» (Voir en encadré des témoignages de parents)

Ces changements ne sont d'ailleurs pas uniquement visibles durant les cours de Jean-Yves, mais également à l'école. «Nous remarquons chez les enfants fréquentant le centre qu'ils ont un meilleur estime de soi», raconte Josette Favory, maîtresse d'école de St-Benoît-RCA. «A l'école, nos enfants ont eu la chance d'être initiés à la musique à travers la flûte et certains pratiquent des expressions gestuées. Nous avons noté des changements positifs chez nombre de nos élèves. Ils sont plus intéressés à venir à l'école et se comportent mieux. Même au niveau des résultats du CPE, l'amélioration est remarquable. Aux derniers examens, nous avons eu un pourcentage de réussite de 67,2% contre 44,2% l'année précédente. Une performance jamais réussie jusqu'ici.»

Beaucoup de passion

Tout ceci ne fait donc que donner plus de raisons à Josette Favory pour que les cours de créativité fassent pleinement partie du programme de l'école. «La créativité fait partie du programme scolaire depuis quelque temps, mais les enseignants se limitaient

aux manuels. La participation de Jean-Yves sera donc un grand plus.»

Excité à l'idée d'offrir ces cours de créativité, Jean-Yves Lonflé prépare ses classes avec beaucoup de passion. «L'objectif est de permettre aux enfants de se développer. Normalement, je ne fais que leur donner un thème et c'est à eux d'élaborer, d'exprimer leur créativité...»

L'artiste et formateur dit aussi remarquer que le dessin est devenu pour certains enfants un bon moyen d'exprimer leurs émotions. «Certains, qui vivent des moments difficiles dans leurs familles, ont tendance à refléter leurs souffrances à travers leurs dessins. Par exemple, il y a des enfants qui utilisent constamment le noir dans leur dessin.»

Attention et proximité

Au-delà de sa mission de formateur, Jean-Yves Lonflé dit avoir développé des relations de proximité avec les enfants fréquentant le centre. Ainsi, en plus d'être enseignant il est aussi devenu l'ami des enfants. Ce qui facilite les échanges et les partages. «Certains enfants finissent par se confier et il faut dire que quelques-uns vivent des moments difficiles.» Heureusement que ce n'est pas le cas pour tous. D'autres, au contraire, sont issus d'environnements stables et «il y a même des parents qui répondent toujours présents quand il nous faut organiser quelque chose».

Victime de son succès, l'Atelier attire toujours beaucoup de monde. Lancé en 2003, l'Atelier accueille actuellement 200 enfants (nombre en constante augmentation) et en est à sa limite d'accueil. «Pour des raisons pratiques, nous évitons d'aller au-delà de ce nombre. Au cas contraire, nous aurons trop de difficulté pour trouver des sponsors pour le matériel et le transport quand nous organisons des sorties.» Il faut savoir que, outre les cours dispensés au centre, l'Atelier organise aussi des sorties afin que les enfants découvrent le pays et trouvent des sources d'inspiration pour les travaux en classe le dimanche.

Martine Théodore

retour