p.11foto1

Reprendre confiance et se mettre debout

Consciente que la clé du combat contre la pauvreté réside dans la formation, la paroisse Ste-Thérèse, Curepipe, a mis le centre St-Jean, de Cité-Joachim, à la disposition de la communauté pour un développement intégral basé sur les valeurs de chaque «personne accompagnée» pour qu'elle soit autonome dans la vie.

Plusieurs activités sont organisées afin de promouvoir la dignité de la personne, en particulier pour les femmes, cela en se basant sur le concept d'empowerment et surtout à les aider à reprendre confiance en leur capacité et à se mettre debout. La Vie Catholique a rencontré un groupe de femmes réunies dans l'atelier Ensam lamain dan lamain et elles nous parlent de leur cheminement. Elles se disent «épanouies grâce à leur formation et à l'esprit de famille au sein du groupe». Une formation qui a duré plusieurs mois. «Je me sens une femme transformée. Avant, j'étais timide et n'avais pas confiance en moi. Cette formation arrive à temps : j'étais au bout du désespoir quand je suis venue au centre. Depuis que je suis ici, j'ai pu constater le progrès accompli», lâche Jenny Armoogum, femme au foyer, en cachant difficilement son émotion.

Ce groupe de femmes se rencontre trois fois par semaine et elles sont encadrées par un groupe de bénévoles qui dispensent des cours d'alphabétisation et de cuisine, couture, pâtisserie, artisanat. Sont également abordés les différents aspects de la vie conjugale et familiale, cela avec le soutien d'une éducatrice de l'Action familiale.

Ensam lamain dan lamain est un projet qui permet aux femmes dans le besoin et en difficulté de ne plus être des exclues de la société. Le projet aide à la promotion humaine de la femme et de la jeune fille. «Notre vie a désormais un sens. Nous avons pu développer nos potentiels, que ce soit dans la couture, l'artisanat ou la pâtisserie. Nous avons surtout bénéficié des connaissances d'une éducatrice de l'Action familiale sur les enjeux de

l'épanouissement de la famille», avancent Paola Vencatachellum, mère de deux enfants, et son amie Cindy Foolchand.

Entente et confiance

Aujourd'hui, Annabelle Pertum, qui va bientôt se marier, a compris que tout se passe dans le dialogue et l'écoute. Résultat : une bonne entente règne au sein de sa famille et avec son fiancé. «Autre aspect important : le respect de la vie humaine, le respect du corps.»

«Ces causeries traitent de différents sujets avec toujours comme b
ut l'épanouissement du couple et de la famille. Les sujets sont divers et comprennent la sexualité, la communication, l'entente sexuelle, le risque du sida et autres maladies»,
explique Patricia Ah-Tong, éducatrice de l'Action familiale de la région de St-Paul et qui vient prêter main forte aux animatrices de l'atelier Ensam lamain dans lamain.

Elles sont unanimes à reconnaître qu'à la fin de leur formation, «nou pou capav dibout lor nou lipie. Nou pou capav develop enn ti bisnes osi capav ger nou lakaz». Chacune va se lancer dans un projet pour soutenir tant sa famille que son épanouissement personnel.

Comme les autres, Natacha Etiennette a retrouvé confiance en elle. Aujourd'hui, elle dit mettre toutes ses peurs et hésitations de côté et fonce dans ce qu'elle entreprend. Depuis qu'elle est au centre, elle constate une meilleure entente au sein de sa famille. Elle qui croyait très peu en ses capacités, elle a pu faire des napolitains pour la confirmation de son enfant. Un mot de remerciement à la paroisse et aux nombreux volontaires de la part de stagiaires : «Merci seki zot pe fer pou nou.»

Sylvio Sundanum

retour