Ekoute seki finn ekrir dan dezyem Liv Samyel (12, 7-10.13)

Apre pese David, profet Natan vinn trouv-li, li dir-li :

«Sa manyer-la le-Segner, Bondye Israel, pe koze :

Mo'nn konsakre-twa lerwa Israel,

mo'nn delivre-twa dan lame Saoul, mo'nn donn-twa lakaz to segner,

mo'nn met dan to pouvwar bann fam to segner ; mo'nn donn-twa lakaz Israel,

e, si sa tro tigit, mo pou azout enn kantite lot kiksoz.

Kifer to'nn mepriz le-Segner ? Kifer to'nn fer seki pa fer-li plezir ?

To'nn fer Ouryas, ki sorti parmi bann Itit, mor par lepe.

To'nn pran so fam pou twa,to'nn fer Ouryas mor par lepe bann Amorit.

Asterla, lepe pa pou kit to lakaz, parski to'nn mepriz-mwa,

parski to'nn pran fam Ouryas pou vinn to fam.»

David dir ar Natan : «Mo'nn fer pese kont le-Segner !»

Lerla Natan dir ar David : «Dan so kote, le-Segner pardonn to fot, to pa pou mor.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 32/31

® Pitye pou mwa, mo rekonet mo pese.

(Melodi : «Pitié Seigneur, car nous avons péché»)

Boner lor dimoun, kan so pese efase, kan li gagn lakitman pou so fot !

Boner lor dimoun, letan le-Segner nepli kont so tor,

kan so lespri na pa frode. ®

Mo'nn fer-twa konn mo fot, mo pa'nn kasyet mo tor ;

Mo'nn dir : «Mo pou al kot le-Segner, mo pou rekonet mo pese.» ®

Twa, to'nn tir mo tor ; To enn proteksyon pou mwa,

To vey lor mwa letan mo dan detres ;

To antour-mwa avek sante liberasyon. ®

Seki fye lor le-Segner, lagras pou antour-li.

Montre zot kontantman dan le-Segner, Fer fet, dimoun zis ;

Dimoun drwat, kriy zot lazwa ! ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir bann abitan la-Galasi (2, 16.19-13)

Mo bann frer, mo bann ser,

Nou byen kone, dimoun pa vinn zis, lakoz li'nn pratik lalwa,

me par lafwa dan Zezi Krist.

Nou finn krwar dan Zezi Krist, nou osi,

pou vinn bann dimoun zis par lafwa dan Krist ; pa lakoz nou pratik lalwa ­

nou kone personn pa vinn zis lakoz li'nn pratik lalwa.

Par lalwa, mo'nn mor pou lalwa, mo viv pou Bondye.

Avek le-Krist, mo'nn al lor lakrwa ; pa mwa ki pe viv, le-Krist ki pe viv an mwa.

Mo lavi aster dan laser, mo viv-li dan lafwa pou Garson Bondye ;

Li'nn kontan-mwa, li'nn donn so lavi pou mwa.

Mo pa pe rezet kado Bondye ; me enn koze, si lalwa ki fer kikenn vinn zis,

lerla, le-Krist ti pou finn mor pou narye !

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Avan ki nou kontan-li, Bondye finn kontan-nou :

Li'nn anvoy so Garson ; Zezi finn rekonsilye-nou, li'nn donn so lavi akoz nou pese.

Être sauvé

par Sr Maud Adam, fmm


Ce n'est pas l'observance stricte de la loi qui sauve l'homme, mais la foi en Jésus-Christ. Les lectures de ce onzième dimanche ordinaire nous présentent deux hommes et une femme qui sont sauvés grâce à leur foi en Dieu. Dans la première lecture, nous voyons le grand Roi David qui reconnaît qu'il a péché contre Dieu quand il fait tuer Urie le Hittite pour prendre sa femme Bethsabée. Le cœur remplit de repentance, il se tourne vers Dieu et lui demande pardon. Dieu dans son grand amour de Père miséricordieux ne tient pas compte du péché de David, mais de son retour vers lui.«Le Seigneur a pardonné ton péché; tu ne mourras pas,» lui dit le prophète Nathan, l'envoyé de Dieu.

Dans la deuxième lecture, nous voyons saint Paul grand défenseur de la loi juive, qui était prêt à tuer ceux qui ne l'observaient pas. Ayant fait dans sa vie l'expérience de Jésus comme son Seigneur et son Dieu, il peut dire: «Ce n'est pas en observant la loi que l'homme devient juste devant Dieu, mais seulement par la foi en Jésus Christ.» Nous savons en lisant les écritures que St Paul donnera sa vie au nom de sa foi en Jésus-Christ.

Dans l'Evangile, saint Luc nous présente Simon le pharisien, qui accueille Jésus pour un repas chez lui. Ce dernier est scandalisé par l'attitude de la femme pécheresse qui ose transgresser la coutume juive en touchant Jésus. Jésus ne s'est pas arrêté à cette coutume disant qu'une femme impure ne pouvait le toucher. Il a été plus loin; il a regardé le cœur de cette femme, son courage, son humilité, son repentir, sa foi. Malgré les murmures dans le cœur de ceux autour de lui. Sans hésitation, il dit à cette femme pécheresse : «Tes péchés sont pardonnés»«Ta foi t'a sauvée. Va en paix.» Son hôte lui s'arrêtait qu'a l'extérieur «Si cet homme était un prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche et ce qu'elle est : une pécheresse.»

Et nous, ne restons-nous pas trop souvent enfermés dans nos péchés au lieu de reconnaître, comme David, que nous sommes des êtres fragiles qui, souvent, faisons le mal que nous ne voudrions pas faire, dit saint Paul ? Et pourtant, notre foi nous dit que Jésus est venu pour les pauvres pécheurs que nous sommes ? Ne sommes-nous pas souvent comme le pharisien Simon, regardant l'autre à partir de nos convictions. Jugeant sur ce qu'il ou elle aurait dû faire ?

Jésus nous invite à un regard miséricordieux, compatissant qui accueille l'autre et l'aide à grandir dans toutes les dimensions de sa vie.

En ce jour où dans le diocèse nous marchons pour les vocations, accueillons chaque homme et chaque femme avec ce que le Seigneur a mis de bon dans son cœur. Aidons l'autre à grandir au lieu de vouloir qu'il soit autrement.

N'est-ce pas des moyens pour que l'arbre des vocations pousse dans notre jardin, dans notre cœur ?

N'est-ce pas des moyens pour arroser et faire pousser l'arbre des vocations?

Line
retour