Messe des malades


Père Eddy Coosnapen : «Jésus souffre devant
la maladie et apporte
sa guérison»

Line

Le 9 juin dernier


Demi-journée de réflexion
du Groupe environnement
du centre Carrefour

Le Groupe environnement du centre Carrefour a célébré la Journée internationale de l'environnement à travers une demi-journée de réflexion le samedi 9 juin dernier. Le thème était Deryer nou lakaz, amba nou miray, dan nou zardin e nou later, li konsern nou tou.

Cette réflexion fait suite aux différentes campagnes de réflexion et de sensibilisation menées par ce groupe dans divers villages de l'île. Composé de jeunes, le Groupe a voulu apporter sa contribution dans cette grande mobilisation en faveur de l'environnement. La réflexion s'est accentuée sur les réalisations, les préoccupations et autres questions touchant directement à notre environnement.

Les échanges ont fait ressortir que les problèmes environnementaux sur la terre ferme affectent également l'écosystème marin. Quelques réalisations notées : la collecte d'ordures à travers toute l'île, l'installation de poubelles, l'aménagement d'espaces verts, l'utilisation de tentes en vacoas... Le groupe a également identifié certaines préoccupations majeures : la collecte de concombres de mer, la surexploitation du lagon, les terrassses dans les zones agricoles, l'accumulation de produits en verre, l'érosion des terres arables, l'octroi de baux commerciaux dans la mer. Ceux présents à cet exercice de réflexion ont proposé que la population soit consultée pour donner son avis sur les grands projets concernant l'exploitation de la mer et de la terre.

Il a été rappelé que la protection de l'environnement s'exerce à deux niveaux : par les autorités gouvernementales ; et, par les initiatives personnelles ­ aménagement de drains, nettoyage des arrière-cours... Des initiatives qui paraissent simples mais qui aident dans la protection de notre environnement immédiat.

Rodrigues a peu de ressources et elle doit préserver son écosystème marin, ont répété ceux présents. La protection de la terre ne dépend pas seulement de ce qui est fait, mais de comment cela se fait. Les Rodriguais se doivent de développer une attitude plus environment-friendly. Le Groupe poursuivra son action éducative et de sensibilisation à travers l'île pour vulgariser l'information sur ce secteur tout en faisant appel à d'autres partenaires dans ce domaine.

Jean-Teddy Labour


La messe des malades, organisée annuellement à St-Gabriel pour ses paroissiens souffrant, requiert une préparation et une mobilisation minutieuse. Ce dimanche 10 juin, ils sont venus des quatre coins de la paroisse pour participer à cette eucharistie.

Accueillant les fidèles, Odile Edouard a dit la joie de la communauté paroissiale de recevoir les malades pour célébrer cette messe ensemble. «Avec vous, nous redisons notre espérance en Jésus-Christ qui est plein de tendresse, Lui qui accueille les pécheurs et guérit les malades.»

Françis Clair, un homme paralysé et ex-engagé actif dans le social, a témoigné que malgré sa maladie, il n'a perdu nulle confiance en Dieu. Il a dénoncé les personnes malades qui croient à la sorcellerie. Autre intervenante : Éliane Spéville, qui a témoigné que durant quinze ans, elle était «porteuse» de communion aux villages et qu'actuellement, «mo malad, e mo nepli kapav kontigne. Mo la fwa finn bokou grandi dan sa servis-la».

Lors de son homélie, le père Eddy Coosnapen a avancé que Jésus-Christ a un regard plein de pitié et de compassion devant la maladie. «Il n'est pas insensible à nos souffrances et à notre vie.» Les donneurs de communion dans les villages apportent la présence du Christ dans nos épreuves, a-t-il rappelé. «Cette communion avec Jésus nous encourage, nous guérit et nous transforme. Vous, les malades, vous attendez ce moment-là avec tant d'impatience pour communier au corps du Christ et on vous fait sentir la présence de l'Église. C'est aussi le temps de créer l'amitié, de recevoir la solidarité profonde des paroissiens.»

Le prédicateur a poursuivi : «Vous méditez beaucoup la Parole de Dieu. Aux biens portants, il a fait prendre conscience de la fragilité de la vie. Zezi interess-li avek dimounn ki dan pinss, dan zot sitiation. E nou tou nou pe soufer dan enn manyer kouma en lot.»

Outre quelques personnes qui ont reçu le sacrement des malades, les donneurs de communion ont renouvelé leur engagement. L'assemblée a aussi prié pour les personnes vivant seules, les porteurs de communion et les dirigeants du monde entier.

Jean-Gérard Gaspard


retour