P. G. Kenny, responsable de la Pastorale des vocations

«Mon souhait : que les
personnes marchent en famille»

Le dimanche 17 juin, c'est le grand rassemblement annuel du diocèse de Port-Louis pour la traditionnelle marche pour la collecte des fonds pour les études des séminaristes. Le père Georgy Kenny, membre du comité organisateur, nous fait le point.

Nous sommes arrivés presque au jour J de Marcher pour les vocations.
Pouvez-vous nous rappeler les objectifs de cette Marche ?

L'objectif est double : d'un côté, on vient marcher pour financer les études des séminaristes. Au fil des années, cette activité est devenue un événement de la jeunesse. Dans notre réflexion, nous avons pensé aux enjeux pastoraux et la question de vocation dans l'Eglise et nous avons vu que lever des fonds et sensibiliser par rapport à la question de l'éveil à la vocation de baptisés vont de pair. Nous avons ainsi souhaité une prise de conscience au sein des familles, car c'est là où naissent les vocations.

C'est ce qui fait que des familles et des couples ont été approchés pour soutenir la levée de fonds et la préparation spirituelle. On sent que la Marche pour les vocations s'inscrit dans une dynamique d'ensemble que le diocèse de Port-Louis vit ces dernières années avec les lettres pastorales de Mgr Maurice E. Piat autour de «vivre la mission» et la «coresponsabilité». Marcher pour les vocations n'est pas un événement isolé, mais est appelé à se situer dans cette vision pastorale d'une Eglise qui se veut davantage participative et où chaque baptisé joue pleinement et assume sa responsabilité en vertu de la vocation qui est la sienne.

L'accent est mis, cette année, sur la vocation de baptisé, avec la participation des familles et des couples. Qu'est-ce que cela a donné ?

Cela a été une bonne chose qui a permis à des mouvements d'être heureux de se sentir appelés pour collaborer dans les préparatifs de la Marche, qui était devenue, au fil des ans, un événement uniquement de la jeunesse. La participation initiale de la famille s'était effritée au fil du temps, mais, cette année, on a voulu faire de sorte que les jeunes comme les familles trouvent leur place dans cette journée que nous allons vivre. Il nous faut voir à long terme ce qui peut être fait avec la pastorale familiale. Si l'événement de Marcher pour les vocations a éveillé une prise de conscience, notre responsabilité est de voir comment continuer notre réflexion pour l'éveil des vocations.

Quel est votre souhait pour dimanche ? Etes-vous confiant qu'à partir de cette manifestation, les familles prendront plus conscience que l'arbre à vocations se trouve dans leur jardin ?

Je souhaite que dimanche nous soyons nombreux à nous rassembler au St-Mary's pour ensuite nous diriger vers le Thabor en marchant ensemble. Je souhaite aussi que cette journée soit l'occasion d'une prise de conscience de notre responsabilité dans l'éveil des vocations. Que vraiment chacun de nous mettre son notre réveil «on» ; qu'il y ait un éveil.

Que peut-on attendre de cette nouvelle formule de la Marche de charité ?

On est en pleine refonte. Pour la première fois, l'événement va se faire en deux lieux. Qui dit refonte dit aussi mise en place de nouvelles manières de penser et de se défaire de vieux réflexes et d'accepter ce renouveau. On espère que tout se passera bien. C'est un nouveau concept, tant dans la pensée que dans la mise en œuvre. On espère que les gens seront compréhensifs.

Propos recueillis par

Jean-Marie St-Cyr

Line

Animation

Chorales : unies pour une même cause

Ce sont les chorales de Notre-Dame-de-la-Mer (Albion) et Saint-Cœur-Immaculé-de-Marie (Petite-Rivière) qui animeront la messe pour Marcher pour les vocations. Formées d'enfants, de jeunes et d'adultes, ces deux chorales ont été choisies dans le cadre de la famille, berceau des vocations. Une image que les organisateurs ont voulu faire passer pour cette 25e édition de Marcher pour les vocations qui a lieu ce dimanche 17 juin, à partir de 9h30, au collège St-Mary's, Rose-Hill, et au Thabor dans l'après-midi.

C'est avec enthousiasme que les membres des deux chorales ont accueilli la proposition d'animer la célébration eucharistique de ce grand rendez-vous annuel que propose le diocèse de Port-Louis. Faisant partie de la même paroisse, Saint-Cœur-Immaculé-de-Marie, les deux chorales ne sont pas à leur première collaboration. Leur première expérience remonte à quelques années, lors de l'inauguration de l'église Notre-Dame-de-la-Mer, en décembre 2002.

D'où l'aisance que les deux ont eu à se mettre ensemble pour chanter harmonieusement, même s'ils n'ont eu qu'une demi-douzaine de répétitions. «Les membres ne se sont épargnés aucune peine pour participer aux répétitions en soirée et y ont même consacré leur dimanche après-midi», déclare Ginette Nankoo, représentante de la chorale de Petite-Rivière et coordinatrice des deux chorales. Pour elle, tout se passe très bien et chacun est heureux de pouvoir travailler ensemble et se dit fier d'avoir été choisi pour animer la messe le 17 juin au Thabor. Un avis que partage Georges Jean-Louis, de la chorale d'Albion. «Une fois qu'on a commencé le travail, cela a été facile de chanter à l'unisson», constate-t-il.

La différence d'âge qui existe entre les membres des deux chorales est loin d'être un handicap, mais un des atouts des deux chorales unies pour une même cause. Pour Ginette Nankoo comme pour Georges Jean-Louis, il est important d'avoir des adultes pour encadrer les jeunes et partager l'expérience reçue avec eux et leur montrer le bon exemple. «Il faut que ce soit comme une famille», précise-t-elle. Une façon également, explique-t-elle, de préparer la relève et d'assurer la continuité. S'unir pour animer la messe de Marcher pour les vocations a aussi permis aux deux communautés paroissiales de raffermir leurs liens et d'apprendre à mieux se connaître.

La chorale le 17 juin, constituée d'une cinquantaine de membres, a été placée sous la baguette de Sabrina Madelon qui, lors des répétitions, s'est montrée intransigeante et ferme pour qu'il n'y ait pas de fausse note dimanche. La plupart des chants choisis par le comité organisateur sont connus, ce qui facilitera la participation de tous pendant la célébration. Signalons que la cérémonie passera en direct à la télévision sur MBC 3 à partir de 13h30.

retour