Line

Développement des sentiers de randonnée


Signature
d'un protocole
d'accord
avec La Réunion

La cérémonie de signature d'un protocole d'accord a eu lieu la semaine dernière à Rodrigues entre le Comité des randonnées de La Réunion et l'Assemblé régionale de Rodrigues. Le président de cet organisme de La Réunion, Guy Jista, a fait le déplacement à Rodrigues pour l'occasion.

Ce protocole d'accord permettra à La Réunion de partager son savoir-faire dans le domaine du balisage et de l'animation des sentiers de randonnée. Dans ce contexte, les travaux débuteront bientôt pour améliorer et baliser le sentier côtier - très fréquenté - entre Gravier et Saint-François en passant par Trou-d'Argent.

Rodrigues présente des atouts pour le développement des sentiers de randonnée dans le cadre de la promotion touristique. Il y a aujourd'hui dans le monde entier des personnes recherchant des destinations touristiques pour faire de la randonnée. Depuis un certain temps, le groupe Rod Venture s'est donné comme objectif d'aller à la découverte des sentiers pour les valoriser et les faire pratiquer aux touristes. Antoinette Clair, du groupe Rod Venture, a ainsi participé aux journées techniques de la randonnée pédestre en milieu tropical à l'île de La Réunion l'année dernière.

Selon David Casimir, président de Rod Venture, la signature de ce protocole d'accord sera un moyen de bénéficier de l'expertise française pour mieux valoriser les sentiers à Rodrigues. Il faut dire que depuis plusieurs années, la Fédération française de la randonnée pédestre travaille avec des associations à Rodrigues afin de promouvoir la randonnée dans l'île, en lien avec le développement des gîtes, chambres et tables-d'hote.

Benoît Jolicœur


Ouverture d'un casino à Port-Mathurin


Appel à réagir

Un dicton de certaines régions de France : «Jeux de mains, jeux de vilains» et il nous met en garde contre des jeux tout à fait innocents au départ, mais qui peuvent se terminer par des drames. Et en ce qui concerne Rodrigues, je dis «jeux d'argent, jeux de truands». Dans la culture judéo-chrétienne, le jeu d'argent est immoral. C'est pourquoi je pense que dans une île comme Rodrigues, avec une grosse majorité de chrétiens, l'ouverture d'un casino devrait interpeller toutes les composantes de la société, y compris l'Eglise.

L'accès à ce casino doit faire, de la part du gouvernement régional, l'objet de lois très strictes qui protègent ceux qui sont au bas de l'échelle. Il est un fait que les Rodriguais ont toujours aimé les jeux d'argent.

Je crois que l'accès au casino doit être réservé à ceux qui en ont vraiment les moyens, même si cela doit conduire à l'exclusion de certaines catégories de joueurs. Bien sûr, chacun est libre de dépenser son argent comme il souhaite, mais je pense sincèrement que personne n'a la liberté d'entraîner sa famille et ses enfants dans la misère. La société a son mot à dire en pareil cas. Car il y aura encore et toujours des personnes qui vont rêver à de l'argent facile et qui vont être ruinées. Si le petit employé va y dilapider son salaire, acculant sa famille à la misère, cela doit nous interpeller tous. L'ouverture d'un casino ne sera jamais la Night life indiquée pour un pays pauvre. Ce ne le sera ni pour les Rodriguais, ni pour les touristes. Les touristes viennent surtout parce que la vie dans l'île est autrement agréable et saine et non pas pour aller au casino.

Je ne crois pas que l'ouverture d'un casino sera un des facteurs de développement économique, car le jeu d'argent peut devenir comme une drogue qui entraîne de nombreux fléaux sociaux. Patrick Partouche, un directeur de casino en France, reconnaît que «le jeu d'argent est potentiellement dangereux».

Ici, il y a le risque que des Rodriguais vendent maisons et terrains pour rembourser des dettes de jeu. Si comme moi vous pensez que l'ouverture d'un tel établissement peut représenter un danger pour les familles, les enfants, les jeunes, ne restez pas les bras croisés ! Réagissez ! Restons vigilants.

Envoi de Gladyse Giguet


retour