p.11foto1
Line

Pentecôte à la paroisse de La Ferme


«Témoin hyer,
témoins zordi,
Lespri-Sin continué
koz ar nou»

«Témoin hyer, témoins zordi, Lespri-Sin continué koz ar nou» : tel était le thème du congrès organisé par l'ERP (l'Equipe responsable de la paroisse) ce samedi 26 mai dans le cadre de la célébration de la fête de la Pentecôte à l'école St-Esprit, La Ferme. Les différents groupes et mouvements d'Eglise, les forces vives de la paroisse s'étaient réunis afin de voir comment l'Esprit-Saint continue d'agir dans notre vie de tous les jours, d'une part ; et, d'autre part, se pencher sur l'action d'Antoinette Prudence en tant que témoin.

Après la mise en commun des différents groupes sur ce qui les a marqués dans la vie d'Antoinette, le frère Daniel Milazar a fait une synthèse. Selon lui, Antoinette Prudence a été un vrai témoin de par ses prises de parole et sa manière d'agir. Il dira qu'elle est un cadeau que Dieu nous a donné. C'était une femme très courageuse qui n'avait pas peur de dénoncer toute injustice et d'annoncer ce qui est juste et bon. Elle avait le souci de faire bouger les choses et une certaine cohérence dans ses actions, a-t-il rappelé. Concernant la participation des enfants, elle disait souvent, se souvient-il, «ils ne sont pas trop petits pour faire avancer le Royaume de Dieu». Antoinette avait un sens patriotique très fort : pour elle, l'intérêt de Rodrigues passait en premier.

Dans son message, Mgr Alain Harel a affirmé qu'il fallait nous laisser imprégner par le cadeau que le Seigneur nous avait offert en Antoinette Prudence. Car elle luttait pour une île plus humaine inspirée des valeurs de l'Evangile. Antoinette, a-t-il affirmé, a été témoin de ce rêve de Dieu par son engagement, ses paroles, ses actes et par toute sa vie.

Ce congrès paroissial a suscité une meilleure prise de conscience du travail de l'Esprit-Saint au cœur des préoccupations majeures des chrétiens, entre autres: la propagation du virus du sida, la pauvreté et le chômage des jeunes, qui gagne de plus en plus du terrain sur le territoire paroissial.

Christian Raboude


Décès de l'ancien député Zita Jean-Louis


Départ d'une grande militante

Zita Jean-Louis, ancien membre de l'Assemble nationale, est décédée le samedi 2 juin dernier à l'âge de 66 ans. Après de longues années d'engagement, d'abord dans le social et ensuite dans la politique, elle fut élue sous la bannière de l'Organisation du peuple de Rodrigues (OPR) aux élections générales de 1987 aux cotés de Serge Clair. Le manifeste électoral avait pour titre «L'autonomie pour Rodrigues, c'est le changement». Elle a participé activement à la première campagne électorale de l'OPR, axée principalement sur l'autonomie. Elle fut la première et unique femme ayant représenté Rodrigues à l'Assemblé nationale.

Orpheline de mère très jeune, Zita a dû assumer le rôle de grande sœur et de maman pour ses proches dans le petit village de Château-d'Eau. L'épanouissement de la famille a tenu une place importante dans sa vie et c'est pourquoi elle a consacré plusieurs années au service de l'Action familiale. Les visites fréquentes des couples dans les différents villages de l'île lui ont sûrement donné l'occasion de mieux cerner les réalités de Rodrigues et ont fait grandir en elle le sens de l'engagement à un niveau plus large.

Au cœur de son engagement social, elle n'avait pas peur de dire tout haut le fond de sa pensée. L'histoire retiendra une des ses interventions dans les années 70 dans l'émission Micro-Inter, animée par Serge Clair. Elle a été la première à parler clairement sur les ondes de la nécessité pour les Rodriguais de s'affirmer pour prendre en main la destinée de leur pays et de lutter contre toutes les formes d'exploitation. Elle a largement contribué à une grande sensibilisation populaire. Ce qui fait que l'engagement dans la politique active a été, pour elle, une suite logique de son parcours.

Militante de l'OPR de la première heure, elle a sillonné l'île pour délivrer partout le même message : Rodriguais bizin prend so responsabilité par so travail et so zeffort. Elle a lutté contre la mentalité d'assistés et contre tout ce qui écrase la dignité de l'homme et de la femme à Rodrigues.

Grande révolutionnaire

Pour le leader de l'OPR, Serge Clair, «Zita Jean-Louis était une grande révolutionnaire. Elle n'avait pas peur de s'affirmer et ses prises de position doivent inspirer aujourd'hui les femmes rodriguaises».

Les obsèques de Zita Jean-Louis ont eu lieu en la cathédrale Saint-Gabriel le samedi 2 juin, en présence des membres des Assemblées régionale et nationale ainsi que de nombreux Rodriguais venant des quatre coins de l'île. C'était l'occasion pour Mgr Alain Harel de lui rendre un vibrant hommage pour sa contribution dans le domaine de la famille, du social et de la politique. Il a déclaré que l'engagement de Zita Jean-Louis est un exemple qui est aujourd'hui comme un trésor pour les jeunes. Il les a invités à ne pas laisser mourir ce trésor.

La Vie Catholique présente ses plus vives sympathies à tous ceux affligés par la disparition de Zita Jean-Louis.

retour aller