p.11foto1

Sortie à Trou-d'Eau-Douce


Quand les enfants handicapés rencontrent le Saint-Géran

L'hôtel Saint-Géran a offert un déjeuner royal à quatre-vingts enfants de l'Association des parents d'enfants inadaptés de l'île Maurice (APEIM) de Port-Louis le jeudi 31 mai dernier. La fête a eu lieu chez Laurence Leclézio, sœur du père Henri Souchon, à Trou-d'Eau-Douce. Cette initiative revient au curé de l'Immaculée-Conception, qui précise qu'un des rôles importants de l'Eglise est de faire le lien entre riches et pauvres.

Accompagnés de leurs enseignants, les élèves de l'APEIM (rue Edith Cavell et La Montagne) se sont offert une journée ensoleillée, sur les plages de Trou-d'Eau-Douce, pour un pique-nique pas comme les autres. Ils étaient de tous âges : de 5 à 25 ans. Aujourd'hui, la tenue est relaxe. Une ambiance conviviale règne à la rue Edith-Cavell, Port-Louis. Les élèves paraissent très excités. Leurs yeux rayonnent de joie. Malgré leur handicap, ils savent déjà que ce n'est pas jour de classe. «Père Souchon pou amenn nou lamer», lancent plusieurs d'entre eux.

Ce jeudi n'étant pas comme les autres, la prière du matin est suivie de quelques consignes de Jocelyne Beessoon, responsable de l'école, pour la journée avant que les élèves n'entrent dans le bus. Nous quittons le centre-ville pour avancer vers les villages du Nord, avant de nous diriger vers l'Est. Nous sommes loin des bruits de la ville. Point de klaxons assourdissants. Tout est calme. Les enfants admirent la nature verdoyante défilant sous leurs yeux.

10h45. Nous avons atteint notre destination. L'accueil est des plus chaleureux du père Souchon. Le cadre est agréable. Le temps est magnifique. Le soleil est déjà très haut dans le ciel bleu de Trou-d'Eau-Douce. Cette mer scintillante à l'arrière de la demeure de Laurence met les enfants en liesse. Tout est parfait pour rendre les enfants heureux.

Sur la plage se tient le père Souchon, grand organisateur de la journée. Sous son chapeau, il a le visage éclatant de joie devant ses petits innocents. Son neveu, Jacques Leclézio, et la femme de ce dernier, Christine, ainsi que deux autres propriétaires de bateau sont déjà prêts pour une balade dans le lagon de Trou-d'Eau-Douce. Cette tournée, dont pour plusieurs

c'est le baptême en mer, attise la joie des petits. Ils sont en allégresse et n'arrêtent pas de faire des petits coucous à leurs amis se trouvant sur l'autre bateau.

Service grandiose

Entre-temps, des employées de l'hôtel Saint-Géran s'amusent à faire des dessins sur le visage de ceux n'étant pas partis. D'autres s'adonnent à mettre la dernière main aux décors afin d'accueillir les enfants et leurs enseignants pour le déjeuner. 11h45. Les enfants sont de retour de leur tournée en mer. L'air salin et le parfum des épices ouvrent l'appétit de chacun.

Sous la grande marquise blanche dressée la veille par les employés de l'hôtel Saint-Géran, sur la pelouse verte donnant sur la plage, à l'arrière de la demeure de Laurence, les tables sont bien installées. Elles sont recouvertes de belles nappes blanches. Le décor somptueux démontre tout l'amour que les employés de l'hôtel ont déployé afin d'accueillir ces enfants. Videsh Ramkhelawon, directeur des ressources humaines de l'hôtel Saint-Géran, est aussi de la partie pour les accueillir et pour s'assurer que tout se passe comme il se doit.

Le repas est servi à midi. Le service est grandiose. Comme à l'hôtel. Les enfants sont servis comme des petits rois et reines. Ils se régalent de tous ces délices. De plus, les desserts, composés de gâteaux au chocolat et de petits choux à la crème sans oublier la glace, enchantent plus d'un. Après le lunch, l'heure est à la détente. Quelques morceaux de séga et l'ambiance chauffe déjà. Entre-temps, c'est l'occasion pour les enseignantes de visiter la maison de Laurence, faite entièrement de feuilles de ravinale, recouverte d'un toit en chaume. Elles sont toutes ébahies par la maison et ses décorations, la fraîcheur du jardin et surtout de l'accueil chaleureux et la grande bonté de Laurence.

14h00. C'est déjà l'heure de se mettre en route. Cette journée, unique en son genre, va certainement laisser beaucoup de souvenirs à nos petits amis de l'APEIM.

Sandra Potié

retour