p.5foto1

Frédéric Augustin


«Renforcer notre position
en tant qu'entreprise citoyenne»

Beachcomber, à travers la Fondation Espoir et Developpement (Fed), s'engage sur diverses plateformes sur le plan social. Le Projet Employabilité Jeune en est un exemple. Rencontre avec Frédéric Augustin, responsable de ce projet.

Une troisième promotion de jeunes vient de terminer sa formation. Quel bilan faites-vous de ces trois années de travail?

A ce jour, nous avons pu former 200 jeunes. En 2001, nous avions entrepris le Projet employabilité jeunes sur une base pilote et nous avons une personne de ce premier groupe qui est employé chez Beachcomber. Des 200 jeunes formés, une centaine ont un emploi fixe, dont 30 dans les hôtels Beachcomber. Avec l'expérience acquise lors de la formation, nos jeunes arrivent à bien se débrouiller en milieu professionnel.

Nous n'avons pas 100 % de réussite. C'est d'ailleurs un peu difficile, car plusieurs jeunes que nous accueillons sont issus de milieux difficiles ou n'ont pas été longtemps à l'école... Il y a aussi ceux qui ont du mal à se choisir un métier, à respecter la discipline ou à assumer les horaires de travail... Notre pourcentage de réussite se situe actuellement entre 60 et 65 %.

Quelle a été la motivation de la Fondation espoir et développement (FED) pour se lancer dans ce projet?

C'est après de nombreuses sollicitations des travailleurs sociaux. Nous avons alors lancé le projet pilote en 2001. En 2003, nous avons fait une étude pour voir combien de jeunes répondaient au profil recherché, c'est-à-dire, ceux ayant le CPE, la Form III ou ayant été au prévocationnel. Nous avons décidé de lancer le projet en 2004.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez eu à faire face?

C'est difficile de voir des jeunes qui sont motivés au départ mais qui, après quelques jours, ne savent plus ce qu'ils veulent faire exactement ou qui ont du mal à s'adapter. Il y a aussi ceux qui, pour des raisons diverses - familiales, financières,... - sont obligés de quitter la formation pour trouver un emploi plus rémunérateur.

Quels sont vos projets à venir ?

Nous allons continuer notre travail. Nous pensons recruter 250 jeunes pour le groupe qui commencera sa formation en août. Nous allons aussi lancer le Regional Empowerment du Nord afin d'avoir un personnel formé pour la réouverture de l'hôtel Trou-aux-Biches. L'hôtel sera démoli en 2008 et reconstruit en 2009. Nous aurons besoin de 400 à 500 employés directs. Nous allons également introduire le projet Alpha (apprendre à lire et écrire grâce à l'informatique) au PEJ. Nous pensons aussi offrir de cours de Words et d'Excel aux jeunes ayant étudié jusqu'en Forms III et V. Nous espérons aussi rendre le projet Alpha accessible aux employés des hôtels Beachcomber et aux ONG du Nord.

Il y a aussi le projet micro-artisanat. Nous faisons appel aux petites entreprises pour produire des cadeaux que nous offrons à nos clients. Actuellement, nous travaillons avec quatre entreprises et nous comptons approcher vingt autres d'ici 2009. Les personnes qui y travaillent ont aussi la possibilité de se former à travers des cours que nous mettons à leur disposition.

Martine Théodore

retour aller