Messe de la Pentecôte au Thabor

Mgr Piat : «L'Eglise se construit sur le baptême de l'Esprit»

Tournée entièrement vers le souffle de l'Esprit-Saint, la messe de la Pentecôte, préparée par le Renouveau charismatique, avait pour thème : «Avek Lesprisin lor sime lesperans.» Lors de son homélie, Mgr Maurice E. Piat a rappelé avec force que grâce au baptême de l'Esprit-Saint, qu'il qualifie de «cadeau éternel», la présence de l'Esprit se manifeste dans nos cœurs et nous pousse à accueillir l'amour miséricordieux de Dieu qui nous transforme et nous fait témoigner avec confiance et conviction de son amour à nos frères
et sœurs.

«La Pentecôte est le jour où l'Eglise a pris naissance... C'est une expérience spirituelle forte des apôtres qui a résulté sur la fondation de l'Eglise.» Et Mgr Maurice Piat d'ajouter : «Nous aussi nous sommes appelés à la vivre comme les apôtres. A reconnaître notre faiblesse, car c'est là que Dieu déploie toute sa puissance pour nous transformer.»

Cette fête rappelle le baptême dans l'Esprit-Saint, précise l'évêque dans son homélie. «L'Esprit-Saint plonge notre cœur dans l'amour de Dieu...Il nous fait mieux comprendre la grandeur de l'amour de Dieu pour nous. Ce baptême de l'Esprit nous fait devenir des témoins de Dieu et nous met au service de nos frères et sœurs comme les apôtres», a fait ressortir l'évêque aux différents groupes du Renouveau charismatique répartis à travers les diverses paroisses de l'île, des membres de la communauté du Chemin-Neuf, de Parole et vie, de Living Waters ainsi que les nombreux fidèles réunis dans la cour du Thabor le dimanche 27 mai dernier, et ce malgré le temps pluvieux.

Et Mgr Piat d'expliquer la transformation opérée en les apôtres grâce à l'Esprit-Saint. «Avant, ils ne comprenaient rien du vrai Royaume de Dieu. Ils croyaient qu'ils allaient être des privilégiés lorsque Jésus allait être le roi du royaume d'Israël. Et ce malgré tout ce que Jésus a essayé de leur montrer. Plus tard, ils allaient être déçus par la mort de Jésus.»

Malgré cela, Jésus était très patient, poursuit Mgr Piat. «Il passait tout son temps à prier son Père. Il gardait confiance que son Père allait envoyer l'Esprit-Saint sur ses apôtres afin qu'ils soient transformés.» La descente de l'Esprit-Saint sur les apôtres passe aussi à travers la prière de ces derniers et ce avec la Vierge Marie, précise Mgr Piat. «Avec la venue de l'Esprit-Saint, ils ont compris que Jésus n'est pas un leader politique, mais qu'Il est la manifestation visible de l'amour du Père et que leur nouvelle mission était d'être des témoins. Ils ont compris l'importance de partager leurs talents.»

«Disciples» et non «fans»

Jésus a aussi confié son Eglise à l'Esprit-Saint, précise l'évêque. Et,

comme les apôtres, nous devons nous aussi nous mettre au service des uns et des autres. «L'Esprit-Saint nous révèle que Dieu ne nous abandonne jamais. Et qu'Il ne nous envoie ni souffrances, ni épreuves ni punitions.» Au contraire, souligne Mgr Piat, l'Esprit-Saint nous fait découvrir que Jésus est avec nous dans nos souffrances. Et nous transforme pour être des «disciples» de Jésus et non pas des «fans». Le baptême de l'Esprit-Saint nous fait devenir une «Eglise de cœur» et non une «Eglise de corps», a encore précisé l'évêque. «Et la solidité de cette Eglise n'est pas la quantité de foi, mais la qualité de foi... L'Eglise se construit sur le baptême de l'Esprit et non pas sur le baptême de corps.»

«Cadeau éternel»

Ce baptême de l'Esprit nous pousse à inviter les chrétiens à ouvrir grand leur cœur afin que l'Esprit-Saint les pénètre et leur donne la chance d'accueillir l'amour miséricordieux de Dieu, a poursuivi Mgr Piat. L'évêque a ainsi formulé le souhait que les fidèles de chaque paroisse reçoivent le baptême de l'Esprit, qu'il qualifie de «cadeau éternel même au-delà de la mort». Comme après avoir reçu l'Esprit-Saint, les apôtres ont été unis, nous sommes aussi appelés à vivre un rassemblement fraternel grâce à l'Esprit, affirme l'évêque. Et pour vivre à fond cette fraternité, Mgr Piat a invité les fidèles à se joindre aux prières dites par le célébrant avant et après la consécration. Avant la consécration, «pour que le corps du Christ vienne sur l'autel» et après «pour qu'on devienne un dans un même corps avec le Christ... et ce dans un amour fraternel».

En «vous associant» à cette prière eucharistique, «vous serez plus fraternels dans votre quartier, votre paroisse... Il n'y aura plus de place à la rivalité et ensemble vous vivrez une seule et même mission», a conclu l'évêque.

Sandra Potié

retour aller