«La Fête-Dieu, c'est quoi?»

p.11foto1

L'Eglise célèbre, ce jeudi 7 juin, la Fête-Dieu. Qu'est-ce exactement ? Réponse avec le père Robert Giraud, de la cathédrale St-Louis.

Tout simplement c'est la Fête de Jésus, présent avec toute sa personne dans le Saint-Sacrement, dans l'hostie... Cette fête devrait se célébrer au soir du Jeudi Saint. Il y a 50 ans de cela, on appelait cette fête la Fête-Dieu et on parlait alors de la procession de la Fête-Dieu.

C'est au soir du Jeudi-Saint, c'est-à-dire dans les premières heures du Vendredi-Saint (le jour commençait à partir de 18h00 chez les juifs) que Jésus allait célébrer la Cène ­ la première messe, avec les onze apôtres - Judas étant absent. C'est au cours de cette célébration que Jésus va changer la substance du pain en son corps : «Ceci est mon corps» et la substance du vin en son sang : «Ceci est mon sang», préfigurant son sacrifice sur la croix de l'après-midi.

Et c'est aussi que, pour la toute première fois, les onze vont communier au corps et au sang de Jésus. Par la même occasion, Jésus les consacre prêtres de la Nouvelle Alliance et va les inviter ­ eux et leurs successeurs prêtres - à rendre présent par la messe, l'unique sacrifice de la croix. C'est la volonté de Jésus que jusqu'à son retour ­ à la fin des temps ­ tous les disciples qui le désirent puissent chaque jour rester branchés (par la messe) au sacrifice de la Croix. Que c'est merveilleux !

Pour bien comprendre ce que Jésus a fait, en célébrant cette première messe avec les onze, il faudrait relire lentement, avec un cœur priant, tout le chapitre 6 de l'Evangile de saint Jean, au lendemain de la première multiplication des pains, où Jésus avait nourri 5 000 hommes, à partir de cinq pains et de deux poissons. Ce jour-là, à la synagogue de Capharnaüm, Jésus va donner un enseignement magistral sur le Pain de vie !

A tous ceux qui voulaient manger encore de l'excellent pain et de l'excellent poisson, Il va commencer par leur dire : «En vérité, je vous le dis, vous me

cherchez non pas parce que vous avez vu des signes (miracle de la multiplication), mais parce que vous avez mangé du pain et avez été rassasiés...» Travailler non pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure en vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l'Homme. C'est-à-dire lui Jésus que le Père Dieu a marqué de son sceau (Jean 6, 26-27).

Entre autres, Jésus va leur dire : «Moi, je suis le Pain de la vie.» (v 35). «Je suis le Pain vivant descendu du ciel... Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra pour toujours... et le pain que je donnerai, c'est ma chair pour la vie du monde.» (v 51). «En vérité en vérité je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'Homme et ne buvez pas son sang vous n'aurez pas la vie en vous. Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour.» (v 54).

Ce bref résumé ­ (et je vous le redis, ce chapitre 6 de l'Evangile selon saint Jean doit être lu, relu, médité, prié) pour nous dire que Jésus avait déclaré solennellement qu'il fallait manger sa chair et boire son sang. C'est ce que Jésus va réaliser, en célébrant la première messe avec ses onze apôtres ­ changer la substance du pain en son corps et changer la substance du vin en son sang. Jésus seul pouvait le faire. N'avait-il pas changé la substance de l'eau en vin aux Noces de Cana ?

La Fête-Dieu, la Fête du Saint-Sacrement, c'est fêter la présence réelle et vivante de Jésus aujourd'hui dans l'hostie, présent avec son corps, son sang, sa divinité. Et ce sera ainsi jusqu'au retour de Jésus dans la gloire à la fin des temps.

Qu'il est grand le mystère de la Foi !

Pensons-y, amis lecteurs, plus particulièrement, chaque fois que vous êtes en adoration devant le Saint-Sacrement et en ce jeudi 7 juin 2007.

Père Robert Giraud


retour aller