Indira Seebun, ministre de la Femme et du Développement de l'Enfant :


«S'assurer du bien-être
de la mère célibataire et de son nourrisson»

Le nombre de mères célibataires suite à des grossesses juvéniles ne cesse de croître. Bien qu'elle reconnaisse que ses services dépendent très souvent des ONG pour identifier de tels cas, Indira Seebun affirme que son ministère fait de son mieux pour accompagner les mères célibataires.

Y a-t-il une structure gouvernementale qui s'occupe de ces jeunes mères célibataires quand elles sont enceintes et après leur accouchement?

La plupart des cas de mères célibataires nous sont communiqués par les ONG. A partir du moment qu'elles commencent leurs traitements médicaux, les cas sont référés par les assistantes sociales médicales (Medical Social Workers) à notre ministère. De plus, des visites régulières sont effectuées par des officiels de la Child Development Unit (CDU) pour s'assurer du bien-être de ces mères célibataires et de leurs nourrissons. Nos officiels s'assurent que les nourrissons ont une bonne hygiène, qu'ils sont déclarés dans le temps prescrit par la loi et qu'ils sont vaccinés.

Que fait-on au niveau du suivi psychologique?

A travers les centres de Family Support Bureau basés à travers l'île, les officiels de la CDU, qui sont formés, font un counselling avec ces jeunes mères célibataires : par exemple, comment se prendre en charge d'abord et ensuite comment s'occuper de leurs bébés. Les cas sont ensuite référés aux psychologues du ministère, qui s'assurent de l'état psychologique des futures mamans.

Et au niveau matériel ?

Quand un cas de mère célibataire est référé à notre ministère, on s'assure que la personne a les moyens nécessaires d'élever son enfant dans les meilleures conditions qui soient. Si la

maman est dans une situation financière difficile, le cas est référé au ministère de la Sécurité sociale pour une aide sociale. Ceci dit, la personne concernée peut avoir recours au service judiciaire pour bénéficier d'une pension alimentaire de son partenaire/mari/conjoint.

Quelle est la répartition des mères célibataires entre villes et villages ?

Voici un aperçu du nombre de cas de mères célibataires enregistrés de janvier à mars 2007 dans nos centres de Family Support Bureau basés à travers l'île : Bambous : 3 ; Bell Village: 8 ; Centre-de-Flacq : 0 ; Floréal : 0 ; Goodlands : 1; Mare-d'Albert : 2. A noter qu'il y a aussi des cas qui sont rapportés à notre ministère et où les mères célibataires ne suivent aucun traitement médical dans un centre du ministère.

Y a-t-il une structure d'accueil et de suivi pour les filles rejetées par leurs parents au niveau de votre ministère ?

Le ministère n'a pas vraiment une structure d'accueil à proprement dit. Toutefois, on les accueille dans notre abri (Shelter) à Albion si elles sont en détresse. Bientôt cet abri va être transféré à Pointe-aux-Sables.

Qu'en est-il de l'éducation sexuelle dans les écoles ?

La Mauritius Family Planning Association et le ministère de l'Education sont responsables de l'éducation sexuelle dans les écoles et collèges à travers l'île. Le National Children Council donne régulièrement des causeries.

Quelles mesures le gouvernement compte prendre pour réduire le nombre
de mères célibataires ?

Le ministère va incessamment entreprendre une étude sur le problème.

Propos recueillis par
Sandra Potié


retour