Ekoute seki Profet Izai finn ekrir (62, 1-5)

Lakoz Syon, mo pa pou ferm mo labous, lakoz Zerizalem, mo pa pou tini trankil, ziska ki so zistis sorti kouma lalimyer, so liberasyon kouma enn tors ki'nn alime.

Lerla, bann nasyon pou trouv to zistis, tou bann lerwa pou trouv to laglwar. Lerla, pou apel-twa par enn nouvo non, ki labous le-Segner pou done. To pou enn kouronn laglwar dan lame le-Segner, enn dyadem rwayal dan lame to Bondye. Nepli pou apel-twa «Abandone» ; nepli pou apel to later «Dezer». Pou apel-twa «Mo plezir ladan», pou apel to later «Marye». Wi, le-Segner pran plezir dan twa, to later pou marye. Parey kouma enn zenn-zan marye so fiyanse, to bann garson pou marye-twa. Parey kouma nouvo marye ena lazwa avek nouvel marye, to Bondye pou ena lazwa avek twa.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 96/95

® Laglwar lao, pli lao dan lesyel pou Bondye

Lape lor later pou tou dimoun parski li kontan-zot.

Sant enn nouvo sante pou le-Segner,

Later antye, sant pou le-Segner,

Beni so Non, sant pou le-Segner. ®

Zour apre zour, proklam liberasyon,

Al dir so laglwar ar tou bann nasyon,

Rakont so mervey ar tou bann pep. ®

Al rande pou le-Segner, tou bann pep,

Al rann laglwar ek pouvwar pou le-Segner,

Al rann laglwar so Non pou le-

Segner. ®

Tom azenou devan le-Segner, li montre ki li sin ;

Al dir ar bann nasyon : «le-Segner mem lerwa !»

Bondye ziz bann pep dapre seki drwat. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so premye let
pou bann abitan lavil Korint (12, 4-11)

Mo bann frer, mo bann ser,

Bann kado Bondye, ena toutsort kalite, me se touzour mem Lespri. Manyer rann servis, ena toutsort kalite, me touzour mem Segner. Bann aktivite, ena toutsort kalite, me touzour mem Bondye ki so lasours dan tou dimoun. Dan sakenn, Lespri montre-limem, enn manyer ki rann servis pou tou dimoun. Pou intel, Lespri donn enn diskour sazes ; pou enn lot, setenn diskour konesans, touzour dapre mem Lespri. Pou enn lot, se lafwa, touzour dan mem Lespri ; e, enn lot ankor, don pou fer gerizon, dan enn sel Lespri. Pou intel, se pouvwar pou fer mirak ; pou enn lot, don profesi. Pou enn lot ankor, kapasite disernman bann lespri ; pou enn lot, toutsort kalite langaz, e, enn lot, kapasite pou fer so linterpretasyon. Me tousa, se dan enn sel, enn mem Lespri ; li travay, li distribye so bann kado pou sakenn, dapre so volonte.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Par Levanzil, Bondye finn apel-nou

pou partaz laglwar nou Segner Zezi Krist.

Quatre épiphanies

par André Hebditch s.j.


Line

Noël : manifestation du Christ aux bergers de son peuple ; Visite des mages : manifestation du Christ aux non-Juifs ; Baptême par Jean-Baptiste : manifestation du Christ aux pécheurs de son peuple ; Noces de Cana en Galillée : manifestation du Christ à ses disciples.

Quatre manifestations ­ quatre épiphanies ­ à travers lesquelles l'être véritable de Jésus se révèle à ceux qui l'accueillent. «Jésus manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui.»

A la fin de son récit, l'évangéliste nous dit que ce fut là, non pas un miracle, mais un signe; davantage : «le commencement des signes», par lesquels Jésus se révèle tout au long de l'évangélique johannique. Davantage encore, non pas seulement le premier des signes, mais l'archétype, le modèle de tous les signes de Jésus que l'évangéliste a choisi. Un signe c-à-d, pas simplement une anecdote extraordinaire à retenir, mais une histoire dont nous avons à chercher la signification et c'est cette signification qui nous fait entrer dans l'identité profonde de Jésus en même temps qu'elle nous fait accéder à la foi en lui.

La première lecture nous aide à percevoir un aspect de ce signe. Le prophète annonce que Dieu ne restera pas tranquille tant qu'il n'aura pas fait resplendir son peuple de la lumière et de sa justice. Ce jour-là, la terre qu'on appelait «l'Abandonnée» et «la Désolée» sera appelée «Celle en qui je prends plaisir» et «L'Épousée»,«car, le SEIGNEUR mettra son plaisir en toi». Dans la ligne d'autres prophètes, le SEIGNEUR est ainsi désigné comme l'Époux de son peuple qui lui apportera pleinement le salut le jour de la rencontre des noces.

Une terre désolée, une noce où le vin, symbole de joie en plénitude, n'est plus, n'évoquent-ils pas le peuple d'Israël et l'humanité en attente de la joie des rencontres dans la clarté et la justice, en attente du salut, de la communion en plénitude avec son SEIGNEUR ?

«Tu as gardé le bon vin jusqu'à maintenant», dit le maître du repas au marié anonyme. Ce «maintenant» n'est-il pas le maintenant de la réalisation de cette espérance, le maintenant des épousailles de Dieu avec son peuple ? Et ce «maintenant», c'est celui de la présence de Jésus. Ainsi, en Jésus, s'inaugure les noces de Dieu avec son peuple et avec l'humanité pour lui apporter la plénitude de la joie. Ce «maintenant» est le début du temps de l'accomplissement du salut promis.

Dans le même évangile, la dernière parole de Jésus, lors du dernier signe, à la croix, sera : «Tout est accompli.»

La «mère de Jésus» sera là à nouveau à l'aube des temps nouveaux. Elle est là à Cana au premier signe. Peut-être son conseil : «Faites tout ce qu'il vous dira», pourra-t-il nous aider à accueillir ce signe et, comme les disciples, à croire en Jésus et à recevoir en lui la joie de la rencontre avec le Dieu qui trouve sa joie à être «Emmanuel» - «Dieu-avec-nous».

retour