p.5foto1
Line

Rivière-Noire

Don de matériel scolaire

Des élèves de la région Ouest ont reçu, du Trust Fund for the Social Integration of Vulnerable Groups (TFSIVG), un lot de matériel scolaire. Démarche qui fait suite à un constat du Liason Officer de l'école primaire du gouvernement de Rivière-Noire et du Service d'écoute et d'entraide de Caritas de la région : en dépit du transport gratuit, nombreux sont les enfants à n'être pas scolarisés à cause de leurs conditions précaires. Leur a été remis : matériel scolaire, uniformes et chaussures. Sont concernées par le projet : les familles de Rivière-Noire, Case-Noyale, La Gaulette, Coteau-Raffin, Chamarel et Le Morne.

C'est dans le but de permettre à tous les enfants de la région d'avoir des chances égales dans la vie qu'est né le projet. Caritas de Rivière-Noire, avec le soutien de quelques bienfaiteurs, travaille dur pour améliorer le sort de ces personnes et diminuer l'écart qui existe entre les différents groupes d'enfants qui ne peuvent accéder à l'éducation et bénéficier ainsi d'un bon développement. Leurs parents bénéficient eux d'un accompagnement afin qu'ils réalisent l'importance que leurs enfants soient scolarisés.

Il a été noté que la situation devenait alarmante parce que, vu leurs conditions de vie, nombreux étaient les enfants qui erraient dans les rues. Les parents, à cause de leur détresse, étaient impuissants devant un tel état des choses et ne savaient comment remédier à ce problème. Parmi les problèmes relevés : conditions de vie précaires, manque d'opportunité pour le travail, prédominance de l'alcoolisme et familles brisées.

Pour l'aider dans sa mission, Caritas de Rivière-Noire a approché le TFSIVG pour créer l'intérêt à l'éducation pour les enfants et leurs parents afin qu'ils réalisent l'importance de l'école. Une liste des noms des enfants vivant dans des conditions précaires et vivant dans des poches de pauvreté de ces régions a été soumise au Social Facilitator et au Field Worker du TFSIVG affectés dans la région et les deux organismes ont travaillé en étroite collaboration pour faire aboutir ce don de matériel scolaire qui a débuté vendredi dernier à Case-Noyale et qui s'est poursuivi samedi à Rivière-Noire et qui se poursuivra dans les régions avoisinantes jusqu'au 19 mai. Le don de matériel vise à soulager les familles en difficulté afin de les alléger de ce lourd fardeau qu'est l'achat de matériel scolaire.

Brigitte Desveaux, présidente de Caritas de Rivière-Noire, a, dans son intervention lors de la remise des dons samedi dernier, souhaité que se poursuive la collaboration avec le TFSIVG pour d'autres projets et d'assurer ainsi aux familles défavorisées un encadrement à long terme qui permettrait aux enfants d'atteindre le niveau scolaire requis et qu'ils puissent, après leurs études, trouver du travail.

Shyam Hurbungs, Trust Fund Coordinator du TFSIVG, a de son côté souligné que l'organisme ne pouvait demeurer insensible face un tel projet pour favoriser l'éducation des enfants et a annoncé que d'autres régions de l'île seront aussi concernées par ce don de matériel scolaire. Mario Legrand, Chairman de l'organisme, a encouragé les parents présents à profiter des facilités qu'offre son organisme pour des micros projets - que le Trust Fund peut financer à hauteur de Rs 50 000. Etaient aussi présentes à la cérémonie de remise de matériel scolaire de samedi, Marchand Jennifer Illiana, présidente du Village Council de Grande-Rivière-Noire, et Patricia Félicité, coordinatrice des Service d'écoute de Caritas.

Jean-Marie St-Cyr

P. Valentino Salvoldi rencontre les élèves du BPS


A la découverte
de la foi et du monde

Le père Valentino Salvoldi était récemment en visite à Maurice. Outre des rencontres avec des prêtres et des religieuses, il a également eu l'occasion de s'entretenir avec des élèves du collège Bon et perpétuel secours (BPS). Une rencontre centrée sur la foi.

Rassemblées dans le hall du collège, les élèves de HSC du collège BPS ont, pendant une heure et quinze minutes, pu profiter des connaissances du père Valentino Salvoldi. Ce dernier, tout en avouant que ce temps était bien court, a fait un exposé sur la foi. Dynamique, le père Valentino a, micro en main, invité l'assistance à réagir à maintes reprises. Malheureusement, par timidité ou autre, les jeunes présentes ont eu beaucoup de mal à participer activement.

«Qui es-tu dans ta profondeur?» Une des questions que le père Salvoldi a posées aux élèves et qui leur a donné du fil à retordre. Ainsi, le prêtre leur a fait comprendre qu'il est essentiel de bien se connaître et de s'aimer afin de pouvoir se donner aux autres. «Si tu ne te connais pas toi-même, comment savoir ce que tu donnes aux autres?» Se définissant comme un mendiant de l'amour, le père Salvoldi a fait ressortir que «l'une des particularités de l'homme est sa capacité d'aimer et d'être aimé, son envie d'aimer et d'être aimé».

Parlant du silence, le père Salvoldi a rappelé que c'est le lieu où l'homme peut se rencontrer et rencontrer Dieu. Quant à la pauvreté de cœur, «c'est la capacité de se vider pour permettre à Dieu et aux autres de pénétrer à l'intérieur de soi. C'est une condition pour arriver à Dieu». Le partage et l'amour pour les plus pauvres sont aussi importants dans la vie de tout chrétien. «Que signifie croire et prier Dieu si on ne voit pas Dieu dans le pauvre? Si on ne partage pas, on ne peut pas être sauvé. L'argent n'est pas une malédiction, mais le devient quand on le garde rien que pour soi.»

Interrogeant l'assistance sur certains aspects de la misère en Afrique, le père Salvoldi a, par la suite, confié son étonnement face au manque d'information des élèves. Il est d'avis qu'un élève, encore plus s'il fréquente un collège catholique, doit être au courant de la situation dans le monde.

A la suite de la rencontre, certains élèves, à l'exemple d'Audrey et d'Allycia, se disaient satisfaites de cette rencontre. «Cela m'a beaucoup touchée. Tout ce qu'il a dit fait réfléchir. Nous nous sommes rendu compte combien les gens ne sont pas conscients de ce qui se passe dans le monde», confiait Audrey. «Il faut avoir plus de compassion pour les pauvres. Son expérience nous a beaucoup enrichies», a ajouté Allycia.

Durant sa visite à Maurice, le père Salvoldi a également rencontré l'évêque de Port-Louis, Mgr Maurice E. Piat, avec qui il a discuté de l'importance de la formation du clergé.

retour aller