p.5foto1

Dany Philippe : «Allumons nos bougies
en signe de solidarité»

La 2e édition du «International Aids Candlelight Memorial» sera célébrée le 20 mai prochain dans plus d'une centaine de pays. Dany Philippe, du Centre de solidarité pour une nouvelle vie et coordonateur de cette activité, nous donne des détails sur cette journée de commémoration.

Pouvez-vous nous rappeler
ce qu'est l'International Aids Candlelight Memorial?

La première célébration de cette veillée de commémoration à Maurice fait suite aux recherches que j'avais faites l'an dernier sur le site de la Global Health Organisation. C'est un jour où l'on honore et commémore les personnes mortes des causes liées au VIH/sida, où l'on soutient les personnes vivant avec le virus et où l'on sensibilise tous ceux qui ne sont pas infectés par la maladie.

La première veillée internationale de commémoration des malades du sida s'est tenue en 1983 alors que la maladie n'était encore qu'une infection dont on ne connaissait pas grand-chose. La veillée de commémoration est devenue, par la suite, un moyen pour toutes les communautés du monde d'agir en renforçant les engagements nationaux et internationaux dans la lutte contre la pandémie. Ce jour-là, dans un esprit de solidarité, dans 111 pays à travers le monde, des milliers de communautés se réunissent pour allumer des bougies et penser aux nombreuses victimes de la pandémie.

Quel bilan faites-vous depuis la première veillée de commémoration à Maurice ?

Vu le succès remporté l'an dernier, c'est devenu une des plus grosses activités, après la Journée internationale de lutte contre le VIH/sida, qui vise à sensibiliser la population sur ce problème. Il ne faut pas le nier : la pandémie est devenue un gros problème à Maurice. Depuis la première veillée, avec la campagne médiatique qu'il y a eu autour de l'événement, nombreux sont ceux qui ont pris conscience de l'ampleur du problème. Ils ont pris conscience des campagnes de prévention mis en place et de la lutte que nous menons contre la stigmatisation et la discrimination envers les personnes porteuses du VIH/sida. Nous avons noté un changement d'attitude chez certains, qui ont compris que quelqu'un atteint du VIH/sida est une personne malade comme une autre et qu'il ne faut pas la rejeter.

Mais il y a toujours certains qui restent indifférents à ce problème. Pour eux, cette maladie ne concerne que les autres ­ cela malgré toutes les campagnes d'information et de sensibilisation que nous avons menées. Aujourd'hui, nous devons aussi combattre l'indifférence, car ces personnes rejettent alors ceux atteints de la maladie et ont peur d'eux.

Qu'est-il prévu dans ces localités ce jour-là ?

Contrairement à l'an dernier, il n'y aura pas de célébration nationale. Cette année, afin de toucher un plus grand nombre de personnes, nous avons choisi de régionaliser l'événement et d'être ainsi plus proches des gens pour les sensibiliser davantage. Pour ce faire, le 20 mai, il y aura des célébrations à Rivière-du-Rempart, Baie-du-Tombeau, Camp-Levieux (Rose-Hill), Curepipe et Mahébourg. Nous accordons une égale importance à chacune des activités régionales et nous invitons tout le monde à y participer, mais le gros de nos efforts concernera Baie-du-Tombeau, du fait que la région est très affectée par la pandémie. Le thème de la soirée sera Contre la stigmatisation pour le respect de l'humain.

Le thème pour la journée est, lui, Avans ensam ver enn lil Moris san sida, de l'anglais «Leading the way to a world without Aids». Une campagne d'affiches débute cette semaine ainsi que des spots publicitaires tant à la radio qu'à la télévision. Des messages seront lus également par différentes personnalités politiques et autres. Ce sera une manière de les engager dans cette lutte que nous menons pour éradiquer la pandémie.

Chaque région va célébrer la veillée à sa façon, mais partout il y aura une animation avec la participation de nombreux artistes. A 19h00, nous donnerons le signal pour que nous allumions tous nos bougies au même moment. Nous espérons, avec la collaboration de toutes les radios, faire diffuser la chanson Enn lalimier, composée par Eric Triton, qu'il interprète avec Ras Minik et Zanzak Arjoun. Le CD sera lancé le 17 mai prochain, avec la participation des responsables engagés dans les différentes célébrations régionales.

Grâce à la participation de Les Zarbiens, Evazyon, nous avons eu la collaboration de nombreux artistes. Sans eux, l'événement n'aurait pas eu cette dimension artistique qui s'est enclenchée ces dernières semaines.

Quelles sont vos attentes pour cette soirée du 20 mai ?

Que tout le monde s'arrête un instant et allume une bougie en signe de solidarité avec les victimes du VIH/sida. Nous espérons qu'il y aura un changement de comportement envers les personnes porteuses du virus et que chacun s'engagera à arrêter la propagation de la pandémie en adoptant un comportement responsable.

Propos recueillis par


Jean-Marie St-Cyr


retour