Gestion des terres de l'Etat


Motion pour privatiser

les baux résidentiels

Le mardi 24 avril, le Chef-Commissaire, Johnson Roussety a présenté une motion à l'Assemblée régionale en vue d'instituer un Select Committee. Ce comité de parlementaires locaux a pour mission d'examiner la possibilité que les détenteurs de baux résidentiels d'un terrain de l'Etat deviennent propriétaires de la terre, et ce, à certaines conditions, mesure prônée par le Mouvement rodriguais (MR) depuis quelques années.

Pour le Chef-Commissaire, cette mesure vise à respecter les engagements pris envers la population durant la campagne électorale. Il s'est dit déterminé à aller de l'avant avec ce projet malgré les critiques de ceux qui, selon lui, «font preuve d'une mentalité rétrograde».

Pour Johnson Roussety, cette mesure, «qui a une portée révolutionnair», vise à transformer le système foncier à Rodrigues et à empower les Rodriguais, privés d'une liberté fondamentale.

Plusieurs élus du (MR) ont pris la parole pour justifier ce projet. Les élus de l'Organisation du peuple de Rodrigues (OPR) ont choisi de ne pas participer aux débats.

Au cours de cette même séance, le Chef-Commissaire a rendu un vibrant hommage à Antoinette Prudence pour son militantisme. Le Minority Leader a aussi fait une intervention dans le même sens.

Benoît Jolicoeur


Conférence de presse de l'OPR


Alex Nancy réclame
la démission de Johnson Roussety

Line

C'est à Mont-Lubin, en la résidence du Minority Leader, Serge Clair, que l'équipe dirigeante de l'Organisation du peuple de Rodrigues (OPR) a rencontré la presse la semaine dernière pour faire le point sur la situation dans le pays. Ils ont tour à tour exposé «les situations aggravantes existant dans l'île». Le leader de l'OPR, Serge Clair, s'est longtemps étendu sur la motion de création d'un Select Committee pour soumettre des propositions afin de permettre à tout Rodriguais ayant un bail résidentiel de devenir propriétaire de son terrain.

Serge Clair a décrit le danger que représente l'initiative du gouvernement régional pour un petit pays comme Rodrigues. Il a souligné que la minorité ne soutiendra pas cette motion, vu qu'elle est une promesse électorale du Mouvement rodriguais (MR). Aucun membre de la minorité ne siègera sur ce comité d'élite. L'OPR soumettra des propositions au Premier ministre et propose que les baux soient étendus, passant de 20 ans à 99 ans, permettant aussi des transferts aux enfants. Pour l'ancien commissaire des Terres, le MR joue avec le bien foncier de Rodrigues et place la question des terres au même niveau que celui du don des livres aux élèves.

Le leader de l'OPR a dénoncé «l'octroi sauvage et sans la moindre planification» de baux résidentiels sur des zones agricoles. «L'officiel responsable de la planification est mis de côté et le travail se fait par des amateurs, qui ne favorisent que les petits copains.» Pour lui, cela démontre la mauvaise gestion de l'équipe aux commandes, équipe qui n'a pas une vision claire du développement de Rodrigues. Il a dénoncé l'attitude de laisser-aller de la majorité de l'Assemblée régionale. Serge Clair a fait un vibrant appel au Premier ministre pour qu'il défende les biens de l'Etat et protège l'autonomie de Rodrigues, car «sans terre, il n'y a plus d'île autonome».

La deuxième personne à prendre la parole a été l'ex-commissaire des Eaux, Daniel Spéville, qui a commenté la déclaration son remplaçant sur l'état de la station de filtrage d'Anse-Raffin. Il a apporté des éclaircissements techniques sur l'utilisation des produits chimiques dans le processus de filtrage. Les produits utilisés ne sont pas conformes aux règles d'utilisation indiquées par les ingénieurs, a-t-il fait remarquer. Les filtres, selon Daniel Spéville, ne sont plus maintenus en état, car la personne qualifiée pour le faire a été transférée ailleurs. L'eau est impropre à la consommation. Pour lui, cet exemple montre clairement l'incompétence du MR.

Le député Alex Nancy a brossé un tableau très alarmant de la situation des pêcheurs rodriguais. Il a souligné le climat de découragement et le sentiment de colère des pêcheurs à travers l'île. Il a félicité le groupe de pêcheurs ayant saisi la justice pour réclamer des explications sur les critères de paiement des allocations effectuées en mars dernier. Le député Nancy a réclamé la démission du Chef-commissaire pour incompétence et non-réalisation des promesses faites aux pécheurs.

Dans un autre ordre d'idées, Alex Nancy a déploré l'ouverture d'un casino, qui, selon lui, «aggravera davantage la situation des Rodriguais et entraînera d'autres problèmes comme le vol, le surendettement et la prostitution». Rodrigues, selon lui, n'est pas prête à un tel développement. Il a également commenté la démission de Willy Auguste après trois mois comme conseiller.

Serge Clair a également rendu hommage à l'engagement et à la lutte pour l'épanouissement de l'homme rodriguais d'Antoinette Prudence.

Jean-Teddy Labour


retour