Job Fair 2007


Gros succès d'affluence

L'auditorium Octave-Wiehe a été envahi, du 19 au 22 dernier, de visiteurs à l'occasion de la Job Fair. Organisée par l'Empowerment Programme, cette foire a été l'occasion pour des entreprises ayant des emplois à offrir de rencontrer leurs éventuelles recrues.

Ouvert officiellement dans l'après-midi du jeudi 19 avril dernier, la Job Fair a été le lieu de tous les espoirs pour nombre de Mauriciens s'y étant déplacés. Ces visiteurs correspondaient en moyenne à trois profils : a) ceux à la recherche d'un emploi après avoir quitté le collège ou l'université ; b) ceux qui travaillent déjà et qui espèrent trouver mieux ; et, c) les curieux.

Sarah-Jane est accompagnée de trois amies. La vingtaine, elles ont toutes un emploi dans des secteurs différents. Explorant les différents stands présents à l'auditorium, elles espèrent toutes trouver l'emploi de leur rêve. «Si j'ai un autre job, ce ne serait pas mal. J'en ai un peu marre de celui que j'ai actuellement. En plus, ça ne paie pas très bien. On peut toujours essayer», confie Sarah-Jane. Pour elles, il n'y a pas un secteur en particulier à les intéresser vraiment. Alors, elles remplissent plusieurs fiches d'embauche.

Samir est, lui, plus précis dans ses recherches. Détenteur, depuis l'année dernière, d'un diplôme de technicien en informatique, il postule pour un emploi dans cette même filière. Pourtant, Samir a déjà un emploi dans le secteur privé. «Je tente ma chance pour voir si je trouve quelque chose de plus intéressant.»

Entretien-éclair

Il y a aussi ceux qui n'ont pas de «grands» diplômes, à l'exemple de Jeff. Ce dernier a choisi quand même de remplir une fiche d'embauche dans une société s'occupant de la finance. «Cela ne coûte rien d'essayer», pense-t-il. «Peut-être que, malgré tout, ils pourront me mettre quelque part.» En ce jeudi, il est parmi la petite, mais compacte, foule d'aspirants employés désireux de participer à un entretien-éclair se déroulant dans un des stands de la foire.

Devika est aussi là avec quelques amies. Sur la fiche qu'elle remplit pour une

compagnie de téléphonie, elle indique qu'elle vient de terminer son Higher School Certificate et qu'elle est à la recherche d'un emploi. Elle y indique aussi qu'elle possède des certificats en traitement de textes et Excel. Tous avec mention First Class. Devika ne compte pas faire long feu dans ce travail si jamais elle le décroche. «C'est simplement pour me dépanner en attendant d'aller à l'université.»

Si parmi les entreprises présentes on note une forte demande pour les centres d'appels ; l'hôtellerie, le marketing et le textile, entre autres, sont aussi représentés. Si, pour les centres d'appels, l'expansion du secteur rend nécessaire le recrutement de plus d'employés, au niveau de l'hôtellerie, c'est surtout la mobilité des employés qui force les employeurs à recruter régulièrement dans des secteurs tels que le Housekeeping ou la réception. «Nous avons des gens qui sont promus, d'autres qui changent de départements,... Du coup, il y a régulièrement un renouvellement», explique un des représentants des hôteliers.

Difficultés

D'autres secteurs, à l'exemple de la menuiserie, ont du mal à trouver de la main-d'œuvre. D'où la présence de Désiré Chung Fook Mun, de Capricorn Services, à cette foire. Cette entreprise, même si son poster indique qu'il recherche des menuisiers avec cinq ans d'expérience, est «aujourd'hui disposée à embaucher des personnes avec moins d'expérience tellement la main-d'œuvre se fait rare».

Si beaucoup ont apprécié leur visite à la Job Fair, d'autres à l'exemple, de Pamela, en sont sortis un peu déçus.«Je trouve que les exposants ne sont pas assez variés. Il y a plusieurs secteurs qui ne sont pas représentés.» Elle trouve aussi que le lieu a été mal choisi. «Il manque d'espace à l'intérieur. On ne peut pas circuler correctement. Espérons que la prochaine fois, la foire se tiendra ailleurs.»

Martine Théodore

retour