Ekoute seki finn ekrir dan Liv «Aksyon bann Apot» (5, 27b-32.40b-41)

Bann apot ti pe paret devan Gran Konsey ; gran-pret kestyonn-zot :

«Eski nou pa ti donn-zot lord, dan enn lordonans, arete ansegn lor sa Non-la ?

Ala zot pe ranpli Zerizalem ar sa doktrinn-la !

Ki sa, zot oule fer disan sa dimoun-la tom lor nou ?»

Lerla Pyer reponn, avek bann apot : «Bizin obeir Bondye plito ki bann dimoun.

Bondye nou bann gran-dimoun finn fer Zezi resisite ;

zot, zot ti fer-li al mor lor enn lakrwa.

Par so lebra, Bondye finn fer-li leve. Li'nn fer-li vinn Sef ek Sover.

Par limem ki Israel kapav sanz so lavi, e resevwar pardon pou so pese.

Noumem temwin sa bann kiksoz-la, nou, ek Lespri-Sin ki Bondye done pou bann ki obeir-li.»

Letan zot finn fer bat bann apot, zot defann koz lor Non Zezi ; apre sa, zot larg bann apot.

Me bann apot, zot kit Gran Konsey ; zot kontan ki finn trouv-zot dign

pou gagn maltrete lakoz Non Zezi.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 30/29

® Les mo loue mo Bondye (bis)

Mo pou vant to merit, Segner, to'nn tir-mwa dan trou ; To pa'nn les mo bann ennmi riy-mwa. Segner, mo Bondye, to'nn tir-mwa dan trou, Mo ti pe al dan lamor, To'nn fer-mwa reviv. ®

Bann fidel, sant enn sante pou le-

Segner,

Dir mersi, rapel ki so Non Sin. So lakoler enn ti-mama, so faver pou tout lavi ; Ena larm aswar, me lazwa vini dan gramatin. ®

Mo'nn apel-twa, Segner, mo'nn sipliy le-Segner. To'nn tir-mwa dan dey, to'nn fer-mwa danse, Mo pa pou aret sante, Segner mo Bondye, Mo pou dir-twa mersi toultan. ®

Ekoute seki finn ekrir dan Revelasyon sin Zan (5, 11-14)

Mwa, Zan, mo vizyon kontinye.

Mo tann lavwa enn kantite anz ki antour tronn, bann vivan ek bann ansyen :

Ti ena par milyon, par milyar, zot ti pe kriy for-for :

«Agno, ki bann-la finn touye, li merite resevwar pwisans,

rises, sazes, lafors, loner, laglwar ek louanz.»

Lerla mo tann tou bann kreatir dan lesyel, lor later,

anba later, e lor lamer, dan tou liniver, zot kriye :

«Pou seki pe asiz lor tronn, pou Agno ousi,

louanz, loner, laglwar ek pwisans pou touzour !»

Lerla bann kat vivan dir «Amenn !» ; bann ansyen tom azenou pou adore.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Le-Krist finn resisite ; Limem kreater liniver,

Limem Sover bann dimoun.

Notre mission

par Jean-Claude Desjardins


Dans ce passage de l'évangile de Jean, il s'agit plutôt de la résurrection de Pierre que celle de Jésus. Simon Pierre et sept de ses compagnons reviennent de la pêche bredouille : ils n'ont rien pris. Ils n'ont donc rien à offrir à cet inconnu qui les accoste sur la plage. Ils sont complètement démunis.

Il y a plus grave encore : ce même Pierre avait été envoyé pour pêcher les hommes «désormais ce sont les hommes que tu prendras», mais maintenant c'est lui qu'il faut repêcher ! Il s'était complètement enfoncé dans les eaux du reniement ; il s'était tellement noyé, que l'eau lui ressortait par les yeux en larmes amères. Simon Pierre s'était détourné de Jésus qui est la Vérité et la Vie. Il avait déclaré: «Je ne connais pas cet homme !.»

Face au Christ ressuscité, il se trouve dépouillé par la misère la plus complète : il ne lui restait RIEN, pas le moindre cadeau à offrir pour RENOUER avec celui qu'il avait renié, rien que le remord d'une trahison. Alors autant disparaître dans les eaux de la mort. Et hop, il se jette à leau. Mais par sa Parole, le Christ le repêche et le fait monter dans la pirogue, avec les 153 gros poissons. Voilà ce que l'on retrouve dans la barque de Pierre, qui est l'Église !

Ainsi Jésus ressuscite Pierre par le pardon accordé puisqu'il lui offre de remplacer les trois «Je ne te connais pas !» Par trois «je t'aime», c'est un nouveau départ, une vie nouvelle, un second appel.

Rendons grâce à Dieu pour toutes les résurrections : pour celle de Jésus, le premier né d'entre les morts, pour celle de Pierre, pour celles des autres disciples, pour notre résurrection.

Nous chrétiens arrachés comme Pierre aux flots de toutes les morts, pour être hissé par de solides filets dans la barque Église, traverser la mer et pénétrer cette terre où le Christ a préparé la table, où on y trouve du pain, y ajoutant le poisson apporté par les disciples, comme sur la montagne lorsque fut béni et distribué le poisson par un enfant. «Venez déjeuner!»

Ainsi Dieu constitue l'Église, par le baptême, en arrachant aux flots de la mort et aux ténèbres de la nuit, pour offrir un repas de communion dans la pleine lumière du jour.

St Jean relit cette histoire un peu pour nous tous. L'Église dans l'histoire est la barque de Pierre. Le lac, c'est le monde. Sur le lac il y a la nuit et le jour. On a la nuit lorsqu'on prend absolument RIEN. C'est le temps intermé-diaire, il y a les persécutions, la joie, la souffrance, la fatigue de toute le nuit de travail. Et lorsque quelqu'un demande : «Avez-vous quelque chose ?» Réponse : «Rien»

Alors, que fait Jésus dans l'histoire ? Il dirige la pêche de l'Église, ce rivage, c'est ce que nous appelons le ciel, l'éternité, la droite du Père. Et Jésus nous attend sur ce rivage, il attend la barque de Pierre et là on fait la fête, le repas qui est signe du salut. Cette Eglise est composée de sept disciples : surtout de deux Pierre et «le disciple que Jésus aimait». Pierre qui a une mission officielle : «Pasteur de l'Église !» et l'autre : à lui il n'est rien demandé: il doit attendre que le Seigneur vienne ! Son martyr n'est pas de mourir sur une croix comme Pierre, mais consiste dans le fait d'attendre que le Seigneur vienne ! A Pierre, le Seigneur demande : «M'aimes tu ?» A l'autre, il ne demande rien, c'est Jésus qui l'aime. Alors ce disciple, qui c'est ? Mais chacun de nous. Voilà comment l'Église est formée. Il y a dans l'Église des gens qui ont un ministère public, visible, il y en a d'autres qui ont un ministère plus intérieur. Le disciple que Jésus aime, c'est chacun de nous, il nous donne une mission à remplir dans la barque Église. Comment nous acquittons-nous de notre mission?

Line
retour