Devant la presse nationale


Serge Clair : «OPR mase, MR manze»

«Hors-la-loi ! Ce sont de véritables hors-la-loi !» Serge Clair, leader de l'Organisation du peuple de Rodrigues (OPR), n'y est pas allé par quatre chemins pour qualifier les actions de ses adversaires du Mouvement rodriguais (MR). C'était lors d'une conférence de presse tenue en compagnie du député Alex Nancy jeudi de la semaine dernière à Port-Louis. Le MR ne ferait, selon lui, que s'approprier des réalisations de l'OPR.

C'est un Serge Clair des grands jours qui a animé le point de presse de jeudi dernier: tour à tour ironique, sarcastique et sérieux, le leader de l'OPR a décortiqué le Budget 2007/08 présenté par Johnson Roussety, Chef-commissaire et responsable des Finances du nouveau gouvernement régional. La gestion des fonds publics a été le principal axe des critiques de Serge Clair : «Il est évident, a estimé le leader de l'OPR, que le Budget présenté par le Chef-commissaire ne reflète nullement les consultations préalables avec le ministère des Finances.»

Serge Clair a dénoncé «l'exercice malhonnête qui consiste à présenter un Budget de Rs 1,245 md au lieu de Rs 1,185 md. Ceci pour donner l'impression que le MR va réaliser les nombreuses promesses de la campagne électorale». Il a cité nombre de projets prévus et budgétés par l'ancien gouvernement régional OPR qui n'ont pas été lancés. «C'est de la pure manipulation ! On veut tenter d'effacer toutes les avancées et réalisations de l'OPR !»

Autre critique de Serge Clair : la perte de la spécificité rodriguaise. Il a dénoncé le fait que le caretaker gouvernement régional avait accordé 82 permis de hawkers et 37 permis de tabagies durant la campagne électorale. «Il n'y a eu aucune planification. C'est de la démagogie !», s'est exclamé Serge Clair. Il a également vivement critiqué l'ouverture du Petit Monaco, premier casino à Rodrigues. «Les familles rodriguaises, déjà lourdement endettées, vont maintenant venir se ruiner au casino. On veut faire accroire que l'on peut gagner de l'argent facilement ! Est-ce cela le type de développement voulu pour Rodrigues ?»

Festival de la terre

Le Minority Leader a également vivement dénoncé «la distribution aux petits copains» de terres «à tort et à travers, sans respecter le Plan de développement stratégique et des zones protégées et sensibles». De nombreux exemples ont été cités.

«L'échec du gouvernement régional MR dans le domaine du tourisme est flagrant», a estimé Serge Clair. Il a égratigné des commissaires et conseillers qui assistent à des salons à l'étranger

simplement pour faire du tourisme. Il a souhaité que le gouvernement régional MR ne fasse pas table rase des acquis existants sous prétexte qu'ils datent de l'OPR.

La pêche a été un autre volet important de cette conférence de presse. Il a déploré que les pêcheurs aient été menés en bateau, que les nombreuses promesses faites par le MR lors d'une manifestation devant l'Administration, alors tenue par l'OPR, n'ont pas été respectées : «Ce n'est que du vent !», a constaté, dépité, Serge Clair. L'OPR dénonce la création d'une «compagnie de pêche, avec pour actionnaires une coopérative et l'Assemblée régionale». La récente polémique autour de l'allocation de mauvais temps illustre, selon Alex Nancy, l'amateurisme du gouvernement régional MR. Les derniers décrets autour de la pêche de bambaras ont également été dénoncés.

La présence de tapeurs, l'utilisation de fonds publics à des fins privées et la manipulation autour de la récente visite du Premier ministre, Navin Ramgoolam, à Rodrigues ont également été abordés lors de cette conférence de presse.

Hommage appuyé à Antoinette Prudence

Serge Clair a rendu un vibrant hommage à la mémoire d'Antoinette Prudence. «C'était une vraie Rodriguaise, qui désirait ardemment l'épanouissement de son peuple. Elle était une chrétienne engagée, une militante pleinement engagée dans la formation des Rodriguais, dans la formation de la femme rodriguaise. Ce n'était pas une politicienne, bien qu'elle défendait la cause de l'autonomie.» Le leader de l'OPR a rappelé sa vieille amitié avec Antoinette Prudence, «ce qui ne veut pas dire que nous n'avions pas des divergences de vue». Serge Clair a parlé de la vision qu'avait la disparue de l'éducation et de la pédagogie inclusive, qu'elle avait introduite dans l'éducation catholique à Rodrigues. Il a souligné son rayonnement au niveau international et, à travers elle, celui de Rodrigues. La pertinence des interpellations d'Antoinette Prudence a également été rappelée, avec comme dernier exemple sa question au Premier ministre sur l'unité à reconstituer au sein de l'ensemble du peuple rodriguais. Serge Clair a dénoncé «la tentative de certains de tirer des dividendes politiques de la disparition d'Antoinette Prudence en tentant de s'approprier de son engagement».

Erick Brelu-Brelu

retour aller