Vraiment, cette femme
était une prophétesse

Antoinette s'en est allée le dimanche des Rameaux et de la Passion. J'ai appris la nouvelle vers 15h00 en cet après-midi sombre et accablant, l'heure même de la mort de notre seigneur Jésus-Christ. Quel symbole ? Beaucoup d'entre nous venions de méditer la lecture de la passion selon saint Luc, qui a pris soin de rapporter cette affirmation du centurion qui disait de Jésus: «Vraiment cet homme était un prophète!»

Antoinette aimait proposer dans certaines de ses réunions, une méditation de Mgr Roméro, évêque d'Amérique latine, assassiné le 24 mars 1980, intitulée Les prophètes du futur. Ce texte, d'une profondeur exceptionnelle, disait : «Nous plantons des graines qui un jour pousseront. Nous arrosons ses graines plantés sachant qu'elle porte en elle la promesse du futur.»

La vocation de tout baptisé n'est-elle pas d'être prophète? Antoinette n'a pas fini de nous la rappeler par toute sa vie. Annoncer la parole de Dieu et dénoncer tout ce qui écrase l'homme, qui l'empêche de grandir et de s'épanouir.

Relire le parcours

Je voudrais, en quelques mots, relire le parcours d'Antoinette à travers la vocation de deux prophètes que je préfère dans la bible.

D'abord Jérémie, prophète qui dénonçait et annonçait au peuple d'Israël les conséquences de ses mauvaises actions. Comme Jérémie, Antoinette a dû quelque fois sentir le poids de la fatigue et la solitude d'une femme incomprise face à ses prises de position et leur cohérence. Voila un mot qui qualifie ce qu'était vraiment Antoinette : cohérente. En effet, elle était une femme entière qui avait horreur de faire-semblant

Antoinette a dû dire plusieurs fois en ses propres mots cette parole de Jérémie : «Cette parole est en moi comme feu dévorant au plus profond de mon être, c'est pourquoi je ne peux me taire.» (Jr 20,7-9) «Je ne peux rester tranquille quand la dignité de mon peuple est bafouée», aurait-elle dit. Mais elle a dû sentir la souffrance morale comme une terrible conséquence des actions. Cependant, elle n'a

jamais abandonné, même dans les pires situations.

Deuxièmement, le prophète Amos, connu pour sa franchise, ses paroles exigeantes, dérangeantes et sa simplicité. En effet, par toute sa vie, Antoinette, comme Amos, disait des paroles qui dérangeaient ceux de son temps. Antoinette n'a jamais fermé les yeux devant l'injustice, si petite soit elle, face à la dignité de son peuple

Malgré son ouverture universelle, Antoinette était restée pleinement Rodriguaise jusqu'au bout des doigts. Personnellement, c'est à son école que j'ai appris à être Rodriguais.

La dernière réunion que j'ai eu avec Antoinette, c'était la retraite des hommes. Elle était venue animer cette réunion avec tout le zèle apostolique qu'on lui connaît.

Avant la session, elle me disait avec humour. «To pa pou vini ? To pou laisse moi tou sel avec sa banne zomme la ?» Elle était pourtant à l'aise avec ce groupe d'hommes, comme elle l'a toujours été avec tout le monde. Sa motivation était toujours la promotion de l'humain.

Capacité d'attention

Antoinette avait une capacité d'attention au moindre geste dans les relations. Souvent, elle me parlait de la manière dont nous, Rodriguais, traitons d'autres Rodriguais. Elle me disait comme une prière qu'il faut toujours savoir valoriser: «Nou bann dimounn kot nou Rodrigues avant.» Oui, elle était passionnée de cette terre qui l'avait bercée de cette culture rodriguaise.

Dans ces moments de grand vide, nous avons heureusement cette espérance chrétienne. Toutes ces bonnes œuvres que tu as commencées ne resteront pas sans suite, ce serait trop médiocre

Quand nous relirons l'histoire, nous nous souviendrons que ta personne a su rassembler des gens de divers horizons et des Rodriguais avec leurs divergences. Je crois fermement que dans notre île Rodrigues, il y encore beaucoup d'Antoinette Prudence qui ont la conviction qu'être chrétiens, ce n'est pas seulement participer à la messe chaque dimanche, ni de faire des belles prières, mais de se mettre au service des autres dans un amour désintéressé.

Antoinette, tu as mis en pratique cette parole que le prêtre t'a adressé le jour de ton baptême : «Désormais, vous participez à la vie du Christ prêtre, prophète et roi !»

Vraiment, tu as été une prophétesse.

Frère Daniel Milazar

Cure de La Ferme

retour