p.5foto1

Rassemblement des jeunes 2007

Mgr Piat : «Apporte ta contribution au pays et délivre le peuple mauricien du communalisme et du racisme»

C'est devant plusieurs centaines de jeunes réunis dimanche à l'occasion de la XXIIe Journée mondiale de la jeunesse au Thabor que Mgr Maurice E. Piat leur a lancé un appel pour qu'ils apportent leur contribution au pays et pour qu'ils luttent pour éradiquer le communalisme et le racisme de notre pays.

Arrivant en début d'après-midi par petits groupes de différentes paroisses, les jeunes ont répondu favorablement à l'appel de l'Equipe pastorale des jeunes. «C'est notre mini-JMJ, ont déclaré Rachel et Cathy, deux jeunes de la paroisse Ste-Ursule. Nous espérons qu'il y aura une telle rencontre chaque année.» Malgré les intempéries, les jeunes ont tenu à demeurer au Thabor jusqu'à la fin. La journée s'est déroulée en trois temps - messe des rameaux ; animation, avec un moment de partage et d'amitié ; et le spectacle réactualisé Ki to rol, twa ?

Lors de son homélie, Mgr Maurice E. Piat a demandé aux fidèles : «Pourquoi, après 2000 ans, sommes-nous encore attirés par Jésus crucifié sur la croix ? Une croix de supplice, qui porte la brutalité et la violence de l'homme ?» L'évêque de Port-Louis a avancé trois raisons pour expliquer cela : d'abord, l'amour sans frontières de Jésus ; puis, un Jésus qui n'a pas peur ; et, enfin, Jésus est prêt à pardonner.

Jésus dérange un système social

Mgr Piat a souligné que son amour sans frontières a poussé «Jésus à briser toutes les barrières et les murailles». Par exemple, a poursuivi l'évêque, en acceptant de parler avec la Samaritaine, «Jésus a accepté de déranger un système social». Et de poser la question aux jeunes : «Ki to rol, twa ?» Interpellant les jeunes présents, l'évêque leur a demandé : «Apporte-ta contribution pour le pays, délivre le peuple mauricien du communalisme et du racisme. Le Christ sur la croix a besoin de toi et de ton soutien dans ce monde déchiré.»

Pour ce qui est de la peur et des hésitations chez les jeunes, Mgr Piat a exhorté : «N'ayez pas peur. Nou tou nou ena nou valer. Kifer nou per ? Nous sommes tous des enfants de Dieu. Il n'y a pas de conditions dans l'amour de Dieu.»«J'aimerai conclure sur cet amour gratuit et fidèle et prêt à pardonner de Jésus crucifié sur la croix. Se pa enn lamour dife la paille, mais enn lamour dife la brez.» Il a demandé

aux jeunes : «Laisse ton regard être guidé par le Christ. C'est un regard d'affection et de fraternité.» Mgr Piat a rappelé que «beaucoup parmi nous ont été blessés dans la vie. Il est de notre devoir de faire un chemin avec eux, à l'exemple de Jésus».

Bravo aux jeunes

La Journée mondiale de la jeunesse est un événement organisé chaque année par l'Eglise. Elle est célébrée dans chaque diocèse du monde le dimanche des rameaux. Pour ce premier rassemblement des jeunes des services et des mouvements du diocèse de Port-Louis, le thème choisi était : Vers une amitié sans frontières. Du côté des organisateurs, on n'a pas lésiné pas sur les moyens pour faire de ce premier rassemblement du genre un succès.

Cathy Meunier, venue avec ses amis Young Pioneers de Flacq, a affirmé : «Souvent on critique les jeunes, mais aujourd'hui on peut dire bravo aux jeunes. Tout s'est passé dans une ambiance de fête et de camaraderie. Je trouve les interactions avec les jeunes formidables, tout comme le spectacle Ki to rol, twa ?, qui a touché le cœur de nombreux jeunes. Il nous a fait réfléchir sur notre quotidien.» Ce spectacle a été réalisé l'an dernier dans le cadre de l'année jubilaire des jésuites et amis de St-Ignace de Loyola. La pièce a touché les jeunes, surtout l'esprit du message des trois compagnons de Jésus: St-François-Xavier, St-Ignace de Loyola et le bienheureux Pierre Favre.

Après la messe, qui a vu la participation de plusieurs services et mouvements du diocèse, l'animation a été assurée par les jeunes de Carpe Diem et les membres du Conseil pastoral des jeunes (CPJ) de Curepipe et présentée par. Marjorie Desveaux et Jimmy Mazoué.

Contacté par La Vie Catholique, le père Steves Babooram, responsable de la pastorale des jeunes, a déclaré que le Thabor «n'a pas accueilli la grande foule, mais un peuple jeune qui veut brasser large et qui veut dépasser les frontières avec le Christ et pour être en communion avec les jeunes du monde entier». Cette journée, a-t-il rappelé, est une manière de mettre les jeunes dans le coup en vue de la marche pour les vocations du 17 juin prochain.

Sylvio Sundanum

retour aller