p.11foto1

Commémoration du 1er anniversaire du «Pelerinaz dan zil»


Le révérend Mario Li Hing :
«Dieu nous rendra justice»

Message de foi et d'espérance que celui transmis par le père Gérard Mongelard et le révérend Mario Li Hing, aumôniers de la communauté chagossienne, le 30 mars dernier en l'église Saint-Sacrement, Cassis. «Dieu nous rendra justice», affirmera à maintes reprises le dernier nommé, en référence à l'évangile du jour (Luc).

«La lutte chagossienne est une lutte à plusieurs étapes. (...) Le jour viendra où nous franchirons la ligne finale et remporterons la grande victoire. L'expérience nous a montré que les juges ne sont pas insensibles à nos besoins, à nos appels. (...) Dieu travaille leurs cœurs. Il ne nous fera pas d'injustice ; notre responsabilité est de continuer à exercer notre foi et celle de Dieu est de rendre justice.»

Ces propos du révérend Li Hing ont été prononcés à une cérémonie commémorant le premier anniversaire du Pelerinaz dan zil. Cérémonie qui a permis à Olivier Bancoult d'abonder aussi dans le sens de l'espérance profondément inscrit au cœur de la communauté chagossienne.

«Nous sommes confiants que la lumière pointera au bout du tunnel, expliquera-t-il. Notre lutte est juste et bénie. Nous ne voulons pas d'injustice, mais simplement le respect de nos droits et de notre dignité. Comment se fait-il que d'autres puissent être sur nos terres et pas nous ? Comment se fait-il que nous ne puissions pas mettre une fleur sur la tombe de nos ancêtres ?»

Et d'enchaîner tout de suite sur la conviction qu'un deuxième Pelerinaz dan zil se pointera très bientôt à l'horizon. «Le premier s'est déroulé dans la discipline. Les conditions de départ ont été respectées et l'esprit du pèlerinage maintenu. Nou gard lespwar ki lasans pou done o zot ; ki bann vie sagosyen pou trouv zot later avant zot ferm zot lizie (...) Fodre ki kouma zizman vini, sagosyen pou bizin kapav retourn lor zot zil.»

Lisette Talatte, figure de proue de la communauté chagossienne, a, dans son témoignage, parlé de la souffrance qui la ronge. «Kan mo inn ariv lor ma later, Diego, leker gro. Lezot pe travay loze, me nou, non!» Alors que Léonid Jaffar, qui a revu son île après 38 ans, s'est remémorée des «Chagossiens qui se sont jetés dans la mer» lors de leur déportation vers Maurice, à ceux exilés vers les Seychelles, de ces premières retrouvailles, sur le MV Trochetia, entre sœurs séparées et vivant l'une à Maurice et l'autre aux Seychelles. Cette dernière a aussi plaidé pour l'unité de la communauté chagossienne : «Nou vin lor mem later et nou ena mem disan», insistera-t-elle.

A l'issue de cette cérémonie, certains pèlerins ont pris la direction de Senlis-sur-Mer, Surinam, pour une retraite animée par le révérend Li Hing. Mais auparavant, ils ont été invités à l'autel par le père Mongelard. Avec leurs sacs - ceux-là même qui les avaient accompagnés lors de leur Prlerinaz dan zil...

Daniele Babooram


retour