et Antoine Prudence sont toujours demeurés ; quand nous faisions un t-shirt au logo du GRC, nous en gardions toujours un pour elle. D'ailleurs, c'est elle qui planifiait nos rencontres lorsque je me déplaçais vers Rodrigues ; al laba san al rann visit Antoinette, li pa posib ! Le départ d'Antoinette n'est pas qu'une perte pour Rodrigues ; elle l'est aussi pour Maurice et pour la communauté chagossienne qui voit en elle une grande sœur. C'est vraiment dommage qu'elle soit partie aussi tôt, car j'estime que son île avait encore besoin d'elle.»

Mary Jolicoeur, amie :

«Un produit rare»

«C'est définitivement une grande perte : Antoinette, je la considérais comme ma sœur. J'ai été marquée par sa simplicité, ce qui fait que j'ai rarement réalisé à quel grand personnage j'avais affaire. Antoinette avait la capacité extraordinaire d'être authentique et de se mettre au même niveau que son interlocuteur.

J'ai fait sa connaissance il y a une dizaine d'années, lors d'une rencontre de la CEDOI aux Seychelles. Depuis, nous ne nous sommes plus quittées. A chaque passage à Maurice, elle passait «boir sa bon dite-la» et nous nous rejoignions dans de petites choses. Elle a été, pour moi, une conseillère, une guide. Par exemple, quelques jours avant son hospitalisation, nous avions eu une longue conversation téléphonique autour de choses profondes. Je ne trouve pas de mot pour la qualifier ; dire qu'elle était un «produit rare» n'est guère suffisant. Sa manière de mener son combat pour son pays était un signe d'espérance. Elle n'avait pas d'autres ambitions que l'avancement de son peuple sur tous les plans. Bien que célibataire, elle avait la capacité de se mettre dans la peau d'une femme mariée, d'une épouse et d'une mère. Sa grande joie récemment, me confiait-elle, était de voir les hommes demander une formation «pou kapav koz ar nou bann garson».

Madeline Vas, Irlande Alfred et amies

«Une femme de foi et d'espérance»

Merci Antoinette d'avoir été une partie de ma vie, de notre vie pendant que tu étais ici, pendant que nous avons travaillé ensemble. Merci de ta belle simplicité, de ton enthousiasme, de ton humour...Tu es, tu as été une femme de foi et d'espérance ; cette foi que tu ne cessais d'approfondir. Tu es A woman of substance. Intelligente et perspicace Tu allais toujours de l'avant avec aplomb, assurance, discernement et la sagesse recueillie d'auprès de ton Seigneur ! Tu voyais toujours comment améliorer les situations et le sort des gens. Cela a été un privilège de t'avoir connue, de t'avoir eue parmi nous et d'avoir bénéficié de tout ce que tu avais à offrir à l'éducation, à l'Église, à la politique et à la société civile. Notre cœur est triste et nous te disons adieu.»

Dominique Rey, Responsable de Foi et vie

«Nous perdons un prophète des temps modernes»

«A la suite du décès d'Antoinette Prudence, grande dame de l'action catholique, le mouvement Foi et vie, île Maurice, voudrait offrir ses vives condoléances à la famille d'Antoinette, à ses amis, à tous ses proches collaborateurs, ainsi qu'au peuple rodriguais, et plus particulièrement à la famille de l'action catholique de Rodrigues.

Nous avons un profond chagrin devant cette disparition : en Antoinette, nous perdons un trésor, une femme exceptionnelle qui a été un modèle et un témoin pour son temps, un témoin vivant de la foi dans la vie. Au-delà des paroles, elle posait des actes : avec courage, elle s'est engagée au niveau politique, économique et social de son pays : elle a su être un détonateur d'espérance chrétienne. Antoinette savait appeler, rassembler. Elle ouvre un chemin pour les femmes de notre époque. Elle était Rodriguaise, mais en même temps universelle ! En elle nous perdons un prophète des temps modernes.

Nous rendons grâce au Seigneur pour ce cadeau qu'elle a été pour nous tous, pour les chrétiens de Maurice et de Rodrigues et Lui demandons d'entourer et d'accompagner de sa tendresse tous ceux qui sont particulièrement bouleversés par ce brusque départ.»

Lilian Berthelot, écrivain :

«Merci»

«Il y a peut-être 25 ans, Antoinette et un de ses collègues m'avaient écrit pour me demander d'aider au transfert, à Rodrigues, des archives concernant leur île. J'en étais incapable, mais je leur ai envoyé la bibliographie (liste de livres et documents) comprise dans nos archives. C'était peu.

Des années plus tard, au cours d'un déjeuner à Saint-Gabriel, elle m'a dit qu'elle souhaitait retrouver la copie de la pétition envoyée par 79 Rodriguais au roi d'Angleterre, en 1915, demandant que Rodrigues soit représentée au Parlement de Maurice. Avec l'aide du secrétaire de l'Assemblée, du directeur des Archives nationales et de ses assistantes, la pétition fut retrouvée et j'ai alors téléphoné à Antoinette la bonne nouvelle. Comme elle pensait que c'était trop risqué que d'en envoyer une photocopie par la poste, Cader s'en chargea.

Au Centre Carrefour, le 13 octobre 2004, une statue fut dévoilée: une partie d'un tronc d'arbre renversé, donnant l'impression d'un homme en marche, figurait en position d'accueil. Sur le bois étaient gravés en noir, les noms des pétitionnaires. Cette œuvre faisait la fierté de la présidente du Centre.

Ainsi, elle laisse sa forte et bienfaisante empreinte non seulement dans le social et le religieux, mais aussi dans l'histoire patriotique de son île.»

James Burty David, ministre :

«Il nous faut d'autres Antoinette Prudence»

«Au cours d'une de mes récentes visites à Rodrigues, Antoinette Prudence avait tenu à se déplacer pour venir me rencontrer à l'aéroport. Elle m'a rappelé, à l'accoutumée, sa

retour aller