Le 17 juin


Pas res lipie krwaze

Marcher pour les vocations : «Pas res lipie krwaze» : nouvelle appellation de la marche pour recueillir des fonds pour le financement des études des séminaristes. La 25e édition de cette activité est placée sous le signe du renouveau, comme nous l'explique les pères Georgy Kenny et Steves Babooram. Rendez-vous le dimanche 17 juin à partir de 9h30 au collège St Mary's pour marcher vers le Thabor dans l'après-midi.

La nouvelle formule de cette activité annuelle fait suite au constat de l'effritement graduel de l'esprit de la marche et à une «certaine lassitude, après des années d'engagement fidèle», des paroisses, mouvements et services diocésains et organisateurs de la marche de charité, constate Steves Babooram. De plus, le système de cartes a connu un certain essoufflement et, pour diverses raisons, les fidèles eux-mêmes ne sont plus enclins à contribuer.

Renouveau

Selon le père Georgy Kenny, pour cette 25e édition, l'accent est sur les vocations. «Il nous faut garder en tête que c'est la Journée pour les vocations. Il faudrait que ce soit ce jour-là la fête des vocations et inviter tous les chrétiens à réfléchir dessus.» D'où l'importance de ne pas oublier le double but de la marche : lever des fonds pour la formation de séminaristes et éveiller à l'importance des différentes vocations dans l'Eglise. 2007 étant l'année du jubilé de la marche, c'est aussi l'occasion «de prendre un nouveau départ pour la recentrer sur la question des vocations».

Et les organisateurs veulent toucher à la fois les jeunes et la famille et souhaitent conscientiser les catholiques sur leur rôle au sein de l'Eglise comme une communauté de croyants, fait ressortir le père Babooram.

Changements

Pour cette 25e édition, un nouveau logo et un nouveau slogan ont été présentés le 1er avril, lors de la grande rencontre de l'évêque avec les jeunes au Thabor. «Ainsi, Marcher pour les vocations dit le pourquoi de marcher et

relance l'idée que les personnes présentes marchent», note Georgy Kenny, qui rappelle que le but de la marche est de soutenir et de se sentir concerné par les vocations dans l'Eglise.

Pas res lipie krwaze invite à marcher, mais aussi à s'engager pour que l'arbre à vocation fleurisse, ajoute-t-il. «Les vocations dans l'Eglise, c'est l'affaire de tous et si nous voulons que des jeunes répondent à l'appel, il nous faut nous engager à favoriser cet éveil dans le cœur des jeunes.» Figurent sur l'affiche «des pas» qui invitent à marcher et qui encouragent chaque personne à faire un pas.

Le double objectif de la marche se situe cette année dans l'esprit qui habite les organisateurs. «C'est une marche à deux poumons : la pastorale et l'aspect technique.» Pour le père Babooram, ce sont deux entités distinctes, mais «tout ce qui est technique comprend aussi une dimension pastorale. Cette interaction peut avoir des retombées pastorales au niveau des paroisses, des services et des mouvements».

Deux lieux

Contrairement aux années précédentes, l'édition 2007 sera «décentralisée» : au collège St-Mary's dans la matinée et au Thabor dans l'après-midi. L'accueil des marcheurs se fera ainsi à partir de 9h30 et un temps d'animation est prévu. Il y aura ensuite le lancement de la remontée de la lettre pastorale 2007 de l'évêque. Après le déjeuner à midi, les participants vont entamer une marche en direction du Thabor, où l'eucharistie sera célébrée. La cérémonie sera présidée par Mgr Maurice E. Piat et concélébrée par les prêtres clergé. Un moment festif clôturera la journée.

Concernant la distribution des cartes pour recueillir les fonds, elle est confiée à l'ensemble des mouvements de famille et de couples : END, CANA, Mariage Encounter, LOAC. Figure au verso un message de Mgr Maurice Piat pour «soigner l'arbre à vocations».

Jean-Marie St-Cyr

retour aller