Dans le cadre de la menace de la légalisation de l'avortement à Maurice.


«Respecter la vie»

Celui qui déclare, en 2007, que la fusion d'un ovule et d'un spermatozoïde n'est pas une nouvelle vie est un ignorant ou un menteur doublé d'un hypocrite.

En effet, le phénomène de la fécondation qui initie la vie ne fait plus de doute aujourd'hui dans le monde scientifique.

Arracher cette nouvelle vie humaine de l'utérus d'une mère, sous n'importe quel prétexte, c'est commettre un meurtre.

Ce n'est pas l'ancienneté d'une loi qui doit justifier sa réforme. Ainsi la loi de 1838 du Code pénal de Maurice est juste, car elle garantit le respect de la vie humaine dès son commencement. Si le Dr Ram Seegobin, du mouvement Lalitdéclare que cette loi «pas bon», c'est son opinion personnelle et pas une vérité absolue!

A la question du Dr. Seegobin : «Avez-vous déjà assisté aux funérailles d'un fœtus ?», les faits sont là : des funérailles de fœtus ont bel et bien lieu en Angleterre, en France et aux Etats-Unis afin que les familles puissent réaliser leur nécessaire travail de deuil. (Voir le document ci-dessous)

Quand on parle de «boucherie» de la femme pour les avortements clandestins, qu'en est-il de la boucherie des fœtus qu'on tue par injection salée, qu'on arrache par aspiration ou par morceaux de mains et de pieds ? Le cœur de 22 jours qui bat dans un ventre maternel est un cœur humain. Il ne suffit pas d'être «croyant» pour respecter la vie, mais seulement honnête.

Véronique Le Clézio


A la question du Dr. Seegobin au forum de la MFPWA le 8 mars 2007 : « Avez-vous déjà assisté aux funérailles d'un fœtus ? », les faits sont là:

1. En Angleterre, depuis mai 2001, des parents procèdent légalement à l'enterrement de leurs bébés avortés.

2. A Lyon , en France, une convention a été signée le 30 novembre 2001 entre les hospices civils et les services funéraires municipaux pour les funérailles des fœtus, dans le but de proposer un accompagnement facilitant le travail de deuil. Car le déni médical juridique et social du fœtus considéré comme «pièce anatomique» ajoutait considérablement à la souffrance des parents et pouvait entraîner des complications psychologiques, voire psychiatriques.

L'existence d'un carré des enfants au cimetière matérialisera l'emplacement d'un lieu de mémoire.

Les mêmes clauses seront appliquées pour les enfants nés vivants et viables de familles dépourvues de ressources avérées. A ce titre, les HCL et la Ville de Lyon contribuent pleinement à ce que les familles puissent réaliser leur nécessaire travail de deuil.» http://www.lyon.fr/static/pdf/200204/delib/20021197.pdf

3.Florida: Senate Bill No. 2082 http://election.dos.state.fl.us/laws/03laws/ch_2003-052.pdf

An act relating to the disposition of fetal remains; creating s.383.33625, F.S.; providing a popular name; providing that where a health practitioner has custody of fetal remains following a spontaneous fetal demise, the health practitioner must notify the mother of her option of burial or cremation of the fetal remains; providing requirements with respect to notification; directing the Department of Health to develop forms for health practitioners; providing that where a facility has custody of fetal remains following a spontaneous fetal demise, the facility must notify the mother of her option of burial or cremation of the fetal remains, as well as procedures pertaining thereto; directing the Agency for Health Care Administration to develop forms for facilities; providing an effective date.

4. Nepalese in Seatle http://www.law.harvard.edu/academics/registrar/exams/1995-96/conlawb2.html

The Temple limits membership to persons of Nepalese ancestry, teaches that all babies partake of "Buddha essence" from the moment of conception, preaches that aborted fetuses in particular must be buried in a reverential manner and insists that an aborted fetus, no less than an infant who dies during or shortly after birth, must be named by its parents "so that others might know how to address it in heaven."

retour aller