Ekoute seki profet Izai finn ekrir (43, 16-21)

Sa manyer-la le-Segner pe koze,

limem ki'nn tras enn sime dan lamer, enn larout dan delo siklonn,

ki'nn fer souval, saryo ek solda delit sorti ;

zot inn al dormi, zame pa pou leve, zot inn tegn kouma enn lames, zot inn bril net.

Pa rapel zafer lontan, pa mazinn le-pase.

Ala mo fer enn mond nouvo : li'nn deza koumans zerme, ­ zot pa trouve ?

Wi, mo pou fer enn larout travers dezer, bann larivyer dan landrwa ki sek.

Bann zanimo sovaz pou dir mo laglwar, ­ bann lisyen sovaz ek bann otris ­

parski mo'nn met delo dan dezer, larivyer dan bann landrwa sek,

pou fer mo lepep kalme so laswaf, enn lepep ki mo'nn forme pou mwa.

Li pou rakont mo louanz.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 126/125

® Les mo loue mo Bondye

Kan le-Segner ti pe ramenn nou bann prizonye,

Nou ti koumadir dan enn rev !

Nou labous ti ranpli ar riye,

Nou lalev ti ranpli ar sante. ®

Dan bann nasyon, zot ti pe dir :

«Ki kalite mervey le-Segner finn fer pou zot !»

Mervey mem ki le-Segner finn fer pou nou : Nou ti dan lazwa ! ®

Segner, ramenn nou bann prizonye,

parey kouma bann kaskad dan dezer.

Bann ki'nn plante, avek bann larm,

zot pou rekolte dan lazwa. ®

Seki sarye bann lagrin,

li ale, li plore ; Seki raport bann zepi,

li vini, li vini e li sante. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir bann abitan lavil Filip (3, 7-14)

Mo bann frer, mo bann ser,

Tou bann lavantaz ki mo ti ena avan,

aster, mo tret-zot kouma enn dezavantaz, akoz le-Krist.

Byen plis ankor, mo tret tou koumadir enn dezavantaz

akoz konesans le-Krist Zezi, mo Segner, li byen pli siperyer.

Akoz limem, mo'nn aksepte perdi tou,

mo tret tou koumadir salte, pou gagn le-Krist.

Mo retrouv-mwa dan le-Krist ; mo lazistis, pa seki vinn depi Lalwa,

me seki vinn par lafwa dan le-Krist,

seki vinn depi Bondye, e ki fye lor lafwa.

Konn-li, avek pwisans so rezireksyon, santi bann soufrans avek li,

vinn parey kouma li dan so lamor, pou kapav, si posib, resisite parmi bann mor.

Mo pankor ariv dan bit, mo pankor parfe,

me mo kontign mo lekours pou gagne,

parey kouma le-Krist Zezi finn gagn-mwa.

Non, mo bann frer-ser, mo pa pretann mo'nn fini gagne ;

mo dir zis sa : mo bliy sime ki mo'nn fer,

mo al drwat devan, an antye mo pare, mo galoupe pou ariv dan bit,

pou sa pri ki Bondye apel-nou pou resevwar lao, dan le-Krist Zezi.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

To parol, Segner, se laverite, to lalwa, se liberasyon.

Le-Segner dir : «Asterla, revinn kot mwa,
dapre zot leker, parski momem lamour ek labonte.»

«Qui a semé dans les larmes moissonne
dans la joie!» (Ps 126, 5)

P. Fabio CIARDI et Gabriella FALLACARA


L'histoire de chacun de nous est condensée dans cette image intense : d'une part, l'incertitude, l'anxiété d'un semeur qui confie à la terre le grain de blé : la saison sera-t-elle bonne? Le blé lèvera-t-il ? Et, d'autre part, la joie de la récolte de la moisson attendue.

Quand nous pensons à notre vie, écrivait Chiara Lubich, souvent nous l'imaginons toute belle, comme «une suite de jours que nous rêvons plus beaux les uns que les autres, avec le travail bien accompli, avec les études, le repos, les heures vécues en famille, avec les rencontres, le sport, avec les temps de loisirs, se déroulant dans la paix et l'ordre (...) Il y a toujours dans le cœur humain l'espérance que les choses aillent bien ainsi, et seulement ainsi. En fait, le «saint voyage» (de notre vie) se montre par la suite, différent, parce que Dieu le veut différent. Et Lui, il met dans notre programme d'autres éléments voulus et permis par Lui, pour que notre existence acquière son vrai sens et rejoigne le but pour lequel il nous a créés.

«Pourquoi ? Peut-être parce que Dieu voudrait la mort? Non, au contraire, Dieu aime la vie, et une vie pleine, tellement féconde que nous ­ avec tout notre désir de perfection, de positif et de paix - nous n'aurions jamais su imaginer.»

«Qui a semé dans les larmes moissonne dans la joie!» Nous avons là deux images : l'image du semeur qui jette un grain destiné à mourir, signe de nos fatigues et de notre souffrance, puis l'image du moissonneur qui recueille le fruit de l'épi qui a jailli de cette mort : «Si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance» (Jn 12,24)

Dieu veut que pendant notre vie, nous expérimentions une certaine mort ­ ou, parfois plusieurs types de mort - mais pour porter du fruit, pour faire des actions dignes de lui et non de nous-mêmes, simples humains. Cela est le sens de notre vie : une vie riche, pleine, surabondante, une vie qui soit un reflet de la sienne.

Chiara Lubich précise : «Il convient de valoriser la douleur, petite ou grande... Donner valeur en particulier aux fatigues, au sacrifice qui existe quand nous nous mettons à aimer le prochain : c'est notre devoir spécial.» C'est une douleur qui fait naître la vie!

Et cela sans jamais capituler, même quand nous ne voyons pas le résultat, tout en sachant que parfois «l'un sème et l'autre moissonne».

Quel sera l'avenir des enfants que nous cherchons à éduquer le mieux possible ? Qui verra les fruits de mon engagement politique ou social ? Ne nous fatiguons jamais de faire le bien, les fruits viendront de toute façon, peut-être beaucoup plus tard... peut-être différents, mais il y en aura.

Une espérance, une certitude, un but sûr existe sur le chemin de la vie. Les difficultés, les épreuves, les contrariétés, qui parfois nous oppressent, sont le passage obligé qui nous ouvre au bonheur et à la joie. Et alors, avançons! Regardons au-delà de chaque douleur. Ne nous arrêtons pas à cette épreuve. Regardons à la moisson qui viendra.

Line
retour