p.11foto1

Rencontre avec Sr Marie Joelle Raboude


«Aimer et servir»

Ce week-end, «La Vie Catholique» est allée à la rencontre d'une Rodriguaise religieuse de la congrégation des Filles de Marie de St-Denis : Sr Marie Joelle Raboude. Elle est depuis deux mois la nouvelle supérieure régionale des Filles de Marie à Maurice. Sr Joelle effectue sa première visite en tant que supérieure régionale dans son île natale. Elle est la première Rodriguaise à occuper ces responsabilités.

Qui êtes-vous, Sr Joelle ?

Je suis originaire de Malartic, fille d'Albert et d'Yvonette Raboude. Je suis la benjamine d'une famille de six enfants. J'ai fait mes études primaires à l'école Sainte-Famille, Lataniers, et mes études secondaires au collège Notre-Dame, à Maurice. J'étais à l'école primaire quand j'ai entendu l'appel et j'ai pris contact avec les sœurs, qui m'ont permis de poursuivre mes études secondaires à Maurice. Après mes études, je suis partie à La Réunion pour être postulante chez les Filles de Marie et j'ai fait ma profession religieuse en 1970. En 1972, j'ai été admise au Teachers Training College pour être institutrice. J'ai ensuite quitté l'enseignement pour poursuivre des études en secrétariat, à cause d'un problème de santé. En 1978, j'ai prononcé mes vœux perpétuels et, juste après, j'ai été postée à Rodrigues pendant 9 mois, temps symbolisant la durée d'une grossesse. Suite à mon passage, il y a eu d'autres vocations chez nous. C'est un enfantement qui a porté des fruits. Dans cette même année, avec une équipe de laïcs, nous avons aidé au démarrage des écoles maternelles. J'ai été envoyée après à La Réunion et aux Seychelles. J'ai également été supérieure régionale pour les Seychelles. En 2000, je suis rentrée à Maurice. Par la suite, j'ai été successivement à la crèche, à Ste-Croix, avant d'être nommé supérieure régionale.

Quelles sont vos responsabilités
au sein de la congrégation ?

Le Conseil m'a nommée pour 3 ans comme supérieure régionale. J'ai 3 conseillères qui m'aident dans cette tâche et nous formons le Conseil. J'ai la responsabilité d'écouter les sœurs des différentes communautés. Je veille au bien-être physique, spirituel et matériel de chaque sœur. Je facilite leurs tâches. Je veille à l'épanouissement de chaque sœur d'abord. Depuis peu, nous avons aussi pour Rodrigues une répondante en la personne de Sr Marie Roseline, qui m'aide concernant l'île. J'effectue régulièrement des visites dans les communautés.

Comment envisagez-vous la place des sœurs Fille de Marie en 2007 dans le vicariat apostolique
et dans l'île Rodrigues autonome ?

C'est le même regard que Dieu avait pour le peuple d'Israël. Nous sentons encore plus aujourd'hui ce besoin d'envoyer et d'être envoyés dans ce monde pour proclamer ce Dieu qui aime son peuple. Les sœurs sont appelées à incarner le Christ dans ce peuple qui est touché par les fléaux: l'alcoolisme, les grossesses précoces ...

Quel regard portez-vous sur la participation des femmes rodriguaises dans la société ?

Je suis fière de constater le rôle important que jouent les femmes dans la société rodriguaise. Je constate davantage la valorisation des femmes par les femmes et par les hommes. Il y a une plus grande affirmation dans les différents secteurs comme le travail, la famille, la politique, l'artisanat, le professorat et même la catéchèse. Nous assistons à une grande promotion de la femme et les Filles de Marie ont grandement contribué à cela. Nous avons été les pionnières dans différents domaines, comme l'éducation, l'école ménagère, les écoles maternelles et la santé. Nous sentons aujourd'hui d'autres appels à servir. Nous favorisons une proximité avec le peuple et voulons avoir une plus grande attention à la vie afin de vivre pleinement notre baptême.

Le mot de la fin ...

Je tiens à remercier le vicariat apostolique, à travers Mgr Alain Harel, pour son affection paternelle pour nos sœurs. Cela nous encourage à travailler pour préparer l'avenir. Je place ma mission comme responsable régionale sous le signe de Jésus lavant les pieds de ses disciples, donc le service. «Aimer et servir» est ma devise. Je souhaite un joyeux carême à mes frères et sœurs de Rodrigues et que Jésus Ressuscité nous donne son esprit pour être aujourd'hui des apôtres au cœur de feu pour poursuivre notre mission.

Propos recueillis par
Jean-Teddy Labour


retour aller