La catéchèse
met le cap sur 2010

Salle de formation du Bureau de l'éducation catholique (BEC), Rose-Hill, ce vendredi : de 9h00 à 15h30, la catéchèse se donne une pause pour réfléchir sur l'avenir et les grands défis qui se posent à elle. Avec comme vision, le cap sur 2010.

«Les assises de la catéchèse est un bien grand mot, avoue d'emblée le père Alain Romaine, directeur de la Commission catéchèse, organisatrice de l'événement. L'idée est de asize, koze, deside. Car, à l'image de la société, la catéchèse aussi connaît de grands changements, des mutations. Et qu'en conséquence, le service de la foi exige une relance, un souffle nouveau, un dynamisme renouvelé.»

Présidées par Mgr Maurice E. Piat, ces assises de la catéchèse permettront de jeter un regard sur le passé et de se projeter dans l'avenir. Le chemin parcouru depuis l'an 2001 à ce jour sera présenté par Désirée Vencatasamy et Désiré Farla. Alors que le père Romaine en dégagera les avenues qui s'ouvrent à ce secteur.

L'assistance aura aussi le loisir de prendre la pleine mesure du travail des divers secteurs de la catéchèse : l'éveil religieux, la catéchèse primaire (scolaire et paroissiale), la catéchèse
secondaire (collèges privés, collèges payants, collèges d'Etat, établissements confessionnels, le prévocationnel pour garçons, pour filles et mixte, l'extrascolaire, les pèlerins d'espérance), la catéchèse des parents et la catéchèse spécialisée.

Toute une présentation qui permettra, plus tard, en carrefours, de se pencher sur les priorités et les moyens à mettre en œuvre pour relever les défis et répondre aux besoins qui émergent. Un balayage large, un objectif clair ­ la relance du service de la foi ­ avec comme finalité la réactualisation du Mission Statement des différents secteurs de la catéchèse. Les grandes lignes de ce Mission Statement seront votées par l'assistance, précise Désiré Farla. Ce, avant d'être plus tard peaufinées.

«Nous n'aurons pas dans ce cheminement tous les acteurs de la catéchèse, précise notre interlocuteur. Ont été invités les responsables des différents secteurs et les partenaires de la catéchèse : recteurs, certains prêtres en lien avec leurs responsabilités au sein du diocèse, les membres de l'Institut catholique de l'île Maurice, certaines personnes engagées dans la pastorale et des députés catholiques pour qu'ils soient au courant de nos préoccupations, d'autant plus que la catéchèse n'est pas un monde à part, mais fait bel et bien partie de la société mauricienne.»

«Ce temps d'Assises est un temps fort de prière, de discernement et de décision qu'il convient de porter ensemble pour que la Parole résonne au plus profond de notre Eglise et de notre société», conclut le père Romaine.

Danièle Babooram


Line

Caritas Ile Maurice


Quête publique du 23 au 25 mars

L'enthousiasme de Lizy Rayapen, responsable des levées de fonds à Caritas Ile Maurice, est contagieux. Et c'est avec passion et conviction qu'elle parle de la quête publique de cet organisme, prévue du 23 au 25 mars.

«L'expérience des quatre dernières années a été mise à profit, explique-t-elle. Les points tant positifs que négatifs nous ont permis d'améliorer constamment cette activité cruciale pour la bonne marche des différents projets de Caritas.»

C'est ainsi que cette année, l'île a été divisée en sept zones - Nord, Port-Louis, Plaines-Wilhems (haut et bas), Est, Ouest et Sud ­ placées sous la responsabilité de coordonnateurs régionaux, dont la mission est d'organiser des équipes de quêteurs en lien avec les responsables de régions.

«La machinerie est bien partie», poursuit notre interlocutrice, en se réjouissant tantôt du «sang neuf» en termes de personnes disponibles, et tantôt de «l'excellente synergie» que cette activité a suscitée avec d'autres structures diocésaines : Ecole pour la solida-rité et la justice, scouts, chorales...

«Nous avons décidé cette année d'aller davantage vers les gens pour les sensibiliser à nos besoins et à nos activités. C'est ainsi que nous serons là où sont les gens : à proximité des supermarchés, des centres commerciaux, dans les paroisses ou se tiennent les Quarante-Heures... L'idée étant d'avoir un maximum de points de quêtes et d'utiliser à bon escient nos effectifs, qui seront d'ailleurs bien visibles avec leurs T-Shirts, casquettes et sacs à dos frappés du logo de Caritas île Maurice.»

Rappelons que l'objectif de cette quête est de «promouvoir la justice sociale, la solidarité avec tous et de réhabiliter les pauvres, les exclus et les opprimes dans une démarche de proximité et d'empowerment». Un travail qui se concrétise notamment à travers le secours d'urgence, l'alphabétisation fonctionnelle, l'accueil des sans domicile fixe (les tontons) dans les abris de nuit de Port-louis et des Plaines-Wilhems, le service d'écoute et de développement et l'insertion par l'habitat à travers le Relais Espérance et le Fonds Logement/Caritas.

«Chacun de ces projets a le devoir de trouver ses propres fonds, mais nous savons bien que ce n'est pas toujours facile, ni évident, explique Lizy Rayapen. Dans ce sens, tous les projets de Caritas île Maurice se sentent pleinement concernés par cette quête, qui vient suppléer à leur budget. Cette quête, c'est notre bouffée d'oxygène : elle nous permet de mener à bien notre mission auprès de nos compatriotes le plus vulnérables.»

L'objectif de Lizy et de son équipe est de réaliser cette année des recettes d'un demi-million de roupies. «Je suis confiante que nous y arriverons, lâche-t-elle avec assurance. Nous avons eu une longue réflexion autour de la professionnalisation de cette quête. Nous nous sommes donné beaucoup de peine. De plus, nous sommes convaincus du bien-fondé de notre mission et de la générosité
des Mauriciens.»
Un optimisme inébranlable...

Danièle Babooram


retour