p.11foto1

Le 1er avril au Thabor


«Vers une amitié sans frontières»

Ce grand rassemblement des jeunes au Thabor repose sur deux axes. D'une part, l'évêque de Port-Louis va clôturer sa série de rencontres avec les responsables des services et mouvements du diocèse. De l'autre, ce sera l'occasion de permettre aux jeunes d'accueillir la parole de Dieu qui se révèle à travers la contemplation du Christ en croix dans sa passion pour sauver l'homme pour rester fidèle à son Père. Trois temps sont ainsi proposés : la messe des rameaux, le temps d'amitié et de partage et le spectacle Ki to rol twa ?

Amitié sans frontières

Le temps de partage et la rencontre avec les autres jeunes sera une manière d'inciter les participants à s'ouvrir vers une amitié sans frontières, telle que Jésus a lui-même vécu avec la Samaritaine et les 12 apôtres, dit le père Steves Babooram. En lien avec la lettre pastorale 2007 de Mgr Piat, poser la question aux jeunes : «Ki to rol twa ?» à travers la représentation du spectacle éponyme. Le tout gravite autour de ce que propose Mgr Piat dans vision pastorale pour les jeunes quand il leur dit : «Venez et voyez.»

Organiser cette rencontre le jour du dimanche des rameaux n'est pas anodin non plus, car c'est ce jour que le pape Jean-Paul II avait choisi pour que soit célébrée localement la Journée mondiale de la jeunesse, qui a ensuite débouché sur les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) réunissant les jeunes du monde entier dans un pays donné. «Cela s'inscrit dans une continuité», dit notre interlocuteur, d'autant plus que le successeur de Jean-Paul II, Benoît XVI, a choisi de perpétuer la tradition.

Plusieurs comités ont été créés pour la préparation de cette rencontre et tous travaillent en lien avec l'équipe d'animation de la pastorale des jeunes (EAPJ). La mobilisation pour le 1er avril se fait non seulement à travers les services et mouvements à qui Mgr Piat lance l'invitation. Elle se fait aussi à travers tous les prêtres du diocèse, les conseils paroissiaux, les équipes d'animation pastorale, les recteurs des collèges, entre autres.

«On souhaite que ce soit un événement paroissial où les adultes se sentent concernés pour encadrer les jeunes au Thabor», dit le père Babooram, qui espère ainsi éviter tout dérapage. Tout est mis en œuvre, assure-t-il, pour que tout se déroule dans le bon ordre, cela avec la participation de la force policière pour la sécurité et la circulation. Mais pour lui, les premiers responsables de la sécurité sont les jeunes eux-mêmes.

«C'est une fête de la foi et on espère que les parti-cipants vont jouer le jeu. Ce sera un événement d'église où on vient célébrer notre foi dans une ambiance de jeunes. On n'attend pas un public anonyme et nous comptons beaucoup sur les ser-vices, mouvements et paroisses pour encadrer les participants lors de ce grand rassemblement», fait ressortir le responsable de la pastorale des jeunes.

Comme la rencontre va prendre fin en début de soirée, il est vivement conseillé à tous ceux qui vont se déplacer d'organiser leur propre moyen de transport pour le retour. Il leur est demandé de prévoir leur pique-nique et branche de rameaux.

Jean-Marie St-Cyr

retour aller