Collège St-Joseph


130 années de tradition

«La spécificité du collège St-Joseph est celle de tout établissement catholique. C'est-à-dire, assurer l'épanouissement global de chaque enfant sans se départir des principes fondamentaux de l'évangile.» C'est ce qu'affirme Serge Ng Tat Chung, recteur de l'établissement qui fête, cette année, ses 130 ans. Pour lui, la mission du collège est de permettre à chaque élève de devenir un homme au service de la société, utile pour son pays et qui soit bien dans sa tête et dans son cœur.

Fondé par la Congrégation des Frères des écoles chrétiennes en 1877, l'institution essaie, contre vents et marées, de garder l'héritage légué par les religieux. Outre la dimension de développement académique, il y a le souci d'ouverture sur les autres et de répondre à leurs besoins.

Selon Serge Ng Tat Chung, les actions de formation et de solidarité sont indissociables. «Les connaissances académiques en soi ne suffisent pas. Il faut aussi s'enrichir du sens du service des autres.» Dans des actions de solidarité, le collège parraine les élèves d'une école de malentendants de la ville et d'Anoska.

Tradition établie

Au fil des années, et même en l'absence des frères, les différents responsables de l'institution ont tout fait pour perpétuer la tradition établie et qui fait aujourd'hui la spécificité du collège.

Pour Serge Ng Tat Chung, l'évêque a eu une intuition en ouvrant les collèges catholiques aux exclus du CPE à travers la filière prévocationnelle. L'alignement du prévocationnel à côté de la filière principale et la mixité de niveau dans les critères d'admission montrent bel et bien que le principe de pluralité et d'égalité est présent au collège

«Au collège St-Joseph, nous répondons aux aspirations lasalliennes en accueillant non seulement les élèves qui ont les meilleurs aggregates. Mais, aussi d'autres qui ont l'importance à nos yeux, ce qui nous permet de renforcer une tradition de service qui a été celle des Frères des écoles chrétiennes tout en nous actualisant aux besoins du pays.»

Ouverture

Tout en gardant ce qui fait ses repères et ses racines, le collège est demeuré très ouvert aux besoins de l'éducation des jeunes. «Du latin au grec qu'on enseignait à l'époque, nous sommes passés à l'informatique jusqu'à la HSC, matière que nous avons été les premiers à introduire comme sujet principal. Outre cela, nous enseignons aussi le Design & Technology et des cours de langue hindi jusqu'au HSC.»

Pour Serge Ng Tat Chung, il est indispensable d'avoir des hommes habiles non seulement de leurs mains, mais ayant aussi une bonne capacité intellectuelle et qui ont une certaine sensibilité de cœur - ce que le système académique actuel ne permet pas vraiment.

«Chaque élève qui réussit son HSC est un lauréat à sa manière. Il n'a pas besoin d'être lauréat. C'est dommage que le système ne se rende pas compte de cela. Ce qui compte pour un collège comme le nôtre, c'est d'abord et avant tout de faire réussir le plus grand nombre d'élèves en SC et HSC, peu importe si la compétition leur fait sortir premier ou deuxième. Dans la mesure où chacun réussit à son examen, chacun est premier à sa manière.»

Riche héritage

130 ans est un riche héritage pour le collège et un grand défi pour les administrateurs d'aujourd'hui et de demain, explique-t-il. «C'est un moment privilégié dans la vie de l'école. C'est l'occasion pour nous de dire merci et de rendre grâce pour le travail accompli depuis 1877 jusqu'aujourd'hui», fait ressortir le recteur du collège.

Dans le cadre de cet anniversaire, plusieurs activités sont prévues, dont une messe ce lundi 19 mars à 10h00 en l'église Ste-Thérèse, célébration qui sera présidée par Mgr Maurice E. Piat et concélébrée par les anciens élèves devenus prêtres. Y sera également, le représentant du supérieur général des Frères des écoles chrétiennes à Rome, le frère Alvaro Rodriguez. Il sera porteur d'un message du frère supérieur.

Jean-Marie St-Cyr

retour aller