Ekoute seki finn ekrir dan Liv Exod (3, 1-8a.10.13-15)

Moiz ti pe gard troupo pou Zetro,
so boper, ki pret dan Madyann.
Li amenn troupo-la lot kote dezer,

li ariv kot Oreb, montagn Bondye.

Mesaze le-Segner aparet ar li,
dan laflam enn dife, omilye enn ti-pye pikan.

Moiz gete : ti pye ti pe brile,
me li pa diminye. Moiz dir :

«Mo pou kas kontour pou get sa gran vizyon-la ; kifer ti pye-la pa diminye ?»

Le-Segner trouve ki li'nn
kas kontour pou gete ;

Bondye apel-li dan milye ti-pye.
«Moiz, Moiz» li dir. Li reponn : «Ala mo la.»

Li dir : «Pa koste isi, tir to sandalet
dan to lipye ;

wi, landrwa kot to ete, li enn later sakre.»

E li dir : «Momem Bondye
to bann gran-dimoun,

Bondye Abraam, Bondye Izaak,
Bondye Zakob.»

Lerla, Moiz kouver so figir ; wi, li gagn
per pou get Bondye drwat dan so figir.

Le-Segner dir : «Mo'nn trouve,
mo'nn trouv lamizer mo lepep dan Lezip.

Mo'nn tann-li kriye devan so bann bouro ;

wi, mo konn so douler.
Mo desann pou delivre-li

dan lame bann Ezipsyen, pou fer-li monte,

kit sa later-la pou enn later ki bon,
ki gran, enn later akot dile
ek dimyel koule kouma larivyer,

akot landrwa bann Kananein,
bann Itit, bann Amorit,

bann Perizit, bann Ivit ek bann Zebizein.

Asterla, kriye, ki bann zanfan Israel fer,

finn vinn ziska kot mwa,
e mo'nn trouv move tretman

ki bann Ezipsyen pe met lor zot ledo.

Asterla, ale, mo anvoy-twa akot Faraon,

fer mo lepep, bann zanfan Israel,

sorti dan Lezip.»

Moiz dir ar Bondye :
«Ki mo ete, mwa, pou al trouv Faraon,

pou fer bann zanfan Israel sorti dan Lezip ?»

Bondye dir : «Mwa, mo pou avek twa.

Sa, setenn sign pou twa, ki mo'nn anvoy-twa :

Kan to pou finn fer lepep sorti dan Lezip,

zot pou vinn servi Bondye
lor sa montagn-la.» Moiz dir ar Bondye :
«Alor, koumsa, mo pou al trouv
bann zanfan Israel, mo pou dir-zot :

'Bondye zot gran-dimoun
finn anvoy-mwa kot zot.'

Me si zot dir-mwa :
'Ki so Non ?', ki mo pou dir-zot ?»

Bondye dir ar Moiz : «Momem seki mo ete».

E li dir : «Ala seki to pou dir
bann zanfan Israel :

'Momem sa' finn anvoy-mwa kot zot.»

Bondye dir-sa ankor ar Moiz :
«To pou dir ar bann zanfan Israel:

'Limem sa', Bondye zot gran-dimoun,

Bondye Abraam, Bondye Izaak,
Bondye Zakob, finn anvoy-mwa kot zot.
Samem mo Non pou touzour,

sa manyer lamem tou bann zenerasyon
pou invok-mwa.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 103/102

® Vini, zot va goute, vini, zot va trouve kouma nou Bondye bon. (J. Grégoire)

Tou seki mo ete, beni le-Segner,

Mo leker, beni so Non ki sin !

Tou seki mo ete, beni le-Segner,

Napa bliy okenn so bonte ! ®

Li pardonn tou to bann fot,

Li geri tou to bann maladi ;

Li tir-twa dan trou lamor,

Li kouronn-twa avek lamour ek la-

tandres.®

Le-Segner fer enn travay lazistis,

Li defann bann drwa bann ki kraz-kraze,

Li revel so proze ar Moiz,

so bann explwa ar bann zanfan Israel. ®

Le-Segner konn pran pitye, li bon,

Li pa prese pou pik koler, kapav kont lor Li.

Parey kouma lesyel kouver later,

So lamour byen for pou bann ki ador-li.®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so premye let pou bann abitan lavil Korint (10, 1-6.10-12)

Mo bann frer, mo bann ser,

Mo pa anvi ki zot res dan lignorans :

tou nou bann gran-dimoun ti anba nyaz,

zot finn travers lamer, zot tou finn batize, dan Moiz, dan nyaz et dan lamer.

Zot tou finn manz mem manze spirityel ;

zot tou finn bwar mem bwason spirityel ­ zot ti pe bwar depi enn ros spirityel ki ti akonpagn-zot : sa ros-la, se le-Krist.

Selman, laplipar pa'nn fer plezir Bondye ;

zot inn tom dan dezer.

Seki'nn ariv-zot, setenn leson pou nou,

pou nou pa gagn bann dezir ki move,

parey kouma zot inn gagne.

Aret grogne, kouma ena finn fer ;

zot inn mor, zot inn extermine.

Sa finn ariv-zot pou servi leson pou nou,

finn ekrir-li pou montre-nou, pou nou ki pe ariv lafin letan.

Sa manyer-la, seki fyer li pe dibout,

fer tansyon tonbe !

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

To parol, Segner, se laverite,
to lalwa se liberasyon

Le-Segner dir :
«Sanz zot leker, Rwayom lesyel pre.»

Vivre de la patience
féconde de Dieu

par Steves Babooram

Line

Ce qui frappe dans ces deux parties de ce passage de l'évangile en ce troisième dimanche de carême, c'est, d'une part, l'appel à l'urgence de la conversion personnelle. D'autre part, c'est l'appel à la conversion grâce à la patience féconde de Dieu.

Dans les deux exemples mentionnés où il est question de mort brutale, - massacre par Pilate et accident tragique par la chute de la tour de Siloé -, notre attention est portée sur la responsabilité de l'homme dans le premier cas, alors que dans l'autre cas, elle n'est pas directement en cause. Et en même temps, il ne faut pas y chercher une quelconque punition de Dieu comme on l'aurait cru aux temps anciens. Comme il l'a fait à ses contemporains, Jésus nous interpelle aussi aujourd'hui en nous encourageant à ne pas remettre à plus tard notre désir de changer de vie et de nous décider résolument à le suivre sur le chemin de la conversion. Une invitation à être prêt en tout temps pour l'ultime rencontre.

Par ailleurs, cette parabole du figuier stérile apporte un éclairage sur l'attitude du Créateur qui ne désespère pas de sa créature ; celle qui a tendance à «bouz fix, pil an plas». Cette parabole nous amène à nuancer nos propos ou ceux des autres, par exemple : «Ek so move karakter-la, pena sime li sanze !» ou encore «linn ne koumsa, li pou mor koumsa mem !».

A notre tour, Jésus nous invite à espérer en l'homme et non pas à l'enfermer dans toute forme stérile de sa vie. Le «fumier» dont Jésus se sert pour l'aider à grandir sur le chemin de la fécondité, c'est bien l'humilité (dérivant du mot «humus») de Dieu qui découle de sa patience. Vivons donc de la patience féconde de Dieu en chacun de nos actes envers l'autre dont l'avenir peut ne jamais être bouché et stérile sur le chemin de la foi.

retour